La lumière au bout du tunnel

Consigne : Mon travail de recherche, alors… heureux ?

Lorsque je suis entrée en deuxième année de master, je savais que l’un des gros travaux serait celui du mémoire. Dès la rentrée, nous avons été mis dans le bain par l’annonce des noms de nos directeurs de mémoire qui allaient suivre notre travail tout au long de l’année. Après avoir passé un an sur le film de Woody Allen, « La rose pourpre du Caire » il fallait se replonger dedans, trouver de nouvelles idées. A ce moment précis, j’avais vraiment l’impression d’avoir tout dit dans mon Travail Préparatoire de Recherche. L’autre crainte, pour ce travail de mémoire, était de devoir lire beaucoup de livres, des livres abordant des thèmes que je ne maîtrisais pas (philosophie, psychanalyse etc.). Malgré cela il fallait que j’avance !

 Aujourd’hui, à la fin de cette aventure, toutes mes craintes ont été surmontées : des nouvelles idées sont nées, des livres sont lus et la rédaction est presque terminée, j’en vois enfin le bout ! Reste encore à s’accrocher pour cette dernière ligne droite.
Ce mémoire m’aura permis de confirmer mon envie de rentrer dans la vie active et de sortir du cadre universitaire. En effet, même si ce travail de mémoire s’est bien déroulé et qu’il m’a paru intéressant, je sens que j’ai besoin de faire des choses qui me paraissent plus concrètes dans un cadre plus professionnel.

Laëtitia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.