Une première expérience prometteuse

Au début de l’année nous n’avions qu’une ébauche de scénario écrite par Tristan au cours de l’été. Aujourd’hui nous avons des rushes qui ne demandent qu’à être montés les uns avec les autres pour donner vie au court-métrage La Vie en Négatif de Germain.
Tristan nous avait bien dit à la rentrée qu’il voulait que cette deuxième année de master soit l’occasion pour lui de réaliser son premier film, et pour nous de l’y aider en nous improvisant producteur, assistant réalisateur, ingénieur du son, script ou encore comédien. Nous avons d’abord travaillé ensemble sur la réécriture du scénario pour en faire un vrai outil de tournage, et ensuite nous nous sommes répartis selon les différents postes clés sur un tournage. Et c’est ainsi que j’ai été amenée à être première assistante réalisateur. En cours on nous avait parlé de ce métier et pendant mon stage j’ai eu l’occasion de côtoyer un premier assistant réalisateur. Mais mes connaissances de ce métier n’étaient que théoriques et de l’ordre de l’observation.

Je me suis donc improvisée première assistante réalisateur et j’ai travaillé en étroite collaboration avec Tristan pour élaborer le plan de travail du tournage à partir du découpage technique qu’il avait préparé. La répartition des jours de tournage s’est organisée en fonction de nos compétences respectives et de la disponibilité des comédiens. Nous avons commencé par une demi-journée de tournage comportant des séquences simples dans un temps assez large pour que chacun puisse trouver sa place dans l’équipe et bien s’approprier son poste. Sur cette première demi-journée nous avons eu quatre heures de retard, mais cela nous a permis de nous acclimater à la dynamique du groupe et du tournage, et de nous familiariser avec le matériel, ce qui nous a permis de tenir les autres jours de tournage dans les temps.

Cette première expérience d’assistanat de réalisation m’a beaucoup enrichie, autant sur le plan personnel que professionnel. Je me suis vraiment investie dans ce travail et tout au long de l’avancée du projet, je me suis sentie à ma place. A l’avenir il me plairait beaucoup de travailler occasionnellement en tant qu’assistante réalisateur, même si j’ai conscience que travailler avec des professionnels ayant quinze ans de bouteille ne sera pas aussi facile qu’avec mes camarades de master. Mais je pense que c’est un poste qui pourrait bien me convenir et j’espère qu’un jour j’aurais l’occasion de renouveler cette expérience, peut-être avec mes camarades, autour d’un projet ou sur un tournage, professionnel cette fois-ci.

Laetitia STOFFEL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *