[B2, G7] Mise en lumière

C’est parti, le top départ du web documentaire a été donné ! Pour que vous compreniez bien de quoi il s’agit, commençons par vous expliquer l’essence même du projet. Frederic El Kaim est un metteur en scène bordelais. Il a à son actif plusieurs pièces de théâtre, dont certaines ont connu un certain succès. Son dernier projet, tout particulier, traite d’un sujet très polémique et s’inscrit dans l’actualité. Sa pièce s’appelle “Les Nouveaux Barbares” et met en lumière les relations houleuses et les malaises au travail. Il nous a donc été demandé de suivre l’équipe d’acteurs et techniciens sur la préparation de cette pièce qui devra être présentée courant avril 2013. A nous de réaliser un web documentaire autour de ce projet.

Des contraintes, dans toute entreprise collective, il y en a forcément. C”est bien une chose que nous avons compris dans ce projet. Pourtant, nous pensions être libres de nos choix sur la totalité de la réalisation. C’est finalement, avec un peu de déception, il faut le reconnaître, qu’il nous a été imposé un certain nombre de paramètres. Ce n’est pas tant dans le fond, mais bien sur la forme et les moyens mis en place qui nous semblaient trop limitées et nous ne donnaient pas entière satisfaction… Nous faisons référence, notamment, à l’utilisation d’images fixes et de sons pour illustrer les interventions de nos témoins. Ces derniers seront les personnes que nous allons interroger, faisant partie intégrante du projet théâtral. En effet, venant tout deux de l’univers de la vidéo, nous pensons beaucoup plus en terme d’images animées et nous ne sommes pas forcément férus de diaporamas photos sur fonds sonores. On trouvait effectivement que la vidéo méritait une plus grande place dans le web documentaire. Soit, la déception digérée, nous nous sommes penchés sur les différents web documentaires que l’on peut trouver sur Internet. Ce format, nous le connaissons déjà tout les deux pour nous y être intéressé à titre personnel.

Un premier point frappant, lorsque l’on regarde ces web-documentaires, réside dans leur originalité, notamment dans la forme employée. Chacun semble unique, indépendant, où l’interactivité avec l’internaute est primordiale, ou du moins fait partie intégrante du concept. Il nous semblait alors compliqué, rien qu’avec du son, de tenir en haleine le spectateur, qui a tendance à zapper rapidement les programmes qui ne l’intéressent pas. Nous avons très vite changé de point de vue en prenant soin de regarder, sur le site internet du Monde, le web-documentaire “Le corps incarcéré“, suggéré par notre équipe pédagogique. Un web-documentaire poignant, bouleversant, qui, par de simples témoignages sonores et l’utilisation à bon escient d’images fixes, nous accroche jusqu’au bout, sans qu’on s’aperçoive que les 20 minutes du documentaire sont écoulées… C’est véritablement à ce moment précis, par la force que dégageait ce documentaire, que nous avons réalisé l’essence même du projet et sa véritable valeur. Il nous est alors apparu évident qu’il fallait prendre modèle sur ce documentaire en essayant au maximum d’utiliser des images qui parlent d’elles-même et qui auront autant de signification que si elles étaient animées.

Pour notre web-documentaire sur le théâtre et le travail, nous avons décidé d’élargir le thème aux professions de l’ombre, ceux que l’on ne voit pas sur scène mais qui permettent au spectacle de voir le jour. Par ce sujet, nous entendons faire comprendre que le jeu des acteurs ne suffit pas à lui seul pour la réussite d’un projet. C’est par un travail en étroite collaboration entre artistes et techniciens que réside la réussite de celui-ci, qui se veut être collectif. Il nous semblait alors intéressant de se focaliser sur un métier en particulier, celui de l’éclairagiste. Quelle est véritablement sa fonction ? Est-elle indispensable ? Naturellement, nous avons voulu faire le rapprochement avec le domaine du cinéma et son directeur photo. Ont-ils les mêmes fonctions ? Un éclairagiste au théâtre peut-il devenir directeur photo sur un tournage cinématographique professionnel ? Autant de questions qui nous semblent intéressant de traiter pour connaître les rouages d’un métier qui, paradoxalement, n’est pas assez mis en lumière…

Romain Gallon et Brice G.

Photo par Brice Gouronnec pour SURF FM Magazine, Aout 2010, Éclairagiste en action pendant le festival des Vieilles Charrues 2010.

Photo à la une : Le feu tricolore permet à l’automobiliste de circuler. L’éclairagiste de théâtre est assez similaire, il montre la voie, fixe des règles, donne la parole aux acteurs. Photo de masochismtango sur Flickr

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.