» Vous dites que Pluton n’est plus une planète !? »

aWeirdScienceBig
Weird Science, 1985

Le jour où j’ai appris que notre système solaire n’était pas composé d’uniquement neuf planètes mais de milliers ou encore qu’il n’y avait pas qu’une seule galaxie dans notre univers mais un nombre indéfinissable, c’est comme si tous mes repères s’écroulaient ! Mauvaise en sciences mais grande amatrice de SF, mon imaginaire a été nourri par toute cette vague de séries des années 90 comme X-Files,  Au delà du Réel ou plus récemment la série suédoise Real Humans et ses humanoïdes plus vrais que nature. Seulement, je suis toujours fascinée de découvrir que ce qui semblait relever de l’imagination et du fantasme tend à se rapprocher de plus en plus de la réalité grâce aux nouvelles avancées physiques, technologiques, biologiques et j’en passe. Ces découvertes bousculent notre conception de la réalité et nous pousse à nous remettre constamment en question. Pourtant si importante, la science effraie plus qu’elle n’attire et reste difficilement accessible à tous.

Parler de la science autrement me semble indispensable pour la rendre plus accessible et ainsi capter le public de jeunes adultes que nous visons. Il s’agit de susciter de la curiosité et d’élargir le champ des possibles afin d’aiguiser le sens critique indispensable à tous les citoyens. La vulgarisation scientifique fait souvent débat du fait qu’elle ne soit pas assez rigoureuse. Cependant je suis persuadée que c’est par la vulgarisation que la réconciliation avec les sciences aura lieu. Mais vulgarisation ne rime pas avec imprécision. De ce fait, j’ai contacté un jeune docteur physicien qui s’est montré très intéressé par le projet et qui accepte volontiers de se porter comme garant de l’exactitude des informations.

Une fois le conducteur établit nous avons sélectionné le thème du pilote : la téléportation quantique. Les prochaines étapes de notre travail seront de définir ce qu’est la culture scientifique et technique et quel sera notre positionnement vis-à-vis de celle-ci.  Les idées nous n’en manquons pas, il s’agit à présent de tout formaliser, travailler la note d’intention et préciser le concept. Reste le principal problème qui est l’écriture précise du pilote. Après avoir trouvé celui qui garantit le sérieux des informations, il s’agit de trouver la personne qui sache apporter de l’humour à notre projet. Une première piste se dessine après avoir pris contact auprès d’une jeune journaliste, elle-même passionnée par les sciences et la vulgarisation. Affaire à suivre…

Fanny G.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.