[B2, G2] Personare

La méthode de travail que nous avons définie dans notre précédent billet nous permet, pour ce second billet, de nous intéresser à des enjeux concrets. Nous travaillons notamment sur l’élaboration des personnages de notre série en entamant une analyse de terrain qui, à terme, nous permettra de les caractériser. Ainsi, notre fiction n’en sera que plus pertinente. Mais avant tout, commençons par définir les termes que nous allons évoquer dans ce billet.

Le mot personnage vient du latin personna, terme lui-même dérivé du verbe personare, qui signifie résonner, retenir. Par la suite, ce terme servit plus particulièrement à désigner le masque de l’acteur au théâtre. Le suffixe «age» provient du verbe latin agere : agir. Le personnage est donc celui qui porte un masque et se définit à travers l’action et l’interaction. Le terme personne vient également de personare mais la notion d’action n’est pas présente, comme si l’individu existait au-delà de ses actes. Nous sommes des étudiants, des personnes, nous devons créer des personnages qui appartiennent à notre propre univers : l’université. Nous sommes déjà immiscés dans ce monde, et pour la première fois nous devons l’observer attentivement. La difficulté est d’approfondir la recherche, de passer des personnes que nous connaissons, pour les faire évoluer en personnages, les définir à travers l’action. Plus que d’observer, nous créons. Entre créateur et ethnologue, nous ne sommes pas seulement dans l’analyse socioculturelle, mais aussi dans un processus créatif : l’élaboration des personnages de la série Profession Étudiant. Il est alors important de réfléchir à la place qu’auront les résultats de notre recherche dans ce processus. Un problème soulevé par Rousseau dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes :

« Il ne faut pas prendre les recherches dans lequel on peut rentrer sur ce sujet pour des vérités historiques, mais seulement pour des raisonnements hypothétiques et conditionnels, plus propres à éclaircir la nature des choses qu’à en montrer la véritable origine, et semblable à ce que font tous les jours nos physiciens sur la formation du monde. » (Rousseau, 1754, p. 65-66)

Ainsi, nos recherches sur les étudiants ne vont pas définir exclusivement nos protagonistes, il faut aussi les inventer. Nos résultats vont nous servir de support et non pas de bible pour leur création. Nous partons de personnes que nous observons pour réfléchir aux personnages et non l’inverse. Le journal d’étude n’est pas une finalité, il sert de prémices à notre production, permettant d’actionner la création. A travers l’analogie de l’arbre, Paul Klee évoque l’artiste comme un intermédiaire, un interprète et non un imitateur.

« Les racines seraient constituées par ‘’le flux des apparences et des expériences’’, l’artiste occuperait la place du tronc, les branches seraient son œuvre. Il ne vient, à l’idée de personne d’exiger d’un arbre qu’il forme ses branches sur le modèle de ses racines. (..) L’artiste (…) ne fait rien, à la place qui lui a été assignée dans le tronc, que de recueillir ce qui monte des profondeurs et de le transmettre plus loin. Ni serviteur soumis, ni maître absolu, mais simplement intermédiaire. L’artiste occupe ainsi une place bien modeste. Il ne revendique pas la beauté de la ramure, elle a seulement passé par lui. » (Klee1998, p.16-17)

Le créateur utilise ses racines pour prendre la sève dans le monde qui l’entoure. Il étudie, il regarde, il observe, il se l’explique. Ce qu’il voit passe par ces sens, se confronte à sa perception, pour finalement déployer, montrer un monde altéré. Nous avons engagé des recherches de terrain, lesquelles serviront à notre travail sur Profession Étudiant, à notre scénario et à la réalisation. Il ne s’agira pas de copier/coller le réel, mais de le réinventer, de se l’approprier, tout en gardant une part de vérité.

Photographe : Catherine – Copyright Unprofound.com

Après avoir posé les bases de notre réflexion, nous allons étudier des éléments concrets. Nous travaillons actuellement sur la saison trois de Profession Étudiant. Nous prenons donc la suite d’un travail qui a déjà été réfléchi, comme par exemple les personnages : Ayaka, Vincent, Nicolas et Maéllie. Ils sont tous les quatre étudiants en art plastiques, en philosophie, en théâtre ou en information communication. Ils sont déjà caractérisés et possèdent leurs propres personnalités. Par exemple Ayaka est japonaise, adore l’art nippon, elle s’exprime grâce à un français soutenu , elle est en crise identitaire et est perfectionniste. Ce personnage a donc été crée par nos prédécesseurs, mais nous sommes libres de les retravailler. Nous nous sommes donc penchés sur Ayaka, car c’est celle qui nous pose la plus grande difficulté. En effet nous avons du mal, en tant que spectateur, à nous identifier à eux. Nous ne pouvons pas ressentir une émotion véritable (comme face à des vraies personnes), car ils sont trop « clichés », ils ne correspondent pas à l’image que nous avons des étudiants et donc de nous même. Par exemple ce n’est pas parce que Ayaka est japonaise qu’elle aime forcément l’art nippon. L’identification est primordiale que l’on déteste ou au contraire aimons les personnages. Il faut que l’on puisse les comprendre, mais ce n’est pas le cas et cela créé une distanciation trop forte pour permettre au spectateur d’entrer dans la trame narrative des épisodes. Il semble évident que les personnages manquent de caractérisation dans le sens où ils ne sont pas nuancés et n’ont pas de conflits internes. Ainsi, les histoires tournent uniquement autour de l’univers de l’université, c’est-à-dire du conflit externe : les étudiants et les difficultés face à leur environnement. De plus chaque personnage est trop centré sur lui-même ce qui empêche les interactions, or les relations permettent de se définir socialement. Il est important de dire que l’utilisation de marionnette «guignol» impose un ton caricatural. Il s’agissait donc de la principale contrainte de la saison précédente, que les étudiants n’ont pas réussi à contourner. Au contraire, ils ont insisté sur ce trait.

Travail en groupe. Photographie: Gaylord Gauvrit.

Pour cette troisième saison, nous avons également une contrainte principale, l’utilisation de Moviestorm. Il s’agit d’un logiciel permettant de créer un univers en trois dimensions très rapidement et ce en utilisant des modèles préexistants tels des personnages et leurs costumes, des décors ainsi qu’un panel réduit d’objets que l’on peut facilement mettre en place et en espace. Il est également possible de faire interagir tous ces éléments entre eux de manière scriptée. Ainsi, un personnage peut réaliser des actions prédéfinies : marcher, courir, saluer, se pencher et même embrasser langoureusement un autre personnage. N’étant pas des spécialistes de modélisation et d’animation 3D, c’est indéniablement grâce à ce logiciel que la réalisation de la série d’animation Profession Etudiant devient alors possible. Toutefois, nous voyions déjà les limites d’un tel outil. Simplifié, script et préfabriquée, notre univers 3D sera également limité et non personnalisé. Il est important de prendre en compte, dès les prémices de notre projet, les contraintes de l’outil que nous utilisons, car celles-ci vont nous permettre de cadrer notre réflexion. Dès lors, nous avons réfléchi aux différentes solutions qui nous permettront de pallier ces contraintes. Souhaitant rendre crédibles nos personnages ce n’est donc pas à travers leur représentation physique (modélisation 3D) ni via les interactions (scriptées) qu’ils auront entre eux que cela sera possible. Nous envisageons donc de mettre l’accent sur les dialogues de la série en attribuant un soin particulier à l’écriture des dialogues ainsi qu’aux doublages qui les mettront scène, car il s’agira de la seule dimension humaine de nos personnages.

Après avoir définit notre méthode et l’objectif de la recherche, pris connaissance des difficultés et des contraintes, analysé les travaux précédant et pris en main le logiciel Moviestorm, nous pouvons maintenant envisager d’entrer réellement dans l’action.

Bibliographie:
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754), GF Flammarion, Paris, 2008
Paul Klee, La théorie de l’art moderne (1998), collection Folio/Essais

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.