[B2, G4] Nos étudiants de pixels

La web-série se fait de plus en plus présente dans les esprits, les projets se concrétisent et des personnages qui nous paraissaient flous commencent à prendre forme. Pour ce second billet nous avons choisi de nous appuyer sur la conception de notre scénario et en particulier d’avoir une approche plus intellectuelle de la caractérisation de nos personnages. Nous souhaitons nous focaliser sur notre manière d’appréhender une idée et d’analyser un contexte dans le but de nourrir notre récit. Pour cela, nous nous appuierons sur notre premier travail de caractérisation des personnages. Nous analyserons également le milieu étudiant en l’observant mais aussi en constituant une interview à destination d’étudiants proches de nos personnages afin de nous confronter aux problématiques concrètes de la vie étudiante.

Observation du milieu étudiant

Nous souhaitons dans un premier temps visionner l’intégralité des épisodes de Profession : étudiant, d’une part pour éviter la répétition d’un thème déjà réalisé mais aussi, et paradoxalement, pour nous en inspirer. Cette étape semble faire partie intégrante de nos travaux de recherches puisqu’il s’agit de parvenir à découvrir :

– quels thèmes sont abordés ?

– comment les étudiants sont-ils dépeints ?

– y a-t-il des clichés (langage, codes vestimentaires etc.) ?

 Pour appuyer cette étude du milieu étudiant, nous désirons interviewer des étudiants provenant des filières que nous mettrons en scène. Nous rédigerons pour cela un questionnaire pour réaliser un entretien semi-directif. Selon le chercheur Alain BLANCHET, ce type d’entretien entre deux personnes ou plus visent à produire un discours de l’interviewé « sur un thème défini dans le cadre d’une recherche » [1]. Pour cela, nous respecterons les conditions générales de l’entretien définies par les chercheurs F. J. ROETHLISBERGER et W. J. DICKSON [2]. Nous mettrons en place un système d’observation participante, cela consiste en l’étude d’une société ou d’un groupe en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux. Il s’agit là de la méthode la plus adaptée à notre travail puisque, étudiants nous-mêmes, nous saurons nous adapter aux discours de personnes que nous aurons en entretien tout en gardant impérativement cette distanciation afin d’être le plus objectif possible sur le phénomène des étudiants de telle ou telle filière. L’entretien devra tenir compte de tout ce qui est dit mais aussi de tout ce qui ne l’est pas : il s’agit pour le chercheur de repérer des éléments omis ou cachés du discours et de les considérer comme des indices supplémentaires. La communication non-verbale [3] peut parfois signifier autant que la communication verbale. Les signes distinctifs qui peuvent exister dans certains groupes d’étudiants font partie de la communication non-verbale et sont des indices précieux afin de caractériser au mieux nos futurs personnages ; on visualise d’autant mieux leur physique et l’entretien permettra de nous intéresser à l’aspect intellectuel.

De l’information à la création

Les informations récoltées nous permettrons de créer des personnages, imaginer une trame et une mise en scène. Par exemple, si des étudiants de la filière histoire nous affirment fréquenter la Maison des Étudiants [4] lorsqu’ils ont un moment de détente, nous pourrons y imaginer une discussion entre eux autour d’un café. Nous chercherons à récolter des informations et à repérer des traits de caractère : confiance en soi, gestuelle, attitude de mimétisme dans des groupes, etc. Ces informations peuvent apparemment sembler futiles mais seront au contraire très utiles, particulièrement lorsqu’il faudra caractériser nos personnages et penser leurs voix, leurs gestuelles, leurs physiques. Nous consignerons toutes ces données dans un carnet de bord, que nous réutiliserons lors de la création du scénario et des dialogues afin de ne pas perdre nos personnages de vue, nous suivrons ainsi plus facilement leur évolution. Le fil de l’histoire dépendra entièrement du caractère de nos héros.

La vie étudiante en questions

Afin de construire un récit cohérent, la première étape est de créer des personnages. Cette étape s’appelle la caractérisation.

Caractériser un personnage c’est lui donner vie aux yeux de n’importe quel interlocuteur. On lui construit un passé, une personnalité, un physique. Il s’agit de mettre en place toutes les données psychiques, physiques et temporelles d’un personnage.

Nous avons souhaité, dans ce second billet, se poser des questions sur la caractérisation du personnage de Vincent [5] qui nous semble être le personnage qui nous « échappe » le plus, c’est-à-dire que nous n’avons pas forcément conscience de ce que peuvent vivre les étudiants issus de la filière de philosophie.

Nous avons préparé une liste de questions qui nous aideront à creuser davantage le personnage de Vincent autant mentalement que physiquement.

– quelles sont, selon vous, les particularités des étudiants en philosophie ?

– les étudiants en philosophie se côtoient-ils majoritairement entre eux, ou côtoient-ils des étudiants de filière variées ?

– quelles activités extrascolaires sont majoritairement, selon vous, pratiquées par les étudiants bordelais ? (sport, associations, etc.)

– quel regard les étudiants en philosophie portent-ils sur le système scolaire de la faculté ?

Au-delà de l’étude et de la caractérisation du personnage de Vincent, nous aimerons entreprendre d’étendre ce questionnaire aux étudiants des filières présentes dans la web-série Profession étudiant afin de récolter le maximum d’informations possibles et d’être capable de définir pleinement chaque personnage.

Sarah, Florence, Emeline

___________________________________________________________________________________________

[1] Alain BLANCHET et al., « L’entretien dans les sciences sociales », in Revue française de sociologie, Paris, Ed. Dunod, 1985, en ligne sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1987_num_28_1_2380, consulté le 17/10/2012
[2] F. J. ROETHLISBERGER, W. J. DICKSON, « Management and worker », cité par Grawitz Madeleine, Méthodes des sciences sociales, Paris, coll. Précis, 1990 (8ème édition).
[3] Il s’agit de tous les éléments liés au discours de la non-parole : la gestuelle, le style vestimentaire, certaines réactions face à une question posée ou une réponse donnée. L’intérêt est psychologique. La communication non-verbale ne se limite pas au comportement de la personne, elle porte également sur l’environnement qui l’entoure.
[4] Lieu où les étudiants peuvent travailler en groupes, individuellement tout en étant dans une ambiance moins restrictive que celle des cours formels.
[5] Étudiant en philosophie, 26 ans, tendance à étudier également la sociologie et la psychologie.
Crédit photo : Promotion Guignol, Master CPI 2011, Université Bordeaux III, en ligne sur http://www.mastercpi.fr/tag/profession-etudiant/, consulté le 17/10/2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.