[B11, G3] Destination Finale

(cc) Barbara Lancia (29/03/13)
(cc) Barbara Lancia (29/03/2013)

Cette photographie représente un circuit de dominos. On aperçoit en haut à gauche le point de départ symbolisé par la pancarte quadrillée, surmontée de l’indication « Start ». Divers éléments jalonnent le parcours. Même si leur fonctionnement est parfois complexe, ils font partie intégrante du circuit et participent à la continuité du parcours. On remarque que les dominos sont en train de tomber, la majorité étant déjà au sol, et qu’ils approchent d’un point de division des chemins. Trois possibilités de parcours se présentent alors. Au premier plan, on voit un parcours simple se terminant par la représentation d’une guillotine. Juste derrière, se trouve un parcours de difficulté moyenne menant à un avion prêt à décoller. Enfin, le troisième parcours semble complexe et risqué. Il comporte un looping, un cercle de feu à traverser et se termine par un mur.

Cette photographie représente l’ensemble de notre processus de création, développé depuis le début de l’année scolaire. On peut constater le chemin parcouru et les obstacles, relatifs au travail de groupe, à l’écriture du scénario ou aux limites du logiciel Moviestorm, surmontés jusqu’ici (voir billet 1, billet 2 et billet 5). Même si notre progression a pu être ralentie par ces difficultés rencontrées, notre avancée n’a jamais été interrompue. En effet, ces obstacles étaient des éléments nécessaires à l’évolution de notre réflexion et ont finalement enrichi notre création, de par les questionnements qu’ils ont engendrés. Chaque domino représente un élément du projet, le scénario, l’animation, la prise de son… Une étape à valider avant d’envisager la suite du parcours.

Nous arrivons maintenant à la fin du parcours et les décisions à prendre concernant notre projet vont être décisives. Le but est de produire une réalisation la plus complète et détaillée possible, tout en prenant en compte les limites du logiciel. En effet, si nous optons pour une mise en scène trop simpliste, le résultat manquera d’impact et de réalisme. En revanche, si nous choisissons une réalisation trop complexe, nous risquons de dépenser beaucoup de temps et d’énergie pour, au final, ne pas parvenir à nos fins et aller droit dans le mur, en se retrouvant face à des problèmes insolubles. Seul un compromis entre ces deux options, comportant une prise de risques maîtrisée, permettra de parvenir à un projet propre et abouti. Dès lors, nous pourrons laisser libre cours à nos idées, sans risquer le crash.

Cette expérience des carnets de recherche fut pour le moins singulière. Je n’avais jamais rien fait de similaire auparavant et j’ai au départ trouvé le concept surprenant. En effet, j’ai d’abord eu du mal à saisir l’intérêt des billets, en particulier lorsque leur fréquence de rédaction était plus élevée que l’avancement du projet lui-même. Cependant, j’ai fini par me familiariser avec cette méthode de travail et, plus le projet s’est mis à progresser rapidement, plus l’inspiration pour les billets a été grande. À présent, je constate l’évolution de notre travail depuis le début de l’année. Je remarque que le passage des longs billets collectifs aux billets individuels s’est avéré plutôt fructueux, entraînant la création de textes plus originaux et plus personnels. Les billets collectifs nous ont cependant appris à travailler ensemble, à prendre en compte les avis de chacune, à accepter de faire des compromis et à mieux nous connaître mutuellement.

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.