[B3, G2] Prémices

 1 | Prémice de scénario

Dans nos précédents billets, nous avons posé les fondements de notre réflexion et pouvons alors aujourd’hui penser réellement notre épisode de la série Profession Étudiant. Comme nous l’avons indiqué dans notre billet Personare, nous trouvons les personnages des saisons précédentes trop clichés notamment car ils sont mis en scène à travers des situations banales de la vie étudiante. Nous souhaitons donc sortir l’action de la faculté pour la placer dans un appartement d’un des personnages, là où commence réellement la vie d’étudiant.

Synopsis: Au lendemain d’une soirée qui a eu lieu dans l’appartement de Maélie et Nicolas, Maélie décide de réunir ses quatre amis pour discuter de la soirée. L’appartement est en désordre, Nicolas, Maélie et Vincent sont assis sur le canapé, au milieu du salon. La fatigue se lit sur leurs visages. Ayaka devrait arriver sous peu. Maélie évoque la soirée qui, selon elle, a dérapé et reproche à Nicolas et Vincent d’avoir été ridicules. Eux, ne s’en souviennent pas de la même manière. Maélie, contrariée, part s’isoler dans sa chambre. Seuls, Nicolas et Vincent échangent leurs souvenirs de la soirée et tentent de la reconstruire. Tour-à-tour, se mélangent leurs récits et les situations réelles.

Alors que les personnages se remémorent la soirée, le spectateur voit se mélanger les souvenirs des personnages et le déroulement réel de la soirée. De cette position omnisciente et privilégiée  le spectateur s’attachera alors aux personnages et les comprendra. Ce mélange entre réalité et fiction représente cependant une difficulté technique et il faudra donc penser avec soin la mise en scène de notre épisode.

Figure 1 Morgane Kerarvran travaille sur le storyboard,  Photographie: Gaylord Gauvrit

2 | La mise en scène au cinéma

La mise en scène au cinéma peut se définir comme le contrôle que prend le réalisateur sur ce qui apparaît dans le cadre. Il doit diriger le regard du spectateur sur des éléments qui font évoluer la narration. Nous pouvons comparer le travail du réalisateur, qui crée un point de vue, à celui du peintre: chacun de ses choix est prédéfini par rapport au sens qu’il veut donner à son œuvre. Beaucoup de normes existent en ce qui concerne l’équilibrage des plans, la lumière, le réalisme mais réaliser une œuvre originale c’est avoir des partis pris, des choix. Les indices de profondeurs comme les silhouettes permettent de créer un système de plan que le réalisateur doit alors utiliser pour créer une relation dynamique tri- dimensionnelle, c’est-à-dire un jeu entre chaque plan. La mise en scène peut demander un travail de préparation extrêmement long, notamment à travers la création de storyboards. Eisenstein et Eric Rohmer ont même définit des modèles théorique de la mise en scène, ce qui pourrait laisser croire que la mise en scène est une discipline scientifique. Cependant certains réalisateurs, comme par exemple Renoir ou Robert Altman, laissent les acteurs improviser pour rajouter un caractère plus spontané aux scènes.

“Il n’est de théâtre que de l’homme, mais le drame cinématographique peut se passer d’acteurs. Une porte qui bat, une feuille dans le vent, les vagues qui lèchent une plage peuvent accéder à la puissance dramatique. Quelques uns des chefs d’œuvre du cinéma n’utilisent l’homme qu’accessoirement : comme un comparse, ou un contre-point de la nature que constitue le véritable personnage central” [Bazin dans L’art du film :Une introduction, p.175]

La mise en scène peut se définir à travers certains aspects : le décor, le maquillage et les costume, l’éclairage et le jeu que nous allons maintenant voir un à un. Les décors ainsi que les accessoires ont un rôle primordial dans la narration héritée du théâtre. Ainsi dans Psychose de Hitchcock, le rideau de douche cache le tueur et ce même rideau servira à transporter le corps. Le maquillage ainsi que les costumes, souvent coordonnés, renvoient à la caractérisation des personnages et peuvent aussi avoir aussi une fonction narrative. A l’origine, le maquillage était utilisé pour améliorer la qualité photographique des visages sur des pellicules peu sensibles, aujourd’hui il sert surtout à accentuer les qualité expressives des personnages. L’éclairage est un élément de la mise en scène extrêmement important, il permet au réalisateur de guider le regard du spectateur à travers les ombres, sa direction , sa source.

«La lumière est tout. Elle donne l’idéologie, l’émotion, la couleur, la profondeur, le style. Elle peut effacer, raconter, décrire. Avec le bon éclairage, le visage le plus laid, l’expression la plus stupide peut rayonner de beauté et d’intelligence» [Fellini dans L’art du film : Une introduction, p.190]

Figure 2 Federico Fellini sur le tournage de Satyricon , Photographie : Mary Ellen Mark, 1969

Le jeu d’acteur se définit à la fois à travers les mouvements et l’interprétation. L’interprétation est constituée d’éléments visuels mais aussi sonores. Par ailleurs on peut aborder les styles d’interprétation selon deux grands principes: un jeu sera plus ou moins individualisé ou stylisé ( c’est-à-dire basé sur des stéréotypes codifiés).

3 | La mise en scène au coeur de Moviestorm

Nous avons réfléchi à notre scénario en fonction des contraintes imposées par le logiciel Moviestorm, celles imposées par le projet (notamment le recours au plan séquence) ainsi que certaines règles de mise en scène, tout n’est pas possible pour notre travail. En effet la mise en scène exige une certaine intention sur le mouvement et l’interprétation. L’interprétation joue sur la voix ainsi que sur l’expression faciale. Par exemple, lorsqu’un personnage est étonné cela ce lit clairement sur son visage. L’acteur joue et est dans l’affect. Cela fait partie de la communication non-verbale. Dans la vie de tous les jours, l’expression hors de la parole est très importante afin de comprendre et de communiquer. Un regard noir peut faire entendre que nous sommes en colère, alors qu’un regard langoureux ou pétillant parle d’envie, d’amour. Moviestorm est un logiciel de 3D, nous ne pouvons donc pas faire appel à de vrais acteurs, à des personnes réelles pour retranscrire des expressions. Il est possible de faire sourire les personnages animés mais seulement de manière programmée. Le monde de l’acteur et plus particulièrement celui du théâtre est une activité que nous avons pratiqué, par plaisir, mais également dans un but de compréhension. Nous y avons compris qu’être acteur exige beaucoup de travail, d’abnégation, de neutralité afin de revêtir l’habit de quelqu’un d’autre. Il ne s’agit pas seulement de mimer mais aussi de mettre en action et de faire vivre un personnage. Dés lors, comment amener à la vie un protagoniste dont les gestes et les émotions sont déjà programmés?

« Quand intelligence et sensibilité sont en parfait équilibre, on a le merveilleux acteur. » [Charlie Chaplin, 1940]

Figure 3 Incrustation dans Moviestorm, Photographie : Morgane Meneau, Image: moviestormblog.com, Montage: Gaylord Gauvrit

Il sera juste de porter une attention plus particulière à la voix afin de faire en sorte qu’elle reflète et équilibre la sensation que le visage robotique peinera à transmettre. De plus, nous travaillerons plus sur la mise en scène dite “technique”, il s’agit d’une alternative afin de diriger le regard du spectateur, afin de le guider autrement que par le jeu des acteurs : il s’agira de mettre en scène les souvenirs par des flashbacks. A travers ceux-ci nous avons trouvé des astuces qui permettrons d’altérer l’intérêt porté aux émotions et de guider le regard par des mouvement de “corps” et de caméra. Nous allons également travailler sur la lumière et traiter les flashbacks au sein du même lieu, sans changer la dimension de la séquence. A chaque souvenir de la soirée, la lumière se baisse, puis se rallume et par un raccord camera la scène qui se déroule sous nos yeux se situe à l’endroit exacte que celle d’avant, mais dans un temps diffèrent (celui de la soirée).

Morgane Meneau, Morgane Kerarvran, Gaylord Gauvrit

Bibliographie:

Citations de André Bazin et Federico Fellini : David Bordwell et Kristin Thompson 2009, L’art du film : Une introduction, édition De Boeck, 2e édition.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.