[B3, G1] Le champ des possibles

Penser une série, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi savoir comment on va la tourner et surtout avec quoi. Pour cette année, la réponse est simple, concentrée en un seul terme : MovieStorm. Littéralement, la tempête des films ; une expression bien solennelle, dans la lignée de la méthode du brainstorming qui vise très certainement à rendre accessible à toute la population la création de films animés en 3D grâce à un prix abordable et des outils très intuitifs.

Toutefois, dans une optique d’auto-analyse et de professionnalisation inhérente à notre formation, nous nous sommes interrogés sur ce logiciel et sur sa capacité à soutenir un travail de qualité semi-professionnelle. Aussi avons-nous distingué chronologiquement trois étapes dans notre analyse de Moviestorm : les a priori vis-à-vis du logiciel, la confrontation avec lui et les perspectives d’utilisation.

A priori

Avant même d’évoquer Moviestorm s’est posé la question de la pertinence de l’usage de la 3D à la place de la prise de vue pour la réalisation des épisodes de Profession Etudiant. Si l’intérêt artistique et la décision d’ordre pédagogique ne peuvent et ne doivent en aucun cas être remis en cause, le procédé pose bien quelques difficultés d’ordre technique. Tout d’abord, aucun membre de la promotion n’avait entendu parler de Moviestorm auparavant. Or, cela implique une nécessaire formation sur un outil inconnu et encore moins familier que les caméras. Plus généralement, la manipulation de la 3D nécessite une complète maitrise de l’outil car tout ce qui apparaitra à l’écran hormis le scénario est créé à partir du logiciel. Puis, il était à craindre que l’usage d’un procédé totalement virtuel ne nous permette pas de tisser et de développer le lien humain qui peut s’établir entre toutes les personnes participant à la conception d’un projet audiovisuel, et notamment du lien avec les acteurs qui, ici, n’existent pas physiquement et ne sont que des polygones déshumanisés. A l’heure où le lien social se distend, la question, bien que parallèle, n’est pas totalement dépourvue de sens.

Ensuite, un autre doute avait germé par rapport au marché du travail et à la vision que les professionnels de l’audiovisuel pouvaient avoir d’une telle expérience. En effet, Moviestorm n’est-il pas un logiciel essentiellement destiné à une communauté de passionnés, plutôt qu’à un usage foncièrement professionnel ?

Enfin, il faut avouer que Moviestorm donnait l’impression de pouvoir réaliser davantage une maquette animée qu’un véritable film ambitieux. Si l’aspect du contenu du logiciel fait immanquablement penser aux Sims, on pouvait regretter justement cette impression de prendre en main un jeu vidéo que, pour sa part, Gabriel méprise ostensiblement.

Les préjugés ont toujours la vie dure, et il faut pourtant concevoir notre websérie avec certaines contraintes inhérentes au monde de l’audiovisuel. Ainsi, comment un élément technique peut-il orienter notre travail de création dans une voie précise ?

Confrontation

Il y a de cela quelques semaines, nous avons chacun pu nous confronter à ce logiciel souffrant jusqu’alors de nos préjugés. Si les premières minutes de contact semblèrent confirmer cette idée préconçue de contraintes multiples et handicapantes, la période d’adaptation et de prise en main qui suivit chamboula nos à priori. Certes chaque membre du groupe eut une expérience différente avec le programme mais en combinant nos trois vécus, nous arrivons à un même constat :

Moviestorm est un logiciel de réalisation de film d’animation accessible aux non-initiés, en ce sens il est simple d’utilisation et permet une création d’un contenu 3D plus rapide qu’en conditions plus professionnelles et techniques. Il présente également l’avantage d’engendrer de moindres coûts de production puisqu’il ne nécessite pas l’utilisation de matériel et d’équipe de prise de vue et de son. En outre, il permet l’exécution de mouvements de caméra élaborés sans les contraintes matérielles des travelings et loumas… Il offre, de plus, une panoplie de décors qu’il est impossible de créer à l’université, tels qu’une salle de concert, un loft new-yorkais ou même la maison blanche. La faculté est également laissée de créer son propre décor, sans frais là aussi. Néanmoins de simples éléments de mise en scène semblent être difficiles à exécuter. Chloé par exemple s’est employée une heure durant à faire passer le balai à son personnage, et en vain. L’important ici est donc de savoir déjouer les limites du logiciel et être enclin à modifier quelque peu ses exigences. Ainsi, dans le cadre d’un exercice visant à réaliser une scène du dernier Métro de François Truffaut sur Moviestorm, Manon a souhaité donner du sens visuel à la réplique d’Arlette : « Vous voulez l’heure ? Il est sept heures moins vingt. ». Pour cela, elle a tenté une première fois de faire porter une montre à son personnage mais n’y est pas parvenue. Elle a de ce fait essayé de trouver un autre moyen de lire et donner l’heure à Bernard. En consultant la liste des objets disponibles, elle a opté pour le téléphone portable qu’elle a fait ouvrir par Arlette, puis pour montrer l’heure à Bernard, elle a exploré la liste des gestes exécutables par son personnage pour finalement opter pour « lever le bras droit ». Mission accomplie ! C’est en passant à la réplique de Bernard, « Non merci, j’ai une montre. » qu’elle résolu son premier problème et parvint à faire regarder son poignet à Bernard et mieux à lui faire porter une montre en revenant à la rubrique de création de personnage plutôt qu’en consultant la liste d’objets disponibles.  En clair, en faisant preuve de souplesse et en explorant toutes les rubriques du logiciel, il est possible d’effectuer un plus grand nombre de choses que ne le laissait présager ce logiciel.

Corpus

Moviestorm est en effet un logiciel 3D adapté au plus grand nombre. Avec un peu de pratique et beaucoup de patience pour les non anglicistes (car le logiciel est en anglais), il s’avère que l’on peut effectuer un large choix de manœuvres, qu’il s’agisse de l’élaboration de décors ou des actions proposées pour les personnages et laisser ainsi cours à notre imagination. On peut créer divers personnages, masculins ou féminins, d’origines, de tailles et de corpulences différentes et leur faire prendre vie grâce à la panoplie d’actions proposées dans le logiciel. A force de travailler et d’expérimenter le logiciel et ses fonctions, il est possible par exemple, de faire de nos personnages des virtuoses du piano, des athlètes de haut niveau ou bien même des tueurs en série (!). Car l’avantage de Moviestorm est la diversité des scénarios que l’on peut effectuer, y compris au niveau de l’ambiance et du ton que l’on veut donner à notre animation. Beaucoup d’utilisateurs en profitent pour laisser libre cours à leurs envies « loufoques », parfois quelques peut morbides d’apprentis cinéastes d’horreur. En effet certains internautes se sont donné à cœur joie pour « maltraiter » leurs personnages en les faisant mourir ou pire en les mutilant, profitant de la 3D pour donner un aspect « humour noir » à leurs productions, comme dans la vidéo « Gone in 30 seconds » [« Poulet noir » 2010] où un malheureux homme d’affaire perd son téléphone portable dans un bassin rempli de piranhas et se retrouve le bras ronger jusqu’à l’os … Bien sur loin de nous l’envie de retranscrire cette folie meurtrière chez nos 4 chers étudiants de notre web série, il est intéressant de savoir jusqu’où s’étendent nos possibilités de manœuvres.

Autre avantage de Moviestorm, il est très facile de créer une ambiance générale et donner une direction à la vidéo, ce qui plonge le spectateur dans telle ou telle univers.

Dephil Rice
2011

Sur le site officiel de Moviestorm, les vidéos créées sont répertoriées par catégories allant de la comédie au drame en passant par l’action. Par le biais des « mouvements de caméras », de cadrages ou de la bande son utilisées, on se retrouve rapidement au cœur d’une atmosphère joyeuse ou angoissante, comme nous le montre beaucoup de vidéos basées sur « le thriller », très en vogue avec ce logiciel. On retrouve ce procédé avec la vidéo « Thy neighbor » [Phil Rice dit « Overman » Zarathustra studio 2010] court métrage de la catégorie « horror » qui dès les premières secondes nous emmène dans un climat inquiétant. Une jeune femme est seule chez elle devant sa télévision et décide de sortir dans son jardin, intriguée par un bruit venant de l’extérieur. Dans cette vidéo le hors champ est important et nous permet de comprendre rapidement ce qui attends la pauvre jeune femme …

Moviestorm est donc un atout pour retranscrire les sentiments que nous voulons exercer sur les spectateurs.

De plus, avec Moviestorm nous ne sommes pas limités dans la durée de la vidéo. Beaucoup d’entre elles sont considérées comme de véritables courts métrages, débordant de dialogues ou d’actions. En visionnant ces vidéos, nous nous sommes aperçus que la plus part des actions basiques étaient réalisables, comme le fait de manger, boire un verre d’eau ou encore de fumer une cigarette, malgré notre essai peu concluant en atelier. Autre chose surprenante, il est également possible d’effectuer des modifications corporelles sur nos personnages (marques de coups et blessures après une bagarre par exemple) comme nous le témoigne la vidéo « Blind date and matter of fate » [Logan Payne 2011, 04’56]. Bien évidemment le logiciel montre ses limites quand certaines actions révèlent des dysfonctionnements au niveau de la 3D, par exemple lorsque qu’un verre se renverse [Logan Payne 2011, 07’00] ou que les cheveux d’un personnage fusionne avec le décor … [Logan Payne 2011, 07’11].

Logan Payne
2010

Après de nombreuses observations, Moviestorm reste tout de même une bonne alternative pour traduire ce que nous voulons représenter avec notre web série « Profession étudiant ». Il nous faut juste apprendre à maîtriser toutes les capacités de ce logiciel.

Défi

En partant de nos à priori, nous avons peu à peu élargi le champ des possibles grâce à nos expérimentations sur Moviestorm et plus encore en nous appuyant sur un corpus de films réalisés grâce à ce logiciel. Aujourd’hui nous entamons donc l’écriture de notre web fiction en tenant compte des limites du logiciel certes mais avec tout de même d’incroyables possibilités de réalisation. Ici démarre notre défi créatif ; et ces contraintes, qui s’apparentaient hier à des freins, constituent désormais des moteurs de création, ce sont ces limites qui vont booster notre inventivité et faire de notre web épisode un contenu inédit et original. Défi accepté !

 Manon Harsigny, Gabriel Feuvrier, Chloé Hernandez

Filmographie : www.moviestorm.co.uk

POULET NOIR [2010] « Gone in 30 seconds »

PHIL RICE dit  Overman  [2010] « Thy neighbor », Zarathustra studio

LOGAN PAYNE  [2011] « Blind date and matter of fate »

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.