[B12, G6] Der des der bis

Superposition d'une aquarelle du carnet de bord sur une image réalisée pour le webdocumentaire. Florent Poussard, 08/04/13
Superposition d’une aquarelle du carnet de bord sur une image réalisée pour le webdocumentaire.
Florent Poussard, 08/04/13

Qu’on se le dise, je serai bref. Après le billet précédent, bilan de mon présent au regard du passé et de l’avenir des possibles (tiens, on dirait le commencement d’un mauvais roman de gare), je tâcherai d’être bref.

Le processus de création comme le carnet, en duo (si on excepte les derniers billets qui étaient individuels), ont été pour Capucine et moi une longue partie de ping-pong, ainsi qu’on l’écrivait déjà dans les premiers billets (ici dans le n°1, là dans le n°5). Au début, c’était long. Très. Trop. On rédigeait trop de caractères, bien qu’il en fallût déjà beaucoup, et les soirées passées à débattre sur carnet/webdoc/autres furent souvent une cause inévitable de mal de crâne – je parle de soirées à débattre, pas à boire, ça c’est une autre question qui certes amène également le mal de crâne mais qui ici ne nous intéresse pas. Cela étant, la version actuelle est probablement la meilleure, car peu de caractères, donc peu d’éparpillement de notre part dans divers sujets, plus simple à écrire pour nous, et surtout plus agréable pour le lecteur – parce que les billets à 8000 signes, même avec 5 ou 6 photos, c’était assez indigeste. Et puis ça tendait à nous freiner sur les autres travaux, car trop de temps à y passer.

Les travaux, pour le mémoire la procédure étape par étape c’était très bien, nous permettant de faire un mini-bilan à chaque échéance et d’avancer régulièrement – simplement dommage que l’échéance finale de l’écrit ait coïncidé avec celle du rendu du webdocumentaire, ça m’a bien pénalisé sur la fin. Et le webdocumentaire, justement, a eu de ça d’intéressant (en tout cas pour Capucine et moi) qu’on a vraiment conçu notre programme de travail en fonction de Frédéric Elkaïm – dont les indisponibilités nous ont contraint à prendre du retard, ce qui a pénalisé le mémoire, bref etc. Néanmoins, quoique mécontent de mon mémoire j’ai bien apprécié la soutenance orale, et puis hâte à présent de voir Travail en scène mis en ligne, car j’ai bien l’impression que c’est un beau bébé.

J’aurai juste envie de revenir sur une question : à propos du carnet, quel est le mieux, en groupe ou individuel ? Je pense que, pour le début, pendant la durée du processus d’écriture, il était nécessaire de rédiger les billets ensemble, pour se rendre compte d’un travail collectif, mettre les idées sur la table et tâcher de résoudre les difficultés. Après, pendant la production / post-production, c’est moins le cas, certes il y a toujours des échanges d’idées, mais on est plus dans le concret, il y a moins à débattre. Le billet peut donc plus témoigner de notre propre expérience que de la mise à plat de l’avancée de l’écriture. Ce sont deux étapes très différentes.

Voilà, et sur ce… eh bien l’image du début, c’est donc une superposition de deux dessins réalisés à des périodes différentes de l’année (l’un en novembre pour le billet 4, l’autre en février pour le webdoc) mais qui mis ensemble donnent quelque chose de nouveau : c’est une présentation (PowerPoint ?) de la progression de notre binôme au cours de l’année. Et là, j’espère juste avoir une réponse favorable de deux comédiens concernant une date pour qu’on puisse, par le biais d’un court-métrage, poursuivre l’histoire de notre binôme.

Florent Poussard


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *