Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *