Le mythe

Consigne : Ma problématique, une odyssée ! 

En me renseignant sur Wenders, je découvris qu’il était l’un de ces nouveaux cinéastes allemands avec Fassbinder, Adlon ou encore Herzorg à avoir été attiré par le continent Américain, lequel déversait déjà son influence culturelle et la sur-représentation de son mythe en Europe depuis quelques années.  Paris, Texas ayant donc été tourné aux Etats-unis, je fus tenté de percevoir en ce film des traces de syncrétisme culturelle, un indice flagrant marquant l’altérité de l’auteur. Cet indice était là : une certaine ressemblance avec le western, genre porteur du mythe Américain.  Je me suis alors demandé s’il utilisait consciemment les codes du genre afin  de les détourner et ainsi déchirer le voile de ce mythe historique pour nous dévoiler ce qui se dissimule derrière…

Il est bien facile de conclure que Wenders critique ou non les Etats-Unis, ce qui était la problématique de mon TPR. Il suffit de lire ses écrits pour s’en rendre compte. Pour donner un sens plus profond à mon objet d’étude, j’ai dû trouver un fil conducteur permettant de bâtir ma réflexion et éviter tout manichéisme. Je suis alors allé chercher du côté du mythe américain et de ses représentations, de l’influence des États-Unis sur l’Europe et de l’amalgame des genres. J’ai alors compris que Wenders portait ce mythe en lui et le retransmettait inconsciemment par l’image et la dramaturgie, ce qui me conduisit directement à ma problématique.

Tristan Leyri


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.