La première est la bonne !

La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)
La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

C’était il y a un an déjà, que je tenais entre les mains cette longue liste de films, parmi lesquels je devais choisir celui que je suivrais au cours de mes deux années de Master. Les noms des films que j’avais déjà vus m’avaient immédiatement sauté aux yeux, mais l’un m’avait plus marqué que les autres : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot. En lisant ces mots je m’étais souvenue avoir adoré ce film et j’ai été saisie d’une forte envie de le revoir. Mais je voulais choisir un film nouveau pour partir de zéro et pouvoir analyser sérieusement mes sentiments dès le premier visionnage. J’ai donc regardé une petite dizaine des films présents sur cette liste, mais je n’accrochais pas réellement…  Le Corbeau volait toujours dans un coin de ma tête.

J’ai donc fini par me fier à ma première intuition et j’ai choisi le deuxième film de Clouzot comme sujet de mémoire. À partir de cet instant il a fallu que je devienne un spectateur actif et que je cesse de regarder ce film passivement, comme si je regardais un téléfilm. Cela n’a pas été facile et je ne remarquais pas grand chose lors des premiers visionnages. Mais au bout d’un certain temps, je me suis appropriée le film et à partir de ce moment, regarder Le Corbeau était devenu un réel plaisir enrichissant. Je sais aujourd’hui que j’ai fait le bon choix, car je ne me lasse toujours pas de voir ce film, et j’ai constamment envie d’en savoir plus, que ce soit de simples anecdotes ou des faits marquants dans la vie de l’auteur. Je ne regrette qu’une seule chose : avoir suffisamment de mémoire pour ne pas oublier la fin entre deux visionnages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.