Une héroïne en quête d’adrénaline…

(cc 29/12/2015 alix grinsell)
(cc 29/12/2015 Xila)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Je vais m’octroyer le doit d’inverser les deux questions fondamentales de ce billet, « pourquoi et comment ? » en « comment et pourquoi ? » Au fur et à mesure des discussions avec mes camarades de classe, mes amis ou ma famille, l’élaboration de la structure narrative du mémoire évolue. La semaine dernière, j’ai fait la rencontre du nouveau colocataire d’un ami en doctorat de Psychologie. Je lui ai expliqué la problématique de mon mémoire sur Bonnie and Clyde, et un débat de trois heures  a débuté entre nous. Il m’a aiguillée sur certains auteurs à lire (Nazio, Sartre, Valleur…), et indiqué des termes psychiatriques traitant de la relation que je souhaite aborder dans mon plan de mémoire entre le couple de hors-la-loi et leur notion de liberté qui est quasi-pathologique. Pour illustrer mon propos, il me sera nécessaire de définir le terme de « conduite ordalique ». La définition suivante est issue de la thèse de Marc Valleur, Les addictions sans drogue et les conduites ordaliques. L’Information Psychiatrique (2005) : « La conduite ordalique peut être définie comme le fait, pour un sujet, de s’engager de façon plus ou moins répétitive dans des épreuves comportant un risque mortel : épreuve dont l’issue ne doit pas être évidemment prévisible et qui se distingue de ce fait tant du suicide pur et simple que du simulacre ».

Une fois le terme psychiatrique de conduite ordalique défini, nous pouvons affirmer que Bonnie and Clyde réitèrent tout au long du film leurs actes illégaux (fuite, braquage, cavale…). Ce qui montre qu’ils ont développé un réel goût pour la prise de risque. Ils sont dans un cercle vicieux engendré principalement par la quête du plaisir immédiat. Ils ne sont pas capables de s’en débarrasser, ou ils sont obligés de continuer ainsi. Peut-être vais-je devoir parler d’addiction à l’adrénaline que suscite chez eux le danger. Enfin, ils se sentent exister, vivre, libres… mais ce n’est qu’une sensation illusoire.

Xila


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.