[B3, G3] Femme à lunettes… Geekette !

Figure 2

Pour ce troisième billet, nous avons décidé de nous intéresser tout particulièrement à l’un des quatre personnages de la série, Maëlie. Pourquoi Maëlie ? Parce que c’est la geekette du groupe, et que cette notion de jeune fille geek nous intéresse particulièrement. Le geek, parfois francisé en « guik », est un terme d’argot américain qui désigne de façon péjorative, à l’origine, une personne bizarre, perçue comme intellectuelle et passionnée. Avec le succès des gadgets de haute technologie, une personne qui aime de tels objets voudra aujourd’hui s’autoproclamer « geek ».

La vision du geek dans la société

Comme nous le disions, au départ, le geek était un simple passionné. Aujourd’hui, l’archétype classique du geek est celui du passionné d’électronique, d’informatique, d’univers fantastiques (comics, science-fiction, etc.). Cette passion s’exprime concrètement à travers de nombreuses activités telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique.

Adolescents, adultes, le plus souvent masculins, mais de plus en plus féminins, les geeks seraient des personnes en dehors de la société, vivant dans un monde virtuel afin de fuir la réalité. On parle beaucoup de timidité, de personnes isolées à cause du temps passé sur l’ordinateur, d’une déconnexion de la vie réelle. Les geeks n’ont pas ou peu de vie sociale, leurs amis sont très souvent geeks aussi.

Bien sûr, toute cette description provient de clichés, de préjugés portés sur les geeks par la société. Nous nous sommes demandés si ces clichés avaient une vraie raison d’être, afin de savoir si notre personnage devait avoir ou non ces traits de caractère. Nous avons décidé d’enquêter auprès d’étudiants geeks en réalisant des entretiens.

Figure 3

 Ce qui ressort du premier entretien effectué par Sarah

Je tiens tout d’abord à préciser que pour cet entretien, J. souhaite garder l’anonymat et ne tolère pas non plus que l’on publie une photo de lui. La première chose que J. me confirmait c’est, qu’en effet, la majorité des gens possède une représentation du geek assez similaire : « Dans la société, je dirais que le geek est perçu comme quelqu’un qui passe sa vie derrière un écran, à écrire et faire des choses incompréhensibles pour le commun des mortels. Même si je crois que cela commence à se démocratiser, notamment grâce à l’e-sport, suivi chaque année par d’avantage de monde ou les différents salons informatiques ou de jeux vidéos qui accueillent de plus en plus de monde. Il me semble que l’on retrouve un peu la même chose dans le milieu étudiant bien que de façon un peu plus nuancée. Mais lorsque les autres étudiants « non-geek » ont besoin d’aide, nous prenons plaisir à les aider et ils en sont certainement reconnaissants. » S’il accorde environ 80% de son temps à sa passion, l’informatique, et que, par conséquent, il passe beaucoup moins de temps à travailler sur ses cours, il doit cependant posséder certaines facilités, qui lui confèrent de bonnes notes. J. exprime une certaine fascination pour l’Intelligence Artificielle (I.A.), bien qu’il ne se sente pas personnellement capable de manier cela avec habilité, malgré ses grandes compétences en informatique. Même si J. ne fait pas nécessairement le rapprochement entre cette façon d’être et le mode de fonctionnement binaire de l’informatique, il se définit comme quelqu’un de droit et juste, finalement assez moral. En revanche, il avoue avoir certaines difficultés à affronter la réalité, à laquelle il se dérobe le plus souvent possible : « De manière générale j’essaie d’éviter le plus possible les situations délicates, et si je sais que je n’ai pas le choix, j’essaie de les accomplir le plus vite possible, afin d’en être débarrassé. » Et même s’il pense que l’univers geek englobe beaucoup de gens très ouverts d’esprits, ils n’en restent, selon lui, pas moins des gens assez timides, dont la vie sociale est nécessairement limitée par le nombre important d’heures passées devant un écran d’ordinateur : « Il n’est pas toujours aisé de trouver le juste équilibre entre la vie sociale et cette passion plutôt solitaire, et l’on se laisse vite séduire par la possibilité de communiquer avec des gens du monde entier par ordinateur, et que l’on pense connaître de cette façon…»
A la question de savoir comment il se définit, lui, et ses amis geeks, dans leurs relations sentimentales, il répond que beaucoup restent assez introvertis, mais il préfère ne pas se prononcer en ce qui concerne l’éventuelle vie sexuelle tardive de cette « caste », — ils se définissent eux-mêmes comme un « nous » qui prend une tournure communautaire. Je lui demande alors si les geeks sont mal à l’aise avec le fait d’évoquer leur vie sentimentale et/ou sexuelle. A ce sujet, il reconnait : « Du fait que nous manquons de contact avec l’extérieur, nous avons plus de difficultés à nous confier et à évoquer ce genre de choses, qui sont finalement devenues des faits sociaux, et qui permettent souvent de s’intégrer. »
Enfin, le dernier aspect qui resurgit de cet entretien est l’importance du personnage geek dans l’enseignement et l’éducation, du fait qu’il remet en question beaucoup de choses, et maîtrise certains domaines qui peuvent parfois dépasser les enseignants eux-mêmes…

Confrontées à l’expérience, suite à ces différents entretiens, il me semble que force est de constater que les clichés, que l’on souhaitait absolument éviter lors de la première séance de caractérisation des personnages, correspondent finalement assez souvent à une certaine réalité…

Ce qui ressort du second entretien effectué par Barbara :

Figure 4

Être geek, à la base, c’est être un passionné de technologies, mais la notion a été détournée et s’applique aujourd’hui plus particulièrement à l’informatique. Ça n’a pas forcément trait aux jeux vidéo et la programmation peut en faire partie. En général, un geek est au courant de l’actualité d’Internet et des buzz.

Être geek c’est aussi avoir besoin de sa « dose quotidienne » de virtuel, de se transposer dans un monde qui offre des milliers de possibilités et un dépaysement total par rapport à ce que l’on peut voir tous les jours. Il y a une sorte d’alchimie entre le geek et sa machine, l’ordinateur devient en quelque sorte une extension du corps.

La différence entre un geek et un no-life (un no-life est une personne qui consacre une très grande part, si ce n’est l’exclusivité de son temps à pratiquer sa passion, et qui par conséquent n’a « plus de vie » en dehors de cela), est que le geek conserve une vie sociale, il sait en général vivre sa passion en accord avec la société, sans la rejeter. Par exemple, les geek sont souvent bons élèves. La plupart du temps, ils s’expriment correctement à l’écrit, en français comme en anglais, (on note en effet très peu de fautes d’orthographe sur les sites tels que 9gag et 4chan*), et réussissent en mathématiques, l’esprit binaire aidant.
Le geek peut porter un regard assez critique sur la société, de par l’ouverture qu’Internet lui procure et la variété des informations auxquelles il a accès.

On peut dégager plusieurs idées de cet entretien. Un geek serait donc, au sens moderne, un passionné d’informatique. C’est une personne qui a une grande culture de l’Internet et des nouvelles technologies. On remarque une volonté d’échapper à la réalité, de se plonger dans un univers idéal et sans contrainte. L’ordinateur devient un objet vital dont il ne peut se passer. Un geek serait aussi une personne curieuse, plutôt ouverte d’esprit, même s’il peut parfois céder à un léger sentiment de supériorité par rapport aux « non-initiés » et au reste de la société.

Conclusion :

Nous n’étions pas toutes d’accord dans le dernier billet pour dire s’il fallait ou non s’inspirer des clichés pour créer nos personnages. A la suite de nos entretiens, nous en sommes arrivées à la conclusion suivante : le personnage de Maélie serait plus intéressant s’il prenait source dans certains clichés, même s’il nous faudra les modérer pour ne pas en faire une caricature. Philip Roth, écrivain américain, a dit dans son ouvrage intitulé La tâche : « Ce que nous savons, hors clichés, c’est que personne ne sait rien » : c’est qu’il est extrêmement difficile d’avoir des représentations qui ne soient plus du domaine des clichés. Tout ce que nous pensons savoir d’une catégorie de gens, ce sont les clichés que nous en avons. Il s’agit finalement d’une forme de croyance collective. C’est pour cette raison qu’il faut les utiliser, même si c’est dans le but de mieux les briser par la suite. Nous voulons tenter d’offrir au public une série dans laquelle il trouvera des personnages auxquels il pourra s’identifier facilement, ou bien reconnaître une catégorie de personnes, mais dans laquelle il pourra aussi parfois être surpris.

Maëlie sera donc une étudiante en alchimie avec son ordinateur, passionnée par toutes les nouvelles technologies et la culture Internet. Elle sera ouverte d’esprit, juste et carrée. Mal à l’aise avec les relations sociales et le sexe, elle sera réservée et aura beaucoup de mal à se livrer. Bonne élève, elle aura des amis geeks, mais grâce à sa colocation avec Nikolaï, elle entretiendra également des relations avec des personnes « normales ». Enfin, elle détestera tout ce qui est administratif.

Sarah Vasseur, Barbara Lancia et Juliette Chanson

* 9gag et 4chan sont des sites internet rédigés en anglais et basés sur le partage d’images et de vidéos. Bien que chaque membre puisse poster les fichiers de son choix, la grande majorité des envois sont des images ou des vidéos humoristiques, comprenant de nombreux mèmes (parodies ou déclinaisons d’images qui font le buzz sur la toile), ou des images faisant l’actualité. Très fréquentés par les férus d’informatique, ces sites sont en général considérés comme représentants de la culture geek.

Bibliographie :

ROTH Philip, La Tâche, Paris, Editions Gallimard, 2002

Illustrations

Figure 1 (photo à la une)

Titre : Intimité

Auteur : Chanson Juliette

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Dans l’esprit, cette photo souhaite simplement évoquer le contact entre celui qui utilise l’ordinateur et les composantes de l’ordinateur lui-même. Dans la passion informatique, il y a toujours un contact entre celui qui utilise et l’objet utilisé, ce qui n’est pas le cas de d’autres passions qui utilisent exclusivement le corps comme la danse etc. Ici il y a la nécessité d’un objet extérieur et d’un rapport avec celui-ci.

Figure 2

Titre : Le groupe à lunettes !

Auteur : Maté Bodnar

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende  : Cette image, prise par Máté Bodnár, a simplement pour vocation d’illustrer notre titre en même temps que notre groupe de travail, puisque elle nous présente avec des lunettes

Figure 3

Titre : Le geek et sa souris

Auteur : Lancia Barbara

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Métaphore de la souris d’ordinateur, qui est au plus proche de son utilisateur puisqu’elle est complètement intégrée à lui.

Figure 4

Titre :Le geek en flagrant délit !

Auteur : Chanson Juliette

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Représentation de la place que prend l’écran d’ordinateur pour quelqu’un qui est passionné d’informatique.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.