[B3, G4] Écriture, premier round

Entre inspiration, désaccords et négociations, voici le premier round dans l’écriture de notre continuité dialoguée de Profession : étudiant. Nous employons le terme « round » car l’écriture est tout sauf un long processus tranquille. Quand la création débute par le manque d’inspiration, on se trouve souvent face à une feuille blanche. Et on se surprend à griffonner davantage dans la marge qu’à s’occuper vraiment du coeur de notre question. Il y a aussi les mésententes sur la caractérisation des quatre personnages, les désaccords sur le noyau du récit, nous risquons de nous égarer, de perdre du temps, et de nous arracher quelques poignées de cheveux. Afin d’éviter tout cela, nous avons voulu organiser notre travail et choisi de travailler en deux temps : d’abord poursuivre la caractérisation de nos personnages, puis amorcer l’écriture scénaristique non dialoguée, des processus que nous allons détailler dans ce troisième billet.

 

Figure 2 : Angoisse de la page blanche

Un questionnaire qui interroge la vie étudiante

Comme nous l’avions précisé dans notre précédent billet, les entretiens semi-directifs sont pour nous non seulement une source d’inspiration mais aussi une manière de compléter les portraits prédéfinis lors du cours de fiction scénaristique de J.-P. Ronssin. D’autant plus qu’à force d’y réfléchir, de s’observer intérieurement et mutuellement, on ne sait plus vraiment comment définir ce qu’est un étudiant.

Comment donner suffisamment de consistance à nos personnages pour qu’en toutes situations ils soient des étudiants crédibles ?

Notre stratégie est donc d’effectuer un véritable repérage et de trouver des profils correspondant au maximum à nos quatre personnages, en filtrant par âge et par filière.

Le questionnement qui dirigera nos entretiens sera le suivant : ces étudiants sont-ils des étudiants « prêts à l’emploi », qui aspirent à intégrer prochainement la vie active, ou sont-ils des étudiants de l’esprit, davantage tournés vers la recherche ? Cette recherche tournée vers l’étudiant sera donc déductive. Une fois les résultats consignés, nous entamerons une réflexion sur la manière de les relier aux profils élaborés en cours, d’affiner ces portraits sans les déformer. La fusion de ces informations nous permettra d’imaginer clairement nos personnages : intonations, gestuelles, expressions types, mais aussi aspirations ou angoisses.

L’importance du questionnement et de la tension dans un scénario

La continuité non-dialoguée sur laquelle nous travaillons actuellement est le véritable cœur de notre projet. Tout l’enjeu de la réussite et de la crédibilité de notre histoire est là. Les dialogues ne seront qu’une sorte de peau qui viendra s’ajouter plus tard dans l’avancement du projet. Les dialogues qui peuvent paraître si primordiaux ne représentent qu’en fait une petite part du travail. D’ores et déjà, il nous faut penser à l’histoire bien sûr, mais aussi à l’ambiance, aux détails, à ce que chacun pense et aux relations entre les personnages. La continuité non-dialoguée, c’est plus simplement la description de tout ce qui se passe dans l’histoire.

C’est lors du cours de J.-P. Ronssin que nous avons eu une prise de conscience : cette écriture n’est pas forcément linéaire, il faut avant tout partir en quête d’une tension qui provoquera un conflit à résoudre, le désir de quelque chose amorcera la force constructrice de l’histoire. Les personnages se positionneront de manière quasi logique par rapport à cette tension en fonction de leurs caractères. Le fait de commencer à écrire avant d’avoir terminé nos entretiens semi-directifs n’est pas réellement un problème étant donné que ces résultats affineront les personnages prédéfinis et apporteront éventuellement des idées supplémentaires qui se juxtaposeront sur notre « tension » de départ.

Figure 3 : Case départ

Le véritable souci de l’écriture repose peut-être en notre capacité à écouter tout ce qui est dit, à accepter d’abandonner les idées que nous avions pu avoir pour en choisir de meilleures. Il est souvent difficile de se détacher d’un travail que l’on a déjà fourni. Par exemple nous souhaitions à l’origine aborder un problème étudiant “classique” dans notre scénario comme les problèmes administratifs ou le stress en période d’examen. J.-P. Ronssin nous conseille d’abandonner cette voie et d’opter pour un autre angle de réflexion : ne pas partir d’un thème mais d’une question à résoudre. Afin de pouvoir capter l’attention de l’internaute J.-P. Ronssin nous conseille également de mettre en scène un problème comique ou dramatique.

Ainsi, nous revoilà au début de l’écriture, à la case départ, à laquelle un grand réalisateur comme Quentin Tarantino est ramené constamment.

« Chaque début d’écriture est un retour à la case départ. Et la case départ, c’est un endroit où l’on se sent très seul. Un endroit où aucun de vos accomplissements passés ne comptent. » (1)

Le cadre de jeu

Pour ne pas perdre de temps à rectifier le tir plus tard, nous essayons de ne pas perdre de vue les contraintes qui nous sont imposées. Le logiciel MovieStorm est la plus importante d’entre elles. En effet, il serait réellement frustrant de concevoir un scénario de qualité qui nous conviendrait à toutes les trois mais que la technique du logiciel ne pourrait pas supporter.

L’une d’entre nous s’est penchée sur la question des limites du logiciel. Ce qui en ressort est que ses possibilités sont tout de même très étendues et qu’il existe de nombreux plugs-in permettant beaucoup d’excentricités. Nous travaillons néanmoins sur une version gratuite et un niveau seulement amateur concernant l’animation, impossible donc de faire débarquer une troupe d’extra-terrestres d’une soucoupe. De plus, les détails trop petits sont à exclure (exemple : un scénario autour d’un bijou, un gros plan sur l’écran d’un téléphone portable etc.).

L’expressivité des personnages est également limitée. Nous ne pouvons donc pas nous reposer sur nos lauriers en nous disant qu’un acteur talentueux fera passer toute l’émotion nécessaire à l’écran. La “tension” dont nous parlions plus haut ne peut donc pas reposer sur nos personnages, mais sur une intrigue bien construite et des dialogues forts et percutants. La situation doit rester crédible pour qu’elle ne devienne pas risible, dans le sens négatif du terme.

Notre espace de création présente désormais un nouveau critère qui a tout d’abord été accueilli avec perplexité mais dont nous comprenons maintenant l’intérêt et les nouvelles portes que cela ouvre en matière de scénarios. Il nous est demandé de concentrer notre action en un unique décor et pourquoi pas de faire de notre épisode un plan-séquence. C’est très certainement dans le but, une nouvelle fois, de nous simplifier la tâche en ce qui concerne la conception des décors sur le logiciel MovieStorm. Notre enthousiasme était un peu retombé à l’écoute de cette nouvelle. Cependant, notre enseignant en scénario a su, à l’aide de quelques exemples bien choisis, nous démontrer l’intérêt de ce choix. Il est vrai que beaucoup de mini-séries ont adopté ce format : temps relativement court, dialogues percutants, peu de personnages et un seul décor. Il nous cite des mini-séries de la chaîne M6 comme Caméra Café ou plus récemment Scènes de Ménage.

Le chemin est encore long avant d’arriver à trouver une voie qui nous convienne à toutes les trois. Plusieurs idées fusent de tous les côtés, des décisions vont devoir être prises : quel style de narration adopter ? Quel lieu ? Quel(s) personnage(s) sera(ont) présent(s) ? Suite au prochain épisode …

Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

 

(1)  Quentin Tarantino, cite in en ligne : http://www.mots-auteurs.fr/auteurs_citations/quentin-tarantino.htm,  dernière consultation 25 novembre 2012

 

Illustrations

 

Figure 1 (photo à la une)
Titre : Catch mexicain
Auteur : Joe Klamar pour l’AFP (Agence Française de Presse)
Date de prise de vue : 4 mai 2012
Légende : Ding ! Ding ! Ding ! La cloche sonne et le match démarre. Chacune d’entre nous propose des idées, qui sont directement mises K.O., au tapis, c’est fini. D’autres idées sont plus intrusives, pénètrent la défense et restent dans nos mémoires.

Figure 2
Titre : Angoisse de la page blanche
Auteur : Sarah KARRAY ; idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY
Date de prise de vue : 10 novembre 2012
Légende : Angoisse de la page blanche électronique. À l’heure où tout un tas d’informations circulent sur le grand web, où les pages sont couvertes de mots, de signes, de photographies, la page blanche électronique en fait paniquer plus d’un.

Figure 3
Titre : Case départ
Auteur : Sarah KARRAY; idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY
Date de prise de vue : 10 novembre 2012
Légende : Les idées s’entremêlent, certaines restent, d’autres disparaissent. La peur de la page blanche est totalement communicante à celle de la case départ. Devrons-nous tout recommencer ? Nos idées ne sont-elles pas assez originales ou envisageables par rapport au logiciel MovieStorm ? Sont-elles trop extravagantes ? Réponse au prochain billet.

 

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.