[B3, G5] À demi parcours

A demi-parcours…

Il est déjà venu le temps de défendre notre projet documentaire…

Le chemin de la réflexion

Ce projet mûrit dans notre esprit depuis un certain temps déjà et nous commençons à pouvoir lui donner notre empreinte. Notre démarche de travail consistait à nous approprier les thèmes du corps et de l’espace grâce à des recherches documentaires, mais à ce stade là le sujet ne nous appartenait pas encore. Ainsi, nous pouvons désormais nous référer aux articles de Peter Brook en matière de déambulation puisque son nom est incontournable dans le domaine ainsi que celui de Sophie Proust [Proust, 2004]. Ce dernier est intéressant puisqu’il aborde un aspect original de l’appréhension du corps au théâtre. C’est là le but de notre documentaire.

Dans  son ouvrage « L’espace vide » [Brook, 2001], Peter Brook part d’un théâtre qui réunit chaque soir des gens différents et dont la transmission de paroles se fait en partie à travers  le comportement des acteurs. Une mise en scène est établie et doit être reproduite. Mais du jour où elle est fixée, quelque chose d’invisible commence à mourir. Le metteur en scène s’attache à dépeindre toutes les contraintes qui nourrissent le théâtre. Il parle d’une substance invisible qui provient de l’énergie ambiante, de perceptions sensorielles. Une des parties de son ouvrage est consacrée à la notion de « théâtre brut ». C’est principalement cette direction là qui nous intéresse. Selon lui, les artifices de la mise en scène ne sont pas une nécessité pour la réussite d’une pièce, et pour trouver une véritable émotion.  Dans Les nouveaux barbares, Fréderic Elkaim fait le choix d’une scénographie simple et épurée. Peu d’éléments, peu de matériaux seront sur scène. Les corps des comédiens suffiront pour faire ressentir toute la sensibilité de la pièce.

L’étape suivante (note d’intention) est très importante dans le processus de création de notre œuvre puisque c’est à travers elle que nous définissons notre angle d’approche.  Nous savons quels thèmes nous voulons aborder et pourquoi nous avons choisi de les traiter (ce travail se précise petit à petit et n’est pas encore totalement abouti, nous en reparlerons surement dans un prochain billet).

Il s’agit en réalité de défendre notre projet et lui donner du sens et de l’intérêt. Pour nous, il était important de parler de la scène puisque nous y avons déjà été confronté. Nous avons eu la chance de pouvoir faire quelques concerts puisque nous formions un groupe de musique et nous voulions partager cette expérience. Selon nous, c’est un des aspects du métier de documentariste.

Nos stars d’un jour…

L’étape que nous venons de franchir (rédaction de la note d’intention) nous a permis de choisir les deux professionnels que nous voulons interroger. Le premier sera un comédien de la troupe puisqu’il est le premier intervenant dans le rapport entre le corps et la scène que nous cherchons à comprendre. Le deuxième sera un scénographe qui est un expert en matière de décor et déambulation. Nous avons déjà eu l’occasion de travailler avec lui l’année dernière à l’occasion d’un projet universitaire de réalisation d’une websérie fictionnelle tournée en studio avec des marionnettes. Il s’agit de Pascal LAURENT, marionnettiste et scénographe d’expérience. Nous connaissons bien le personnage et nous sommes convaincues qu’il se prêtera fort bien à l’exercice de la parole. Homme de théâtre, Pascal apportera à notre documentaire une touche de fantaisie. Sa connaissance et son savoir faire dans ce domaine permettrons de nourrir notre thématique.

Nous entamons la phase de prise de contacts et de première approche avec eux dans le contexte de ce nouveau projet de réalisation de webdocumentaire. Nous souhaitons leur présenter notre projet afin qu’ils s’imprègnent de notre démarche et qu’ils aient le temps d’y réfléchir. Avec l’aide précieuse de Blandine SHMIDT nous réfléchissons à une grille de questions que nous aimerions leur poser ou des différents thèmes que nous souhaiterions aborder avec eux.

Illustrations…

Les trois photos ci-dessous sont une illustration d’un corps dans l’espace. Seul le point de vue change, les éléments restent à la leur place. Trois éléments prennent place dans le cadre et pourtant nous choisissons d’en prendre un et de le détacher des deux autres. Sur scène, le processus sera le même puisque tous les comédiens seront sur scène en même temps. Libre au spectateur de regarder là ou bon lui semble…

Photo de Laura J., Novembre 2012.
Photo de Laura J., Novembre 2012
Photo de Laura J., Novembre 2012

 Laura J., Sophie R.

Bibliographie :

PROUST Sophie [2004], le corps du metteur en scène, Lille : 2004, Revue DEMéter, 11p, disponible sur http://demeter.revue.univ-lille3.fr/corps/proust.pdf , (consultée le 27/10/12).

BROOK Peter [2001], L’espace vide, Points, Octobre 2001.

Photo à la une:

http://www.fotopedia.com/items/flickr-3196203602

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.