L’homme et le mal : une relation banale

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

J’ai toujours eu un certain goût pour les films noirs pessimistes qui dépeignent une vision obscure du monde et des sociétés. Les films d’Henri-Georges Clouzot, qui mettent en scène les différentes perversions dont les hommes sont capables, m’ont tous beaucoup plus. C’est pourquoi, à la fin de ma première année de master, après une étude générale de l’œuvre de Clouzot, j’avais déjà choisi d’orienter mon mémoire sur la question du mal. Cependant, cet objet d’étude étant très vaste, j’ai choisi de me concentrer plus précisément sur le mal à travers les hommes et leurs agissements. Je veux montrer que le mal est directement lié à la nature de l’homme.

C’est en faisant des recherches sur le mal et en discutant avec des amis et avec mon directeur de recherche que j’en suis arrivée à découvrir le concept de la banalité du mal. Je me suis alors renseignée sur Hannah Arendt qui pose cette théorie pour la première fois en 1966 avec la publication de son livre Eichmann à Jérusalem. J’en suis alors venue à m’intéresser au mal ordinaire et à la façon dont des gens ordinaires peuvent, ensemble, faire le mal. Car pour être efficace le mal a besoin d’être puissant, et il puise ses forces dans la quantité d’hommes médiocres agissant méchamment. Cela a fini par m’amener à m’intéresser à la philosophie de Sartre selon laquelle « on est ce que l’on fait » et ainsi à penser que les hommes peuvent se définir par leurs actes, et intrinsèquement par leurs actes mauvais.

Laetitia STOFFEL

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.