Un conte au cinéma, une narration singulière

queer jacques demy

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Le montage narratif au cinéma correspond à l’assemblage de plans destiné à rendre la narration compréhensible pour le spectateur. Il est souhaitable que l’on comprenne l’histoire de manière chronologique et linéaire. Concernant l’écriture de mon mémoire, je dois m’efforcer de considérer toutes les facettes du film qui correspondent à ma question principale, à mon sujet. Puis je vais développer mes hypothèses, mes interrogations et mes arguments. Ceci en allant du plus évident à l’idée la plus étonnante. Mon but étant toujours d’étayer ma question principale. Cet exercice me demande de me focaliser sur le sujet que je souhaite aborder et sur les idées que je veux démontrer, grâce à d’autres auteurs ou films qui appuient mes arguments. Il n’est pas aisé de rester sur son chemin de réflexion, mais il est plus facile de se perdre dans la multitude de sujets dont on a envie de traiter. C’est pourquoi je trouve important de bien garder son axe premier afin d’être plus efficace.

Avant de penser au plan j’ai tout d’abord fait des recherches sur Peau d’Âne. J’ai découvert un livre traitant du queer/camp chez Jacques Demy. C’est après cette lecture fort étonnante que j’ai décidé d’étudier ce sujet. Mais je ne voulais pas parler seulement de cela. Voici ma problématique provisoire, qui montre ma volonté d’élargir le sujet : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy montre-t-il une vision novatrice du conte ? » Je ne suis pas encore convaincue par cette formulation. Mais mon idée reste de montrer en quoi ce réalisateur nous fait revisiter un conte classique tout en nous conviant à entrer dans son univers, à comprendre sa liberté et ses inspirations. De cette idée est venue mon plan tout aussi provisoire. Ce dernier se divise en trois parties. La première montre l’adaptation du conte de Perrault par Demy. La seconde montre le désir par l’inceste, mais aussi par Electre, Oedipe. Enfin la troisième partie montre l’univers queer, voire camp que nous propose le réalisateur dans son adaptation. Pour introduire mon mémoire je pense parler du film Marguerite et Julien de Donzelli qui sort en décembre 2015 et qui fait de nombreuses références à Peau d’Âne. Ceci montre que Jacques Demy laisse une trace esthétique et narrative importante encore aujourd’hui. Et pour conclure je parlerai du dernier film de Jacques Demy : Trois places pour le 26. Ce dernier traite ouvertement de l’inceste et montre que cette thématique est importante dans la filmographie du réalisateur. Il me faut continuer à écrire pour que mes idées, mon argumentation et mon montage narratif prennent forme.

Manon Sultana

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *