Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, “Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?”, permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.