Je suis Germain, en tout cas j’espère

C’était une première expérience comme comédien. Disons qu’habituellement, je suis plutôt derrière la caméra et je ne me pose pas vraiment la question si je suis bien coiffé. Là, c’était différent, je ne savais pas quel était le cadre, quelle était ma position dans l’image. Au début, c’était du stress surtout, de la gêne aussi et beaucoup de questions. Pourquoi le personnage réagit-il comme ça à ce moment-là ?  Qu’est-ce que ça me ferait moi si on me disait ça ? Il y a eu un moment où j’ai senti que ces questions étaient moins présentes à mon esprit et je sentais le personnage de Germain entrer en moi. J’avais déjà lu à propos de cette sensation. Elle était faible pour ma part car je suis trop peu expérimenté mais j’ai en tout cas pu imaginer ce que cela signifie « d’incarner un personnage ».

Je pense que je suis plus à l’aise derrière la caméra que devant et même si cette expérience était un beau défi et des moments humains que j’ai aimé partagé avec l’équipe et avec Tristan, je ne pense pas me proposer à nouveau pour jouer dans d’autres films. Par contre, je tire de ce film une expérience indispensable je crois à toute personne qui a envie de faire de la mise en scène. J’ai partiellement touché du doigt les craintes que peut avoir un comédien et ce dont il peut avoir besoin comme indications. Je me souviens d’un tournage où j’avais été exaspéré par une comédienne qui faisait « la princesse » sur le plateau. Je ne comprenais pas pourquoi le syndrome « princesse » était commun à presque tous les comédiens que j’avais rencontré, bien qu’à des niveaux différents. Germain m’a permis de comprendre que pour interpréter, la concentration est indispensable et qu’il ne faut jamais laisser ses pensées être occupées par autre chose que le rôle. Enfin, il y a un doute incroyable sur la qualité de ce que j’ai proposé à Tristan, une certaine peur de voir le résultat final et de ne pas supporter me voir ou m’entendre à l’image. Nous verrons bien, en tout cas j’ai hâte et merci à Tristan, Laetitia, Lucile, Manon et aux deux Vincent.

Jonathan  Rochier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *