C’est déjà fini ?

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

San et Ashitaka

Après avoir rendu le travail préparatoire à la recherche (TPR), j’étais soulagée. Finalement j’étais venue à bout, tant bien que mal de cet exercice qui me demanda beaucoup d’efforts. Puis, j’ai eu une grande appréhension vis-à-vis du mémoire, déjà qu’il avait été difficile pour moi d’écrire le TPR alors un mémoire me paraissait insurmontable. Avant de commencer, je me suis promise de mettre en place un processus de travail et de réussir cet objet qui m’était si obscure. Après tout, écrire une vingtaine de pages sur un film que je connaissais par cœur, ne devait pas être si compliqué.

Mais la tâche fut ardue et après coup je pense m’organiser autrement à l’avenir. Un mémoire est une question de méthode et de rigueur et il est vrai que j’ai pu en manquer parfois. Même s’il m’a fallu un déclic (un peu tardif), pour me lancer réellement dans cette aventure, j’ai finalement un sentiment d’inachevé et même de frustration. Une vingtaine de pages pour illustrer un film qui a partagé votre vie deux ans est bien trop peu. J’ai pris goût à la formulation d’hypothèse et à la recherche d’explications qui permettait de répondre à mes questionnements. En définitive, le mémoire m’a donné l’envie d’aller au bout des choses, de ne pas rester paralysée par l’incompréhension et m’a permis d’apprendre de mes erreurs.

Lisa Delpech


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.