Le dernier celluloïd

celluloids-du-roi-et-loiseau-de-paul-grimault-don-du-bfi
Cc Jeanne Vidal-Giraud (15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

Difficile de mettre un point final à un travail qui aura pris deux ans. Deux années entre périodes creuses, caractérisées par l’angoisse de la page blanche, la redondance, le manque d’inspiration, et périodes pleines, marquées par une effusion d’idées, un trop-plein d’informations. Des idées, de nouvelles pistes qu’il m’a fallu explorer, pour parfois revenir sur mes pas, me tromper et recommencer. Même quand la peur et le doute s’immiscent, il faut tenter de trouver le bon chemin. L’aboutissement d’une problématique menant à un enchaînement logique, organisé en plusieurs parties. Et surtout, lire encore et toujours. Enregistrer les informations, les trier et les sélectionner de manière judicieuse et rigoureuse. Et enfin, la rédaction. Penser au lecteur, faire des phrases simples et efficaces, respecter la mise en forme, les alinéas et la présentation. Il s’agit de rendre sa pensée intelligible et agréable à lire.

Deux semaines avant le rendu, les modifications de dernières minutes sont en cours. Il est pourtant si difficile d’avoir un regard objectif sur ce travail de recherche, même achevé. Après avoir passé deux ans à travailler sur un film, et les derniers mois à peaufiner un texte, à le retourner dans tous les sens, à effacer, copier, coller, etc., comment juger son travail avec si peu de recul ? C’est le moment de confier cette tâche au jury, et d’attendre le verdict…

Jeanne Vidal-Giraud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.