[B2, G3] Caractérisation des personnages

Nous voilà déjà arrivées au deuxième billet, et l’évolution de notre groupe est dès à présent palpable. L’organisation de notre travail s’est faite naturellement, en fonction de l’emploi du temps et des envies de chacune. Nous en sommes aux prémices de la réflexion autour de l’écriture du scénario et nous estimons que l’important est tout d’abord de caractériser les personnages et de mener une réflexion sur le contexte dans lequel ils vont évoluer.

Pour cette deuxième session nous nous sommes réparties les tâches. Sarah était chargée de réfléchir à la façon de caractériser les personnages tandis que Barbara devait aller à la rencontre des étudiants de deuxième année du master CPI afin de faire le point sur leur propre caractérisation des personnages. Enfin, Juliette étant la seule à avoir assisté au cours de Movie Storm, elle devait établir un rapport sur les contraintes apportées par l’utilisation du logiciel.

Sarah Vasseur :

Pensées sans continuité sur le thème de la création des personnages au sein de notre groupe…

Si je suis à priori d’accord pour un fonctionnement dit démocratique, c’est parce que je pense qu’il laissera naturellement place à un autre système, plus « hiérarchisé », au sein duquel chacune aura une fonction différente. Je ne crois pas en un système totalement égalitaire entre les membres d’un groupe, et la démocratie me semble utopique dans tous les cas de figures : « Nous ne sommes pas tous égaux, et nous ne sommes pas tous traités de la même façon, et ceux qui ne l’acceptent pas meurent… » Hugh Laurie dans Dr House, Saison 2. Tout le monde ne peut pas faire les mêmes choses dans la même proportion, mais chacune doit apporter en fonction de ses propres capacités, avec ses propres limites, et c’est précisément cela qui est intéressant. Pouvoir observer la façon dont chacune va contribuer au processus créatif, et la manière dont nous allons nous relayer pour les différentes tâches, fonctions, etc. Je me demande cependant s’il ne peut pas se créer une scission au sein du groupe, entre les autres et moi, du simple fait que Barbara et Juliette se connaissent déjà depuis longtemps et qu’elles vivent ensemble en colocation. L’expérience nous le dira…

On nous demande, quoi qu’il en soit, de caractériser des personnages afin de commencer à penser notre scénario, et déjà, nous nous confrontons au problème suivant : beaucoup ne veulent pas, ou ont cette peur, de produire des clichés. Paradoxe effrayant, il me semble, puisque, au théâtre comme au cinéma, les traits des personnages sont souvent exagérés, voire caricaturés. Nous faisons des études dans le cinéma et nous n’osons pas le cliché ! Faut-il tomber dans une espèce de réaction sociale systématique qui rendrait fade toute représentation ? Alors nous allons confirmer le cliché de l’étudiant en cinéma gauchiste et réactionnaire ? Certainement que les « clichés » sont souvent nécessaires, qu’ils soient plus ou moins forts, ils prennent leur place ne serait-ce que dans les prémisses de la création d’un personnage. Il est possible d’observer cela, et notamment dans les pièces de Molière, – car c’est particulièrement présent dans le registre comique- , et cela même chez les humoristes contemporains. Dans l’Avare, ou dans le Misanthrope, nous voyons bien que les caractéristiques des personnages tournent à l’extrême, et nous savons que tous les avares n’ont pas tous le caractère aussi trempé que Harpagon. Et il en va de même dans des spectacles plus contemporains comme ceux de Gad Elmaleh (le blond, le mec bourré…). Là encore, je crois qu’il ne faut pas confondre un idéal de non jugement, d’égalité sociale, et refuser ce qui prend parfois sa place dans l’image, dans le jeu d’acteur, et dans la représentation de manière générale.

Représentation, beau mot que voilà ! Mais qu’est-ce que cela implique ? Dans ce mot,  « représentation », intrinsèquement, de par l’étymologie, se trouve la notion du « présenter devant », mettre sous les yeux. Cela signifie rendre ce qui est absent dans le présent. Et caractériser un personnage, est-ce autre chose que de mettre au devant du spectateur le caractère de celui-ci ? Qui plus est, quand celui-ci doit être présenté dans un délai très court qu’est celui du cinéma ou du théâtre, où l’espace/temps est compressé… Et pour cela, ne faut-il pas, afin de faire comprendre au spectateur de quoi il en retourne, avoir un certain point de vue qui force la caricature ? Le terme approprié serait effectivement plutôt celui de caricature que de cliché, puisqu’un cliché se définit comme une image ou un terme répété, de telle façon qu’il devient banal, voire automatique.

« Le monde est ma représentation. — Cette proposition est une vérité pour tout être vivant et pensant », Le Monde comme volonté et comme représentation § 1, Schopenhauer. Il n’y a pas de représentation sans sujet qui émet celle-ci et sans objet qui est connu par elle, sujet qui appréhende le monde avant tout comme sa représentation. Et si les représentations peuvent aussi relever de l’inconscient collectif, (pour cela nous pouvons rejoindre la définition donnée par Jung : « Terme générique de l’œuvre de C. G. Jung, l’inconscient collectif est employé pour décrire toutes sortes de phénomènes et d’images ramenés à la conscience, mais qui n’appartiennent pas à son expérience propre. Il est composé de toutes les expériences humaines depuis l’aube des temps. »,  http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Inconscient-collectif), alors elles ont d’autant plus d’impact.

Nous devons caractériser des personnages… Dans l’Antiquité, les personnages du théâtre grec n’étaient parfois que des masques, mais aujourd’hui, dans le monde contemporain, on nous demande de tomber les masques et de décrire précisément, dans le détail – puisque c’est cela même la définition de « caractériser »- quels sont les aspects qui définissent les personnages auxquels nous voulons donner vie. Nous sommes 12 étudiants, et il faut que nous puissions tous nous accorder  afin de donner un ensemble unifié et cohérent au sein des toutes les représentations singulières.

Il me semble donc que, pour cela, il ne faut pas craindre, dans un premier temps, de dresser des portraits grossiers, caricaturaux, qui s’affineront ensuite à mesure que nous penserons le scénario. De plus, les observations effectuées pourront contribuer à enrichir ces mêmes personnages, qui vont se façonner au cours de toute l’année scolaire à venir…

Barbara Lancia :

Grâce au visionnage des différents épisodes de la série Profession Etudiant, nous avons pu nous faire une idée du caractère et de l’histoire personnelle des quatre protagonistes. Cependant, afin d’avoir une vision plus claire des personnages et de la manière dont ils ont été envisagés dans les saisons précédentes, il m’a paru important de rencontrer les étudiants de seconde année du Master CPI et de recueillir leur point de vue sur chaque personnage. Malgré des opinions quelque peu divergentes d’un étudiant à l’autre, voici ce qui a pu être retenu :

Maélie, 21 ans, est étudiante en Master 1 de la filière InfoCom. Elle est bordelaise et fille de libraire. Très intéressée par l’informatique, elle  aime tester tout type de logiciels. Des quatre personnages de la série, Maëlie est surement la moins déjantée. Plutôt obstinée et parfois culottée,  la jeune fille ne se laisse pas faire. De nature optimiste, elle soutient Ayaka dans ses projets, enfin, elle materne et recadre Nicolaï, parfois trop insouciant.

Ayaka, 25 ans, suit un Master 2 en Arts Plastiques et possède une double licence Littérature et Français. D’origine japonaise, elle a appris le français dans les livres et s’exprime dans un langage plutôt soutenu. Ayaka est la demi-sœur de Vincent. Elle peut être défaitiste car elle manque de confiance en elle. Elle comprend mal le second degré et n’aime pas qu’on se moque d’elle. Cependant, Ayaka s’investit beaucoup dans ses projets quand elle se sent en confiance. Elle possède un humour particulier, souvent pince sans rire.

Nicolaï a 22 ans. Étudiant en théâtre, il se fait appeler Nicolaï au lieu de Nicolas, par coquetterie. Il fait partie des « Green Pitres », une association écologique. De tempérament frivole, il a du mal à concilier ses études avec son emploi de barman. Il fait des blagues qui ne sont pas toujours drôles et fuit les conflits. Enfin et surtout, il aime la vodka !

Vincent, 26 ans, prépare une thèse de philosophie. Plutôt intellectuel, il déteste l’échec et essaie de trouver une solution à tout. Faisant figure d’expert, il aide les trois autres personnages. Vincent est très éparpillé et cumule les conquêtes féminines.

Ces informations pourront servir de base à la conception de nos scénarios. Cependant, il sera certainement nécessaire d’étoffer cette caractérisation et d’en proposer une évolution ; ce fut l’objectif du dernier cours de M. Jean-Pierre Ronsain.

On peut, par exemple, imaginer que Maélie, qui est rousse, ait des origines anglaises. De plus, étant bordelaise, elle pourrait utiliser régulièrement le terme « gavé ». En raison de son goût pour l’informatique, on peut l’imaginer très ordonnée, naturelle et simple. Elle pourrait préférer la compagnie des garçons à celle des filles, puisqu’ils partagent les mêmes centres d’intérêts. De plus, on peut penser que Nicolaï ait un problème d’identité puisqu’il a souhaité modifier son prénom. Amateur de théâtre, on peut supposer qu’il soit en représentation permanente et qu’il ne se dévoile jamais réellement tel qu’il est. Ayaka, quant à elle, pourrait refléter les traits de la culture japonaise. On peut la penser très appliquée, soumise à l’autorité et sensible aux critiques. Elle pourrait avoir tendance à se soumettre au groupe et à s’oublier en tant qu’individu. Enfin, on peut imaginer que Vincent, de par ses études et son comportement de séducteur, soit plus à l’aise dans le discours que dans le relationnel.

Voilà les quelques pistes qui pourront être approfondies pour la nouvelle caractérisation des personnages. Bien sûr, toutes les caractéristiques des personnages devront être précisément définies avant d’aborder l’écriture du scénario.

Juliette Chanson :

Lors de l’écriture d’un scénario il faut bien sûr penser aux contraintes. On doit respecter le caractère des personnages, faire en fonction des décors, des moyens qu’on a pour réaliser le film…  Un des facteurs qui nous a donc paru primordial, c’est le logiciel avec lequel nous réaliserons notre épisode.

En effet, les saisons précédentes étaient produites avec des acteurs pour la première saison, puis des marionnettes. Cette année nous avons pour consigne de concevoir une série en 3D en utilisant le logiciel Movie Storm.

Nous avons appréhendé en cours le logiciel, en apprenant à découvrir ses fonctions et donc ses contraintes. Durant toute l’écriture il faudra qu’on ait à l’esprit que nous ne dirigerons pas des acteurs, mais nous aurons un décor, des personnages et des interactions visuels.

Cela peut représenter à la fois des inconvénients et des avantages, mais nous avons un cadre à respecter ce qui peut aussi nous faire avancer plus facilement.

Le fait que le décor ne soit pas réel peut nous permettre de laisser courir notre imagination, nous n’avons pas de problèmes de moyens financiers ou matériels. Au niveau du temps, nous avons aussi un avantage, qu’on veuille que la scène se passe de jour ou de nuit, qu’il fasse beau ou non, nous évitons les contraintes d’un tournage.

Au niveau des expressions et interactions des personnages, par contre, il faudra bien accentuer les mouvements car ils sont forcément moins voyants en animation – du moins, dans l’animation qu’apporte Movie Storm. Dans l’écriture, il faudra qu’on réfléchisse à apporter des indices dans les paroles ou le comportement des personnages, on ne peut pas compter que sur une expression du visage par exemple. Nous pensons devoir faire dans l’exagération afin de rendre les expressions voulues.

Comme nous commençons à réfléchir à l’écriture de notre épisode, nous ferons une liste des contraintes apportées par le logiciel, avantages et inconvénients, afin d’obtenir un scénario en accord avec la réalisation.

Cette photographie illustre le modèle selon lequel nous devrons rédiger notre scénario. 

Pour ce billet, chacune s’est approprié sa partie sans interférence avec les autres. En effet, nous pensons qu’il est intéressant d’aborder chaque billet d’une façon différente, en fonction du sujet, du contexte et de la façon dont nous avons envie de travailler.

Nous avons donc donné nos avis, même si certains étaient divergents, et tenté d’enrichir ce billet avec nos connaissances respectives. C’est une nouvelle approche que nous nous autoriserons parfois et qui nous permet d’avancer différemment.

Pour ce thème qu’est celui de la caractérisation des personnages, nous retenons différentes choses : tout d’abord, le fait que nous devons prendre en compte le cadre particulier dans lequel vont évoluer nos personnages, le logiciel utilisé possédant des caractéristiques et des fonctionnalités spécifiques. En effet, si cela peut faciliter certaines manœuvres, cela impose aussi d’autres règles que nous approfondirons avec la pratique du logiciel.

Les personnages étant esquissés, il nous appartiendra d’oser aller plus loin dans la caractérisation en ajoutant de nombreux détails qui ne pourront qu’apporter sens et crédibilité à notre scénario.

Crédits photo :

Photo à la une : Masks with theatre concept, de Elnur Amikishiyev

Les masques de théâtre font référence à la caractérisation des personnages. Il sont la représentation de ce que l’on voit des personnages et des clichés qu’ils peuvent renvoyer. Mais l’on ne peut qu’imaginer ce qui se trouve réellement derrière.

Photo dans le corps du texte : Photographie personnelle

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.