[B2, G9] Who’s the boss ?

Quelle hiérarchie au sein de la troupe de théâtre?

En premier lieu quel est notre projet ?
Pour expliciter notre démarche nous devons d’abord expliquer ce projet qui nous réunit ici et maintenant. C’est un web documentaire essentiellement sonore accompagné d’images, avec une partie interview en vidéo. Ce documentaire à la forme si particulière traite d’un sujet de société à savoir celui du monde du travail, qui nous touche tous. Nous estimons que le travail participe à la construction identitaire de chaque individu.
En effet, une troupe de théatre et plus particulièrement son metteur en scène s’est approché de ce monde du travail, de ses problématiques, de ses questionnements pour créer une pièce, Les Nouveaux Barbares (1) qui traite de la souffrance au travail. Nous avons rencontré l’auteur et metteur en scène, Frédéric El-Kaïm, et avons pu échanger avec lui sur la génèse de sa pièce, sur ses ambitions, ce qu’il voulait montrer.

Une semaine plus tard tous les M2 se sont rassemblés et nous avons discuté de ce que nous aimerions “montrer” ou plutôt faire entendre… Nous avons dégagé différentes thématiques autour du projet de la pièce, qui nous permettraient d’étudier à la fois le travail de la troupe mais aussi le travail vu par l’auteur dans sa pièce. Chaque groupe a ensuite décidé du sujet sur lequel il souhaitait davantage travailler.
Nous avons choisi le thème de la hiérarchie, de l’équilibre des contraintes, des rapports entre employés. Ce choix est né de phrases prononcées par Frédéric El-Kaïm au cours de l’entretien. Il a en effet dit, et ce en l’espace de deux heures, qu’il n’y avait pas de chef dans le groupe (entendre le metteur en scène, la troupe et l’équipe) et plus tard, évidemment dans un autre contexte : “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent”. Cela nous a paru contradictoire et donc intéressant. Dans ses recherches, l’auteur est tombé sur la question de la “soumission invisible” et de “l’équilibre des contraintes”, ce qui nous a aussi intéressées et poussées à travailler sur ces thèmes.

Pour ma part (Lucille), la thématique des rapports professionnels et humains m’interesse beaucoup. Je me rends compte que je me retrouve souvent à parler de cela ou à orienter mes projets dans ce sens. Et cela, quand j’écris pour moi ou quand j’étudie un aspect d’une expérience, comme par exemple dans mon rapport d’étonnement de fin de stage de 1ère année intitulé “Rapports professionels et communication”. C’est donc tout naturellement que cette thématique s’est présentée à moi et que j’ai voulu la traiter.
Tout comme Lucille ce sujet me touche car il fait partie de nos vies depuis notre tendre enfance, mais cela peut prendre des proportions totalement différentes dans le monde du travail où les jeux de pouvoir et de domination prennent part. Ainsi est-ce que cette thématique est tout autant présente au sein d’une troupe de théâtre qu’au sein d’une multinationale ? (Mariane)

Nous nous sommes donc intéressées aux relations entre les personnes, entre les différents postes présents. Nous avons commencé à réfléchir à l’écriture documentaire avec les connaissances et les hypothèses que nous avions en tête. Un exemple d’hypothèse pourrait être la place du patron et celle de ses employé(e)s, structure couramment présente, ou alors travailler sur la situation inverse comme le suggérait le metteur en scène de la troupe que nous allons suivre.

Voici notre première version du synopsis :
“Nous voulons montrer la complexité des rapports entre personnes qui travaillent ensemble (ici l’auteur-metteur en scène, les comédiens, le régisseur, l’éclairagiste, le costumier, etc) en nous interessant à la question de la hiérarchie. Comme point de départ, nous prenons l’affirmation du metteur en scène “il n’y a pas de hiérarchie, on travaille ensemble” et sa déclaration ultérieure quelque peu contradictoire “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent.” Nous nous concentrerons à la fois sur les questions de hiérarchie au sein de la troupe –  y a t-il des personnalités qui prennent le dessus sur les autres et pourquoi ? (ancienneté, succès antérieur, etc.) Et si vraiment aucune hiérarchie n’existe, comment un groupe d’une telle ampleur s’organise-t-il ? – et sur les questions de hiérarchie soulevées dans la pièce, son propos.”

Si nous finissons par montrer qu’il y a effectivement un chef, nous pourrons nous demander si ce chef n’est pas soumis à un autre chef, celui qui donne son accord ou non pour la création, qui finance ou non. L’auteur avait d’abord prévu de créer un spectacle autour d’Hamlet, mais à l’époque il n’a pas pu réunir les financements et s’est donc tourné vers cet autre projet. Nous avons ajouté à la fin de notre synopsis ce paragraphe :
“Nous voulons montrer que cette question du “patron” dépasse parfois le groupe de travailleurs et va chercher plus loin. Si le metteur en scène est le boss de la troupe, n’est-il pas lui aussi soumis à d’autres entités ? Il nous a indiqué avoir décidé de monter cette pièce car il ne trouvait pas les financements pour monter un projet sur Hamlet. Des producteurs frileux, et l’on doit changer ses projets.
Et si le boss, c’était l’argent ?”

Nous pensons nous concentrer sur les liens, les rapports entre les différentes personnes liées à ce spectacle puis relativiser ces relations de pouvoir en ouvrant, à la fin de notre capsule de 3 minutes, sur la question de l’argent et si ce n’est pas ça qui finalement tire vraiment les ficelles. Pour l’expert, nous pensons donc interroger quelqu’un qui est jury ou qui s’occupe d’un fonds de soutien à la création dans le domaine théâtral ou le domaine audiovisuel, qui pourrait nous apporter son point de vue et ses connaissances sur la répartition de l’argent. Pourquoi et comment donne-t-on à tel et pas à tel autre ?

Au cinéma certains réalisateurs ont mis en image le jeu relationnel installé entre les employés et leur hiérarchie comme par exemple Compliance (2) sorti en salle il y a quelques semaines, ou alors Le Capital (3) prévu en salle dans quelques temps. Ces films mettent en scène les différents statuts hiérarchiques présents au sein d’une même société. Concernant Compliance le réalisateur va même au delà des rôles hiérarchiques en poussant à l’extrème les tâches demandées à ces personnes, poussant ainsi les personnages jusqu’à leur dernier retranchement. Il montre par là même jusqu’où les personnes peuvent agir en raison de leur statut professionnel. Quant au film Le Capital, le réalisateur met en scène la montée hierarchique d’un banquier écrasant les autres et qui comprend tous les rouages présents dans de grandes entreprises à expansion internationale.

Ces derniers exemples nous ont ouvert les yeux sur comment filmer les personnages avec leurs différentes positions, comment rendre compte de la puissance de l’un et la faiblesse de l’autre. Maintenant à nous de nous approprier ces moyens techniques de mise en image pour les transposer au niveau sonore. Par exemple, nous pourrions légèrement élever le volume sonore d’une voix ou au contraire le réduire, modifier le rythme d’une phrase, ajouter un écho…
Il nous semblerait intéressant également du point de vue sonore de superposer ou se faire suivre de près une phrase qui indique qu’aucune hiérarchie n’existe avec un cri, un ordre, un son qui suggère l’inverse.
Si nous décidons d’insister sur l’aspect financier qui gouverne toute création, un son de tirelire ou un autre de la sorte pourrait accentuer des propos qui espèrent s’en détacher ou qui en parlent à mots couverts.

Nous avons réalisé hier que ce billet contenait plusieurs éléments de note d’intention, et nous l’avons écrit petit à petit sans nous en rendre vraiment compte, jusqu’à ce qu’on entende les notes d’intentions de nos camarades et qu’on se dise que “ça, on l’a écrit dans le carnet !”

Photographie prise par iaaai, publié le 07/04/2011
Disponible sur http://mains-iaaai.blogspot.fr/ (consulté le 20/10/2012)

Cette photo nous inspire une idée de soumission, presque de crainte et de souffrance, nous l’assimilons à notre projet.

———–

(1) Une Compagnie, Les Nouveaux Barbares, mise en scène Frédéric El-Kaïm
(2) Craig Zobel, Compliance, 2012
(3) Costa Gavras, Le Capital, 2012

 

Crédit photo à la une : Caricature d’une situation de soumission

Lien du site: http://schaver.com/?m=200602

Titre de l’image : Boss ; Auteur : People ; Date de publication:  23/02/2006

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.