[B3, G8] S’apprivoiser

Notre première rencontre avec Frédéric El Kaïm a eu lieu à la faculté. Le rendez-vous avait été organisé par Blandine Schmidt. Une fois arrivé, le metteur en scène a commencé à nous parler de sa pièce et de toutes les informations qu’il avait pu récolter sur la violence au travail.
Nous n’avons pratiquement pas posé de questions. Nous n’en avions d’ailleurs pas besoin car Frédéric El Kaïm croit tellement à son projet que nous étions juste fascinés.
C’est également ce qu’il s’est passé lorsque nous l’avons retrouvé à la salle de théâtre, tout du moins au début. Nous pensions au départ que nous allions simplement visiter la salle de répétition. Nous n’avions donc pas convenu de questions au préalable puisque nous ne pensions pas avoir le temps de l’interroger. Cependant, nous avions déjà réfléchi à la thématique de la censure. Nous disposions alors de plusieurs pistes de réflexion à approfondir.
Étant arrivées en retard, nous n’étions pas très à l’aise et nous avons donc laissé Blandine interroger Frédéric El Kaïm, tout en essayant de retenir les informations importantes et de nous adapter afin de poser des questions à notre tour. Puis, Blandine s’est absentée un moment nous avons donc poursuivi seules la conversation.

Au début, nous trouvions tout intéressant et nous rebondissions sur les propos de Frédéric El Kaïm, sans forcément penser à notre thématique. Il était plus intéressant de connaître l’univers de la pièce ou même les convictions les plus profondes de Frédéric El Kaïm, plutôt que de s’axer sur un seul thème. Ainsi, tandis que Frédéric El Kaïm était parfaitement à l’aise, nous commencions seulement à nous adapter et prendre nos marques.
Blandine nous a alors annoncé qu’elle devait s’en aller, assez surprises sur le moment, il était cependant évident que nous devions profiter de ce moment pour en apprendre plus sur le développement de la pièce. Étant les deux seules présentes, c’était l’occasion de nous “apprivoiser”. Le côté “amadouer l’autre” nous fait penser au film Big fish de Tim Burton (1). Dans ce film, le contexte n’est évidemment pas le même mais le fond est similaire. Nous sommes comme Will Bloom qui cherche à attraper le gros poisson sauvage incarné par son père, Edward Bloom. A l’instar du fils, nous devons discerner le vrai du faux, la théorie de la pratique, les paroles conscientes des faits et gestes inconscients de nos interlocuteurs. Mais nous comprenons bien que c’est finalement dans les histoires racontées que l’on peut comprendre la vérité.

Frédéric El Kaïm était à notre disposition car les techniciens rencontraient des problèmes dans la salle de répétition. A 13h, il s’est préparé à manger et nous nous sommes installés à table. La discussion a repris sans discontinuité. C’est à ce moment que nous sommes parvenues à établir un véritable contact avec le metteur en scène.
N’étant pas familières des interviews, la conversation nous échappait parfois car nous n’arrivions pas à la recentrer sur la thématique que nous voulions creuser. Mais nous pensons qu’avec le temps, nos questions se feront de plus en plus précises à mesure que nous maîtriserons notre sujet. D’autre part, la relation de confiance que nous établissons avec Frédéric El Kaïm nous permettra d’être plus entreprenantes lors de l’interview, et donc éventuellement de le couper dans ses digressions. D’un autre côté, même lorsqu’il déviait de la question initiale, il y avait toujours quelque chose d’intéressant à retenir de ses propos.
Finalement, nous avons dû partir à notre tour bien que nous aurions souhaité rester plus longtemps. Sur le chemin du retour, nous avons partagé nos ressentis et nous sommes arrivées à la même conclusion : nous étions parvenus à nous apprivoiser autour de cette table de cuisine.

Figure 2 Frédéric passe à table

Cette conversation nous a permis d’en apprendre plus sur la genèse de la pièce mais également de cerner un peu mieux les motivations du metteur en scène. En effet, la première rencontre était en quelque sorte officielle (promotion de son projet), alors que la deuxième était plus intimiste et ressemblait plus à une discussion entre adultes sans intérêt sous-jacent. C’est donc grâce à cette rencontre que nous avons pu rassembler les idées que nous mettrons en avant dans notre documentaire, et avancer plus concrètement dans la rédaction de notre note d’intention.
Nous sommes retournées au théâtre quelques semaines plus tard afin de faire la connaissance des comédiens et assister à la réalisation des vidéos qui seront diffusées sur internet pour la promotion de la pièce. Malheureusement, Frédéric El Kaïm a rencontré des problèmes techniques lors de la réalisation de ces vidéos, ce qui a causé du retard vis-à-vis du planning de la journée.
Il ne nous a donc pas été possible de prolonger notre conversation avec le metteur en scène. Ceci nous a démontré que beaucoup de conditions doivent être réunies afin de parvenir à une véritable rencontre, et que celles-ci sont la plupart du temps indépendantes de notre volonté. Nous devons donc être capable de nous adapter à toutes éventualités, mais également de nous tenir disponible et à l’écoute dès que cela s’avère nécessaire. Quoi qu’il en soit, nous avons quand même pu entrevoir les liens professionnels et amicaux qui existent à travers cette troupe. Ce rendez-vous a aussi été l’occasion d’avoir une première approche avec les comédiens. Ce rendez-vous a vraiment été passionnant. Nous avons pu observer les comédiens entre eux et les écouter lire leurs textes. Ils ont été captivants et c’est à ce moment que nous nous sommes aperçues du professionnalisme de ces comédiens.

Figure 3 : Lecture et discussions

« L’entretien constitue toujours une intrusion dans la vie des personnes contactées : dans leur agenda et leur temps personnel, mais aussi dans leur intimité et leur monde personnel » [Demazière, 2008]. Dans le but de limiter cette intrusion, nous nous devons en tant qu’apprenties documentaristes d’instaurer une relation de confiance vis à vis des personnes que nous interrogerons. D’autant plus que cela pourra s’avérer bénéfique puisque notre témoin se livrera sans doute davantage s’il est certain que nous respecterons ses paroles.

Désormais, nous avons une idée beaucoup plus précise et concrète de ce que sera la pièce de Frédéric El-Kaïm. Nous connaissons les enjeux et les points de “discorde” qui se posent lors de l’écriture d’une pièce telle que Les nouveaux barbares. Nous avons même pu obtenir des informations supplémentaires qui nous aideront à développer notre webdocumentaire.
En tout cas, grâce à ces différents rendez-vous, nous nous apercevons qu’il faut du temps pour obtenir les éléments essentiels qui feront toute la différence. Mais surtout s’il faut du temps, c’est bien parce qu’il faut apprendre à connaître la personne que l’on a en face de nous. Il faut s’adapter à elle et qu’elle s’habitue à nous. Ce n’est pas forcément chose aisée mais progressivement, on y arrive.

Lisa D., Lauriane Paganon

(1) Big Fish, Tim Burton, 2003

Bibliographie

DEMAZIERE Didier [2008], «L’entretien biographique comme interaction négociations», Langage et société, n°123, 2008.  

Illustrations

Figure 1 (photo à la une)
Titre : The blessing of communication
Auteur : Ben Heine
Date de prise de vue : 05 juin 2008
Lien URL : http://www.flickr.com/photos/benheine/2555783766/
Légende : Parvenir à établir une relation de confiance demande de la patience, mais le résultat est souvent à la hauteur des efforts réalisés.

Figure 2
Titre : Frédéric passe à table
Auteur : Lisa D.
Date de prise de vue : 30 octobre 2012
Légende : Frédéric El Kaïm parle de son projet et des vidéos des acteurs qu’il a tourné pour promouvoir sa pièce.

Figure 3
Titre : Lecture et discussions
Auteur : Lisa D.
Date de prise de vue : 02 novembre 2012
Légende : Les comédiens et le metteur en scène discutent et débattent sur des éléments du texte.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.