Virilité rime avec féminité

Alix Grinsell 22/10/15
Xila  22/10/15

Consigne : « Mes personnages et moi »

Quand je pense à Bonnie and Clyde je ressens un sentiment d’admiration envers Bonnie Parker. C’est pour cela que je vais m’attarder non pas sur mes personnages mais sur mon personnage. Cette véritable beauté ne se laisse pas traiter au même niveau que les autres femmes du film, mais comme une femme enfant, un objet fragile que l’on doit surprotéger. Bonnie tient les armes donc les rênes et participe activement aux prises de décisions du gang des Barrow. De plus, lorsqu’on pense à la protagoniste il est impossible de ne pas parler de son goût du risque et de l’aventure. C’est sur ce point que je m’identifie à elle. J’envie son road trip et le fait qu’elle ne soit pas consciente ou qu’elle se sente au-dessus des lois.  Rien ne lui fait peur, rien ne l’arrête, elle profite et vit tout simplement.

Cette héroïne virilise la féminité et féminise la virilité ce qui correspond à mes attentes et à ma manière de voir les choses. Dans ce film, pour l’une des premières fois au cinéma, Bonnie est une femme de pouvoir autant que son conjoint, Clyde. Ils sont sur un pied d’égalité. Je comprends son besoin de liberté, j’ai moi aussi éprouvé un sentiment de liberté lors de mon road-trip en Asie du Sud-Est. Enfin je n’avais plus d’obligations ni de contraintes, mon unique but était de vivre, d’avancer, découvrir et rencontrer. Bonnie, tout comme moi, est à la recherche d’une vie palpitante.

Xila


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *