« Étrange ? Vous avez dit étrange ? »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Capture d’écran 2015-01-18 à 22.04.19
Mulholland Drive, 2001

Étrange… D’abord dans sa conception : un pilote refusé par ABC qui est passé aux salles obscures avec l’aide de productions françaises, devenant ainsi un film culte. Cela fait de M.D un objet atypique avec des conditions de production hollywoodiennes tout en s’inscrivant dans le film d’auteur européen. Étrange ensuite, d’un point de vue narratif : ces personnages qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, ces questions qui resteront sans réponses, ces fausses pistes, ces obsessions : les téléphones, les rideaux, les lampes, la boîte bleue… Et ces visages ? Ces visages auxquels le réalisateur nous a attachés pendant plus d’une heure et demie. Quoi de plus étrange et inquiétant que de ne plus reconnaître ce que nous pensions connaître ?

Étrange… C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit après avoir visionné pour la première fois M.D. car j’avais l’impression de ne pas le comprendre, que quelque chose m’échappait. Mais peu importe, l’émotion était bien présente. J’ai d’abord tenté d’expliquer le film, en essayant de détacher le rêve de la réalité. Puis, je me suis rendue compte que la clé n’était sûrement pas de trouver une explication rationnelle. Ce qui reste au final se trouve au niveau des sensations et émotions : celles des protagonistes et des spectateurs. Ce sujet me permet de faire le pont entre les différents points dont je veux parler, de faire le tri et également de prolonger une partie de mon travail sur la psychanalyse, débuté l’an dernier.

 Fanny Galou


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.