[B2, G6] Deux points de vue, mais un seul texte

Alors que nous essuyons à l’antiseptique les bosses et bleus dont souffrent nos méninges suite à un virulent pugilat cognitif, nous vient à l’esprit l’idée de construire ce billet de la façon suivante : commencer par le résultat de notre pugilat, à savoir la première version de note d’intention commune pour notre web-documentaire, puis présenter étapes par étapes le processus que l’on a mis progressivement en place, les obstacles rencontrés et plus ou moins franchis. Cette épouvantable idée de pastiche d’écriture lovecraftienne nous apparaît comme une illumination soudaine, tandis que mes doigts fusent provisoirement sur le clavier AZERTY et que ma consœur me ressert une tasse de son grog maison non-alcoolisé parfum miel / citron. Ecrire en commençant par la fin, faire comprendre par petites touches la lente élucubration qui amène à la situation présentée dès le début : la naissance d’une note d’intention.

Ce pourrait être un courant électrique entre les deux bornes d’une pile, qui fuse en permanence, mais dont la polarité des bornes s’inverserait sans arrêt, de sorte que le courant effectue des allers-retours, se voyant greffer des éléments supplémentaires à chaque passage. Notre thème : Aliénation et souffrance au travail. Nous nous retrouvons donc réellement confrontés à la question de l’écriture à deux avec cet exercice de la note d’intention. Nous devons donc écrire une note d’intention, donc un texte qui demande un investissement personnel, mais à deux. Difficulté qui relève de l’antilogie : écrire à deux mains un texte qui est censé contenir un point de vue et une intention personnels. Le résultat, d’ailleurs, n’est pas vraiment probant, mais qu’importe, on peut toujours réécrire. L’essentiel était de parvenir tant bien que mal à s’accorder… et quoi ? Vous seriez intéressé par la lecture de cette fameuse note d’intention dont on ne fait que parler depuis tout à l’heure ? Non, non, on ne la montrera pas, d’abord parce que le billet serait beaucoup trop long, en suite parce qu’elle est encore bien trop inachevée… ce qui laisse présager d’autres pugilats cognitifs.

deux points de vue, une seule note d’intention… conflit?
[by Flo]

Bon, tout de même, on va bien écrire quelque chose. Avant de rédiger le un à deux, et vu qu’on n’arrivait vraiment pas à se mettre d’accord (B8, porte-avions coulé ! D’accord, j’achète la rue de la Paix. Brelan de dames ? Très bien, ma tour mange ton fou), on a convenu de rédiger au préalable une note d’intention chacun, afin de coucher par écrit nos idées respectives et d’avoir ainsi un support pour débattre plus efficacement. Retranscrivons donc un extrait de ces notes individuelles – par souci de lisibilité du billet nous avons employé un code couleur pathétiquement stéréotypé : du rouge pour Capucine, du bleu pour Florent.

NOTE D’INTENTION DE CAPUCINE

Pourquoi, finalement ce thème de l’aliénation pour ce web documentaire sur le travail ?

Ayant moi-même souvent travaillé durant mes études, je peux dire que le cadre des « contrats étudiants » est un cadre parfait pour l’abus. Nous consentons directement à ce principe: « je n’ai pas le choix, c’est un boulot d’appoint, je ne ferai pas ma vie ici, j’ai déjà de la chance d’avoir ce boulot. » Si je fais la moindre erreur, si je me plains, si je demande, si je m’exprime, alors ils disent facilement et ouvertement « d’autres sont prêt à prendre votre place. » C’est le chantage. C’est maintenant que le « patron » peut mettre en place et obtenir de nous ce qu’il veut. Nous pouvons commencer la liste : je me fais gronder comme une enfant, humilier devant un client, épier par les caméras de surveillance, je travaille souvent sans savoir pourquoi ou pire encore contre mes convictions, rien n’a de sens et quand je questionne, je passe pour quelqu’un d’ingérable avec qui on ne peut continuer de travailler. Heures supplémentaires non payées, sur-utilisation des avertissements pour un oui ou pour un non, sélection subjective, délit de faciès. Et lorsqu’un dirigeant arrive à monter ses salariés les uns contre les autres, il a gagné beaucoup : rupture de la confiance, de la connivence, du dialogue entre les salariés, tout le monde se méfie. Il y a aussi le harcèlement managérial. La pression des patrons sur les managers, ces derniers étant aussi salariés : appels en plein milieu de la nuit pour rendre des comptes, pourquoi tel salarié a fait telle erreur ? Il y a alors dénonciation de ses collègues puisque lui aussi vit la même pression que nous, il doit garder son travail. Sous-effectif : un salarié se retrouve à faire le travail de plusieurs. Ou sur-effectif à l’embauche pour pouvoir garder les meilleurs ou les plus soumis. A partir du moment où j’ai senti que le sort était jeté et qu’il voulait se débarrasser de moi, il se passe ceci : on isole, on humilie, on ignore, on donne du travail inutile, des objectifs irréalisables ou encore dégradants. Cela dépend des jours. Je détecte un jeu : comment va-elle réagir si j’agis comme ça ou comme ça ? Il prend plaisir. Une réalité. Ah oui, un détail, je travaille dans la grande distribution pour payer mes études. 

Dessin issu des manifestations de mai 68 (2)

NOTE D’INTENTION DE FLORENT

La première question que je me suis posé, c’est : ai-je moi-même déjà vécu une expérience de souffrance au travail ? Je passerai le thème de l’école, où selon moi les “bons” élèves sont plus marginalisés que les “mauvais” par le système de compétition (l’ostracisme de la part de la classe dominante, celle des adultes, est moins frustrant que celui venant des autres élèves, la classe à laquelle on appartient). Bon, mais en dehors du système scolaire, que ce soit dans des travaux agricoles ou sur des tournages, j’ai toujours eu aussi bien des patrons aussi bien excellents qu’exécrables. Exécrables, mais cependant réglementaires : on pouvait me crier dessus parce que j’étais incompétent, néanmoins je n’étais pas exploité, parce qu’on ne m’a rien demandé qui ne soit pas conforme au contrat, c’est-à-dire des heures supplémentaires non payées en masse, des tâches inexpliquées voire irréalisables. Pour avoir fréquenté le milieu ouvrier, nous étions tous d’accord sur la pénibilité du travail, néanmoins tant qu’on est payé conformément aux heures travaillées et sans stress inutile, on ne se plaint pas de notre sort, d’autant plus qu’il y a la satisfaction de se servir de son corps comme d’un outil de travail : fierté musculaire. En régie sur des tournages, mieux vaut en revanche ne pas compter les heures supplémentaires non payées pour éviter de déprimer, et accepter de se voir confier des missions improbables apportant un maximum de pression. Expérience par conséquent difficile, mais c’est un métier dans lequel on sait à l’avance que l’on va subir de multiples imprévus, condition que l’on accepte implicitement en signant le contrat.

Pour des cas d’un salarié en grande entreprise, en revanche, c’est différent (sans l’avoir directement vécu, j’en ai eu divers témoignages). Souvent ce sont des contrats qui promettent l’épanouissement, et la réalité est l’exacte opposée : heures supplémentaires non payées, tâches ingrates injustifiées, surdité apparente du management… le salarié se sent progressivement isolé, incompris, acculé. Il y a aliénation dans la mesure où l’employé n’a plus aucune motivation à travailler sinon la paie, ne sait plus pourquoi il travaille, est stressé en permanence, craint d’être mis à l’écart puis éjecté du système, sans recours. « Lâcheté, indigence, manque de responsabilité managériale » ainsi que le rapporte la lettre ouverte écrite en 2009 par Rémy L. (3) à la direction de France Télécom, entreprise pour laquelle il travaillait avant d’avoir recours au suicide. Le sentiment dominant selon ses propres mots : « ferme ta gueule et écrase. »

Une seule fois je dirais j’ai connu une véritable frustration au travail. J’étais régisseur / chauffeur de production sur une série jeunesse, et les acteurs principaux – enfants de la balle, plus jeunes que moi – avaient compris que j’aspirais à devenir comédien. Lorsque des tensions apparurent entre le réalisateur (avec qui ils étaient amis) et la production (dont j’étais proche), ils se firent un malin plaisir de m’humilier en m’envoyant à la figure que eux étaient les acteurs auxquels on ferait honneur, et moi pas, simple anonyme réduit à un rôle de serviteur. Intérieurement j’enrageais, mais sur le moment que pouvais-je dire ? Il n’y a rien de plus blessant que la vérité, et ils avaient raison. Pourtant c’est injuste : ils n’étaient pas là parce qu’ils avaient travaillé pour y être, mais parce que leurs parents les avaient introduits dans le réseau dès leur plus jeune âge. Injustice est mère de souffrance, et il est pour moi important d’évoquer les frustrations liées au piston des autres (pour des liens de sang ou d’oreiller, soit rien de professionnel), histoire de ne pas trop me sentir embourbé dans le « ferme ta gueule et écrase. »

* * *

Nous avions pu avec l’écriture du premier billet nous rendre compte de quelle façon nos textes communs prenaient vie. Nous décidons alors d’enregistrer notre discussion afin d’observer comment le dialogue peut donner naissance à un texte commun, et de conserver un support d’idées qui, à la deuxième écoute, nous permet de sélectionner les idées les plus cohérentes. Il était intéressant de constater que, alors que nos premières discussion étaient passablement virulentes, après avoir pris la décision de chacun rédiger une note d’intention individuelle et la confronter à celle de l’autre, le débat était beaucoup plus fluide, car on avait un support sur lequel s’appuyer et la confirmation écrite que, en fin de compte, nous avons plusieurs idées en commun.

Nous pouvons également constater, par rapport au premier billet où nous avions évoqués nos principaux traits de caractères, nos divergences et notre compatibilité, que si bons nombres de points sont conformes à ce que nous avions énoncé, il y a cependant des évolutions : Florent qui dans le premier billet se caractérisait par sa tendance à se laisser marcher sur les pieds, se montre au contraire combatif. Il tient à faire entendre sa voix — possibilité cependant qu’il n’exploite à fond que parce qu’il se sent en confiance avec Capucine, toujours réceptive, curieuse et tolérante. Néanmoins sa tendance comme il le disait à la fainéantise occasionnelle persiste, liée à un sentiment passager de “à quoi bon”, issu d’un côté lunatique. Capucine l’encourage (souvent en employant la provocation) aux lectures personnelles à vocation thérapeutique, et de fait la découverte d’oeuvres de Dolto participe à ces sautes d’humeur, de même que la lecture de Lolita de Nabokov qui secoue un peu. Il est important de souligner que Capucine se montre patiente et compréhensive envers son bouillonnant collègue. De son côté Florent tend à canaliser les idées parfois embrouillées de Capucine et la pousse à mieux développer ses idées de façon cohérente et lisible, et il constate que les progrès se font petit à petit.

et donc, pour finir, on a pu écrire en bonne coopération, hache de guerre enterrée!
[by Flo]
Capucine Girard & Florent Poussard

___________________________________________________

1. Définition CNRTL aliénation : http://www.cnrtl.fr/definition/alienation

2. Source image mai 68 : http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/politique/autogestion-pratique-phalansteres-sujet_87775_1.htm

3. Lettre de Rémy L. à France Télécom : http://psychotherapeute.wordpress.com/2011/04/28/stress-au-travail-voici-la-lettre-requisitoire-de-remy-l-lemploye-de-france-telecom-qui-sest-suicide-ce-mardi/, la lettre est visible ici : http://www.mediapart.fr/files/lettreouverte.pdf (citation : page 6)

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.