[B11, G3] Entre idéalité et réalité

Sarah Vasseur (27/03/2013)

Nous étions lancées, comme des astronautes partant découvrir une nouvelle planète, tels des chevaux fous aux grandes élancées, dont nous ne connaissions même pas la destination. Entre idéalité et réalité, nous découvrons aujourd’hui la réalisation concrète de tous nos fantasmes, différente en somme de ces derniers, mais qui nous apprend beaucoup sur nous-mêmes et sur la tension omniprésente, inhérente à la vie, entre idéalité et réalité…

Notre première source d’anxiété fût d’écrire ensemble. Mais finalement, tous ces moments étaient des occasions pour nous de nous rencontrer, de nous retrouver de façon amicale et ont permis la construction de notre groupe tel qu’il existe aujourd’hui. Avec le recul, nous nous faisions la réflexion, Juliette et moi, que cette combinaison a fonctionné comme nous le présentions au départ : une excellente communication entre nous et un respect mutuel qui ont créé une atmosphère de travail détendue et harmonieuse, où nous nous sommes relayées les unes et les autres pour nous soutenir à tour de rôle. Toutes les craintes que je pouvais évoquer au début de cette année universitaire, quant au fait de me retrouver isolée, étant donné que Juliette et Barbara vivent ensemble en colocation, n’étaient en réalité pas fondées, puisque cela s’est avéré être un atout de travail plutôt qu’un frein. Je me suis d’abord posée quelques questions abstraites sur quelque chose qui n’avait encore aucune réalité. Après avoir douté, hésité et tâtonné comme une enfant, arrive la traversée du désert. Je n’en vois pas le bout, pas la fin, tout m’exaspère, tout me semble loin, abstrait, sans aucune réalité, je n’arrive pas à créer et même les enfants de mon colocataire qui regardent la télé me renvoient à ma propre vacuité créative.

Puis, les plumes s’envolent et décollent, la phase d’écriture se fait rapidement, spontanément, et la satisfaction de Jean-Pierre, notre professeur de scénario, nous conforte dans notre travail. Longtemps, nous avions pensé notre scénario et très vite, cela s’est mis en place, naturellement, à un moment précis. Soulagement. Une étape est franchie. J’ai l’impression de pouvoir souffler. Ce n’est qu’une illusion. Mais je m’accorde un temps de repos. Finalement, lorsque j’observe tout ce que j’ai rédigé dans les billets, je me rends compte que beaucoup de pensées théoriques ou de prévisualisations, concernant le son, les personnages, les plans, etc., prennent d’abord naissance dans nos têtes et puis, avec le temps qui passe, mûrissent jusqu’à une réalisation concrète. Au départ, cela semble toujours complètement délirant, tellement loin, et puis aujourd’hui nous y voilà. La lumière au bout du tunnel, le bout de la route, nous la voyons enfin, nous en voyons le bout. Même si nous ne sommes pas encore totalement arrivées, puisque nous sommes encore à ce jour en train de travailler sur MovieStorm et que cela génère beaucoup de stress et de tensions quant au rendu final. Voilà ce que la photo ci-dessus s’efforce de représenter.

Arrivée sur cette planète inconnue, je suis troublée, parfois émerveillée, mais jamais certaine de là où je mets les pieds. J’essaye des choses, je bidouille avec ce que je trouve dans mes bagages, j’agite un hochet comme une gamine et je regarde ce qui se produit. Je ne suis pas toujours satisfaite, mais je ne suis pas mécontente non plus, parce que j’apprends et ma manière intuitive de créer conserve son rôle prépondérant.

Sarah Vasseur

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.