[B3, G7] De la réflexion à l’image

Passer de l’œil aiguisé à l’esprit analytique :

Nous avons tout deux eu l’occasion, à plusieurs reprises, de nous confronter au milieu professionnel dans le domaine audiovisuel. C’est quelque chose qui nous passionne, cela va sans dire. De part nos diverses expériences (stage, travail, ou encore association) nous avons concrètement pratiqué un bon nombre d’outils, que ce soit le cadrage, la post-production, ou bien encore le montage. Brice a notamment exercé le métier de Journaliste Reporter d’Images pour un journal télévisé, et Romain a réalisé une web série fictionnelle. En discutant, on s’est vite rendu compte qu’on avait tous les deux les mêmes réflexes en visionnant un film, un documentaire, ou un reportage.

En effet, des questions nous reviennent souvent : « Mais où ont-ils placé leur caméra ? Comment il fait pour cadrer comme ça ? Tiens, c’est un plan intéressant ! Comment il arrive à faire cet effet sous Final Cut ? » A vrai dire, ces questions récurrentes ont tendance à nous altérer l’esprit, à tel point qu’on perd le fil de la narration ou de l’histoire. C’est pratiquement une obsession. Mais cela démontre une chose : notre esprit est aiguisé pour le cinéma. Fatalement, les cours que nous avons suivi pendant notre cursus respectif, ont exercé cet esprit d’observation et critique face à tout type d’œuvre audiovisuelle. Un point a particulièrement retenu notre attention en ce début d’année, c’est la classification des types de documentaires.

C’était pour nous quelque chose d’inconnu et qui nous a permis de nous mettre dans la peau d’analystes, plutôt que dans celle de simples observateurs des aspects esthétiques. On s’explique : il existe un genre documentaire, celui dit « du regard ». Pour faire court et simple, comme son nom l’indique, il s’agit d’un genre dans lequel le réalisateur fait passer ses idées (son « regard ») de manière parfois claire, parfois dissimulée. Et c’est là que réside tout l’enjeu de l’analyse. C’est aussi un genre qui s’intéresse fréquemment à un sujet peu traité, à un angle inhabituel.

Figure 2

Un regard nouveau sur le métier d’éclairagiste de théâtre : la lumière comme matière première de la création :

C’est dans cette démarche de « regard » que nous avons voulu aborder notre web documentaire cette année. Il était dont pour nous important de trouver un angle inhabituel. Ainsi, sur la pièce « Les Nouveaux Barbares », nous avons décidé de parler du travail de l’équipe technique. S’intéresser à ceux qui sont sur scène lorsque l’on parle de théâtre était une manière trop classique de procéder. Nous nous sommes tournés vers les « hommes de l’ombres », ceux qui ne sont pas sur le devant de la scène, mais sont indispensables à la création de l’œuvre théâtrale. Ces « hommes de l’hombre », ce sont les éclairagistes. (Cf. notre second billet « Mise en lumière ».)

Pourquoi ne se focaliser que sur un seul de ces postes techniques ? Pour découvrir tout les aspects d’un métier que nous n’avons justement pas l’habitude de voir, d’en démontrer la nécessité. Nous souhaiterions donc comprendre la démarche créative de l’éclairagiste de théâtre, dans son travail de mise en lumière d’une scène de théâtre. Il s’agirait de connaître son attachement au scénario, aux thèmes traités par la pièce — sachant qu’il s’agit d’un sujet de société lourd, à savoir, les relations et les malaises au travail. A-t-il un rôle de simple exécutant ? Au contraire, s’implique-t-il/s’immisce-t-il complètement dans le sujet ? Comment met-il en œuvre les directives du metteur en scène ?

Face à ces questions, nous ne partons pas de zéro. Nous avons déjà eu la chance de rencontrer Frédéric El Kaïm, le metteur en scène de la pièce. Il nous a parlé du rôle de son éclairagiste et, pour lui, la réponse est simple : « L’éclairage est complémentaire à la scénographie. Une bonne conception d’éclairage doit suivre la ligne dramaturgique, pour créer les ambiances voulues, susciter les bonnes impressions chez le spectateur. » On apprend, au fil de la conversation, que les deux hommes travailleront en étroite collaboration et accompliront ensemble la création lumière. L’un soufflera à l’autre des idées et des remarques, pour mieux avancer, ou tout du moins, aller dans la même direction.

Figure 3
Figure 3

Grâce à nos expériences antérieures, nous savions déjà que le rôle de la lumière était fondamental pour la création d’une œuvre, qu’elle soit théâtrale ou audiovisuelle. Un élément est tout de même à différencier entre théâtre et cinéma : au cinéma, la lumière doit reproduire, simuler et s’inspirer du réel, alors qu’au théâtre, elle est modelée, utilisée pour mettre en avant une partie de la scène, ou encore pour symboliser, par exemple, un lieu ou un état d’esprit.

Mise en lumière : découvrir le professionnel derrière le visage de l’homme : 

Enfin, il nous a été demandé d’écrire la note d’intention de réalisation, afin de justifier nos choix, notamment concernant le thème choisi. C’est aussi l’occasion pour nous de coucher sur le papier les prémisses de ce que nous pressentons en terme de réalisation concrète de notre projet. C’est, par exemple, le moment de penser aux différents cadrages, éclairages et ambiances sonores. De nos premières réflexions, nous avons réussi à dégager une première ébauche de ce que devrait être la réalisation finale.

En ce qui concerne l’interview de l’éclairagiste de la pièce « Les Nouveaux Barbares », nous voulons nous inspirer du documentaire de Gianfranco Rosi « El Siccario ». Ce documentaire, sous forme d’entretien, donne la parole à un ancien bourreau des cartels de drogues, au Mexique, dont le visage est masqué pendant toute la durée du film. Un peu à cette image, pour notre éclairagiste, nous voulons un entretien intimiste, dans une ambiance très peu lumineuse, du moins, au début. (Nous rappelons que cette interview fera partie d’un web documentaire, prenant la forme d‘un diaporama de photos accompagné d’une bande sonore.) A mesure que l’entretien progressera, qu’on en apprendra plus sur son métier, le visage de notre homme s’éclairera de plus en plus, jusqu’à ce qu’on le discerne clairement. Ces images de son visage, de plus en plus éclairé, seraient donc le fil rouge de l’entretien, mais seraient entrecoupées d’autres illustrations qui pourraient être, par exemple, un jeu esthétique sur les ombres des comédiens en scène. Cette ébauche est évidemment perfectible, mais a le mérite de donner le ton sur ce que nous souhaitons réaliser.

Brice G. et Romain Gallon

Illustrations

Figure 1 (image à la une)

Titre : Perso

Auteur : Marc Mateus

Date de prise de vue : le 30 septembre 2008

Lien URL : http://www.flickr.com/photos/dolarz/2903099075/

Légende : Est-ce le regard qui capte la lumière ou la lumière qui accroche le regard ? Ici, le jeu d’ombre laisse à peine entrevoir les contours du visage. Tout comme le héros de notre futur documentaire, cet homme semble se révéler lentement. Son regard, qui nous retient, nous rappelle à quel point l’objectif du photographe-observateur doit avant tout créer un échange…

Figure 2

Titre : Le regard du réel/réal

Auteur : Brice Gouronnec

Date de prise de vue : le 20 novembre 2012

Légende : On observe ici le geste symbolique du réalisateur de Cinéma lors d’un repérage d’une scène. Ce geste au premier plan, reflète le cadrage 16/9ème qui correspond aux dimensions d’un écran de Cinéma. On y voit en second plan le regard si particulier du réalisateur qui analyse et étudie le plan.

Figure 3

Titre : Jeux d’ombres

Auteur : Romain Gallon

Date de prise de vue : le 15 septembre 2009

Légende : Image extraite de la pièce “On s’aime, nous non plus“, de la troupe des Apartés. Une simple ombre chinoise sur un écran blanc faisait office de reconstitution d’une cuisine. Le théâtre fait appel à l’imagination du spectateur…

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.