Le flou de mes recherches

Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)
Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Écrire un mémoire, c’est d’abord faire des recherches. Et toutes ces recherches se traduisent par des idées qui nous viennent à l’esprit, en discutant avec nos parents ou nos amis de notre film, en replongeant notre nez dans des cours de philosophie datant du lycée, ou en promenant notre regard sur les étagères de la bibliothèque de nos parents. Cela prend un certain temps et nous paraît souvent vain, dans la mesure où seules les pistes les plus larges et les plus opposées les unes des autres germent dans notre esprit. Pourtant, au bout d’un moment, une idée va traverser notre esprit et nous intéresser plus que les autres. Elle aura une ou plusieurs particularités qui nous donneront envie de la développer et d’en savoir davantage. Commencera alors une partie de recherches plus plaisante : lorsque l’on sait où l’on va.

J’espère qu’au fil de mes lectures, une idée va germer dans ma tête et donner naissance à une hypothèse viable, qui pourra prendre la forme d’une problématique par la suite, et alimenter ainsi toutes mes recherches ultérieures. Je compte également sur les pistes que j’avais abordées l’année dernière lors de la rédaction de mon TPR (travail préparatoire à la recherche) pour orienter et éclairer mes recherches. Il faut donc que je m’accroche à mes lectures, que je ne désespère pas de ne rien trouver, et que je reste aux aguets, pour être à même d’identifier la bonne idée ou l’hypothèse intéressante et pertinente qui traversera mon esprit.

Laetitia Stoffel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.