[B11, G7] Il était une fin…

Romain Gallon (15/12/2012)
Romain Gallon (15/12/2012)

Le moment est venu de faire le bilan, de synthétiser deux années du Master en moins de trois mille signes… Si je ne devais m’en tenir qu’à cette année, je dirais qu’il y a eu des hauts et des bas, comme dans toutes choses que l’on entreprend. D’abord, de nombreuses périodes de doutes, notamment sur mon avenir, sur “l’après-fac”. C’est encore aujourd’hui un peu flou, quelque part c’est tout à la fois assez excitant et assez “flippant”. Sur l’année en question, j’ai eu des incertitudes concernant le projet audiovisuel que nous devions réaliser. Tout d’abord, le fait qu’on nous annonce au départ que ce sera un documentaire sonore illustré d’images fixes. J’étais quelque peu déconcerté, peut-être même un peu déçu. Puis, au fur et à mesure que nous avons avancé dans le projet, j’ai découvert l’enjeu de cet exercice, le double sens de la lecture (ce que l’image pouvait apporter à l’écoute). Je crois pouvoir affirmer que nous avons pris du plaisir à réaliser ce documentaire. Je pense que cela peut se voir à la vue des premières images du web-documentaire. Je suis impatient de voir le résultat final, une fois que celui-ci sera mis en ligne.

Mais il n’y a pas eu que l’aspect technique au sein de cette formation… Le mémoire nous a également demandé beaucoup de temps. Après ces deux années où il nous a été demandé d’écrire deux dossiers de plus de vingt pages, je ne peux pas dire que je sois devenu un grand passionné. Et je suis vraiment reconnaissant qu’on ne nous ait pas demandé un dossier de plus de cent pages, j’en aurais été incapable… J’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à écrire la seconde partie ce mémoire, où je rentrais bien plus dans le sujet, avec l’analyse du film « Volem, rien foutre al païs », alors que jusqu’ici je ne faisais que relater l’histoire du film militant un peu rébarbatif…

Et puis il y a eu l’écriture de ces billets, qui est également un travail d’écriture, il fallait apprendre à synthétiser une pensée et être régulier dans sa mise en ligne (qui m’a parfois fait défaut). Je suis content de l’avoir fait, je ne sais pas encore quel sera le fruit de ce travail, il faudra un peu de temps, pour prendre du recul et en comprendre tous les aspects.

A la fin de cette semaine, ma scolarité va prendre fin, reste le stage sur Paris. Je vais travailler en tant qu’assistant de production au sein de la société Prendel Médias, de mi-avril jusqu’à fin août. Je vais devoir assister la productrice sur tous les projets audiovisuels en cours, également travailler un peu en post-production (montage de différentes séquences, dérushage de bandes vidéos, etc.) et mettre à jour leur site Internet qui n’est plus fonctionnel.

Ainsi, cette photo représente trois années de ma vie, durant lesquelles j’ai étudié au sein de cette faculté, le long chemin que j’entreprenais pour arriver à mon bâtiment. C’est désormais la fin d’une époque. J’ai hâte d’entreprendre cette nouvelle expérience, dans cette nouvelle ville que je ne connais pas encore, en somme, de prendre un nouveau départ… A moi de ne pas faire de… faux-départ…

Romain Gallon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.