Déni infantile

P1000011

La vie en négatif de Germain n’est pas le premier texte que je lis de Tristan. Celui-ci est probablement le plus abouti mais de chacun se dégage une atmosphère singulière et des thèmes gravitent autour des personnages qu’il créé. Souvent, ceux-ci sont emprisonnés d’eux-mêmes, d’un maladie mentale ou d’une personnalité qui les freine.

Lorsque j’ai lu ce scénario, je me suis demandé quel était son sujet, je n’arrivais pas à poser des mots dessus. Cependant, connaissant la personnalité de Tristan et certaines de ses autres créations, je pressentais que les évènements qui arrivent dans la vie de Germain n’étaient pas dénués de sens et que leur enchaînement créait quelque chose de signifiant. Je pense que Tristan a essayé d’extraire de lui-même des craintes qu’il ressent et les a injectés en Germain. Je vois en ce personnage la matérialisation d’un problème de société qui touche notre génération. Une sorte de distorsion du réel qui se substitue peu à peu à notre vie et l’influence au quotidien. L’impossibilité d’avoir des interactions sociales poussées. Le fantasme qui prend le dessus sur le possible. Confronté au monde, Germain refuse d’ouvrir les yeux et de grandir. Tantôt par lâcheté ou par naïveté il s’enfonce dans un déni qui le tuera. Par ce qu’être adulte c’est anticiper, c’est regarder le futur et ça, Germain n’en veut pas. Seuls ses petits plaisirs comptent, ses bonbons à l’anis et les photos de Madeleine, sa passion, l’image de sa mère, le fantôme de l’amour qui aurait pu le pousser vers l’âge adulte.

Jonathan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.