[B2, G8] Aller à l’essentiel

Notre travail concernant la pièce de théâtre de Frédéric El Kaim commence à prendre une tournure plus concrète. En effet, après avoir établi l’ensemble des thèmes qui pourraient se rapporter à la conception de cette pièce, chaque groupe a choisi le sujet qui l’inspirait le plus.

Pour être plus précises, nous avions comme thème général pour ce webdocumentaire “le travail”. Il nous fallait ensuite trouver des sous-thèmes, cinq pour être exact. À partir du dossier de production de la pièce et de l’intervention du metteur en scène lors de nos cours, nous avons relevé de grands mots, des éléments qui ont retenu notre attention et qui pourraient être des sous-thèmes. Par la suite, nous avons débattu et retenu finalement cinq thèmes et un thème annexe. Nous nous sommes répartis par groupe les sous-thèmes selon ce qui nous plaisait.

Deux thèmes avaient retenu notre attention (Lauriane et Lisa), celui de la soumission invisible d’une part et  celui de la censure/autocensure. La soumission au travail est le thème du mémoire de Lisa et c’est un sujet captivant car il s’agit de décrypter les liens inconscients et invisibles de domination entre les membres d’une même équipe. Le metteur en scène qualifie d’ailleurs sa compagnie d’une équipe où tout le monde est sur le même plan, pas de domination d’un membre en particulier. Ainsi, il serait intéressant de voir si c’est vraiment le cas ou si c’est une illusion.

Le deuxième thème nous plaisait également car, lors de notre première rencontre avec Frédéric El Kaim, celui-ci avait évoqué le fait qu’il avait dû faire des concessions car sa pièce ne semble pas du goût de tout le monde, étant donné son propos : la violence et la souffrance au travail.

Au moment de choisir notre thème nous n’avons pas été assez rapides pour « décrocher » celui de la soumission, nous nous sommes alors positionnées sur celui de la censure. Nous n’avons pas été déçues pour autant car en y réfléchissant, nous nous sommes aperçues que nous aurions eu des difficultés à montrer ce que nous voulions par le format “diaporama” de ce webdocumentaire, qui plus est en seulement trois minutes.

Plus tard, nous nous sommes tous rendus compte que nos thèmes étaient liés. On peut trouver un ordre dans nos épisodes sans difficulté. Nous en avons finalement retenu un provisoirement. Ainsi, nous allons pouvoir travailler aussi bien avec Capucine et Florent dont le thème est la souffrance au travail qu’avec les autres groupes.

Il nous a ensuite été demandé de faire une ébauche de synopsis et de trouver des mots clés à partir de notre thématique.
Une fois de plus nous avons toutes les deux fait nos recherches chacun de son côté, avant de mettre en commun, et encore une fois cela nous a semblé une bonne méthode car chacune de nous a trouvé des éléments auxquels l’autre n’avait pas pensé.

Par ailleurs, nous sommes même allées trop loin, étant donné que le but est de réaliser un documentaire de 3 minutes, nous nous devons de recentrer nos questionnements afin d’aller à l’essentiel. Ce qui nous a posé quelques problèmes car nous ne savions pas quoi enlever.

Difficulté de parvenir à une version satisfaisante. En fonction des attentes de chacun et de nos propres convictions, les brouillons se multiplient…

Tout nous intéressait et tout paraissait se combiner. Mais nous devons garder à l’esprit que les propos recueillis seront illustrés seulement par des photographies et que nous n’aurons pas accès à tout. Par exemple le contenu des vidéos diffusées avant et pendant la représentation nous intéressait mais nous avons appris que nous n’aurons pas accès à ces dernières. C’est dommage mais dans un sens cela nous permet aussi de nous rendre compte que nous devons nous débrouiller avec les données qui sont mises à notre disposition. Cela ne va sans doute pas être facile mais travailler avec des contraintes peut s’avérer formateur surtout que nous y serons sans doute confrontées dans nos projets professionnels futurs. De plus, dans ce cas précis, cela nous a permis d’éliminer un de nos questionnement.

D’ailleurs, le fait d’avoir pu appréhender ce que pouvait être un documentaire illustré par des photographies, grâce aux exercices sur Klynt lors du cours avec Emmanuel Quillet et également celui de François Vaillant, nous a permis d’y voir plus clair et de nous rendre compte de l’importance du montage sonore et de son illustration.

Nous avions en tête quelque chose d’abstrait et un peu incongru dans l’univers de l’audiovisuel. Mais grâce notamment au Corps incarcéré, nous avons été rassurées car nous avions un “modèle” de la demande qui a d’ailleurs un très bon rendu. L’effet “diaporama” nous faisait un peu peur mais dans ce cas, cet effet passe très bien. Il n’y a pas forcément besoin de plus et le son est mis encore plus en valeur. Il faut espérer que notre webdocumentaire aura un aussi bon rendu.

Quoi qu’il en soit, nous avons remarqué que nous avions une grande liberté vis à vis du montage des images illustrant la bande sonore et que c’est en partie grâce à celles-ci que nous pourrons exprimer notre point de vue et le faire comprendre aux spectateurs. Mais c’est également là que réside la difficulté : arriver à faire passer un message tout en respectant la parole des intervenants et en essayant d’être inventif.

Il faut donc que nous nous mettions à réfléchir à ce que nous souhaitons mettre en avant dans notre webdocumentaire mais également aux questionnements qui résultent de notre thématique.

Un metteur en scène se fixe-t-il lui même des limites lors de l’écriture de sa pièce ? À quel moment peut-on se dire que l’on est allé trop loin ? Et surtout jusqu’où est-on prêt à aller pour défendre son opinion ?

Nous allons devoir traiter toutes ces questions en amont afin de parvenir à établir notre propre opinion sur le sujet. Et confronter ensuite cette dernière aux intervenants que nous aurons choisis afin d’obtenir leur avis sur le sujet (que de nombreux auteurs ont par ailleurs choisi de traiter).

Et c’est notamment le cas de Thomas Schlesser qui selon nous pointe du doigt les travers de notre époque lorsqu’il évoque la censure d’aujourd’hui. D’après lui, « elle emprunte des voies plus insidieuses, qui ne disent pas leur nom, obligeant les artistes à se battre encore et toujours pour leur indépendance », mais surtout «  elle permet aux artistes de mieux appréhender leur place et leur rôle dans la société »(1). Or, cela nous semble parfaitement correspondre aux motivations de Frédéric El Kaïm, d’autant plus que face à un tel sujet, plus on acquiert de connaissances plus l’investissement devient personnel, la confrontation à la censure en devient alors d’autant plus compliquée.

À nous maintenant de découvrir ce qu’en pensent le metteur en scène et ses comédiens.

Lisa et Lauriane

———————–

(1) : SCHLESSER Thomas, L’art face à la censure, Paris, Beaux Arts Editions, Beaux Arts Exposition, 2011

Crédits photo (photo à la une) :  photo de poupées russes de A. Munich

Légende photo à la une : Pour arriver à sélectionner un élément et obtenir ce que l’on souhaite, il faut souvent passer par plusieurs étapes.

Photo du bloc de papier : Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.