Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.