Au pied du mur

billet
(cc) 20/12/15 Jeanne Vidal-Giraud

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

Retours en arrière et flash-back sont devenus monnaie courante dans l’élaboration de mon mémoire. L’intrigue, qui doit se terminer par le rendu de celui-ci, emprunte une voie incertaine dans laquelle se dessinent mille chemins de traverse. Contrairement à l’oiseau dans le film ayant bâti son nid en hauteur et profitant d’une vue d’ensemble sur la situation, je peine encore à monter les interminables marches du palais royal de Tachycardie sans passer par l’ascenseur. Mes différentes lectures remettent en question et redéfinissent mon plan, m’obligeant sans cesse à revenir sur mes pas pour assurer mes arrières.

Tenter de ne pas s’enfermer dans une idée, élargir notre champ de possibilités et prendre de la hauteur. Il ne s’agit plus de voir comment fonctionne le film. Il faut savoir ce qu’il dit et apporter un point de vue détaillé et justifié sur ce discours. Dégager des pistes, des idées, les agencer de manière logique dans un plan et défendre chacune d’elle. Au fil de mes lectures, un phénomène nouveau se produit, mes idées se relient entre elles, j’aperçois des connexions que je n’avais encore jamais faites. La définition des termes de mon mémoire me permet de voir les liens, les enchaînements logiques et narratifs entre ces derniers. Les idées principales de ma recherche s’agencent dans le but de répondre à mes interrogations. Je gravis les étages lentement mais sûrement, prenant de plus en plus de hauteur par rapport à mon sujet et discernant de mieux en mieux les tenants et les aboutissants.

Jeanne Vidal-Giraud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.