Arrête de divaguer

Le film est presque terminé, mais il reste une étape : la post production. Tout est dans la boîte, son et image. Le carnet de script attend d’être feuilleté et les rushs d’êtres proprement synchronisés. La troisième écriture du film peut commencer. Reste encore à définir qui fait quoi. J’aimerais monter le film seul, renforcer l’aspect décalé du film par le montage. Mais je n’ai aucun recul… Jonathan s’y connait dans ce domaine mais est-il possible pour lui de monter des images sur lesquelles il figure ? Je demanderais à Laetitia. Elle a déjà une petite expérience et saura m’indiquer les faux pas. Et la musique… La question de la musique m’obsède. Elle est, je pense, la quatrième écriture du film. Elle peut modifier l’ambiance du tout au tout. Qu’aurait été Le Grand Bleu sans Eric Serra ? Himalaya l’enfance l’un chef sans Bruno Coulais et Blade Runner sans Vangelis ? Oui, Le plus fastidieux est encore devant…

 Cela dit, l’expérience du tournage est passée et, maintenant que les rushs sont disponibles, j’arrive à peu près à me faire une idée du film tel qu’il sera dans sa version finale. Dire que celui-ci est né d’une petite action qui a failli être grosse : la perte de contrôle du véhicule à cause d’une boite de bonbons à l’anis. Puis il y a eu cette femme, travaillant à la boutique Kodak de Leclerc. Je prenais un maximum de photos afin d’obtenir deux minutes de rendez-vous avec elle chaque semaine. Elle me penserait fou en apprenant que ces 2+2+2+2+2+2+2+2 minutes furent la motivation du projet. Non, quand même, la principale motivation fut la recherche d’expérience. Réaliser un film, ou plutôt s’extraire une idée de la tête pour la faire passer à l’écran, est plus jouissif qu’il n’y parait. Il s’agit de matérialiser cette idée par des décors, des costumes, des acteurs, de la lumière, du mouvement, un cadre, du son etc… Heureusement que l’équipe qui m’accompagnait, timbrée qu’elle est, a pu l’assimiler. Aujourd’hui, en visualisant les rushs, je me rends compte que le résultat n’est pas flamboyant techniquement, mais peu importe : même après ces quelques mois de « rush », l’idée de départ est restée intacte. Elle n’est plus en moi, je ne peux plus la changer mais elle est bien là, devant moi, retranscrite sur le vieil écran pixelisé de mon ordinateur portable. Bon, arrête de divaguer, mets y toi. Commence par appeler Laetitia.

Tristan Leyri


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *