[B1, G4] Premiers pas

Avant toute implication dans le processus créatif, la première chose à faire a été de constituer des groupes de travail pour écrire la suite de la web-série du Master « Création, Production, Image » (MCPI) : Profession étudiant. Nous nous sommes donc regroupés d’une part en fonction de nos affinités mais aussi, et surtout, de nos compétences. Nous avons dû rapidement vanter nos mérites, nos qualités. La prise de contact commence par une discussion autour de nos capacités personnelles à programmer, organiser et gérer un projet. Nous nous sommes donc réunis en équipe, une équipe complémentaire ; la notre est composée de Florence, Émeline et Sarah K.

Émeline rappelle le début de la formation de notre groupe : « Autour d’une table, nous expliquons successivement nos points forts, nos lacunes et notre objectif, nos aspirations par rapport à ce projet. Cela peut être un atout majeur dans la réalisation d’un projet comme celui que nous allons mettre en place au cours de cette année. Les idées ne vont pas manquer. Nos connaissances très diverses et nos parcours nous permettrons d’ouvrir souvent le débat sur les sujets autour desquels nous allons nous concentrer. La réflexion en sera d’autant plus riche. Pourtant nous avons conscience que notre meilleure carte peut se retourner contre nous si nos divergences nous ralentissent trop souvent dans la prise de décisions et créent des désaccords importants au sein du groupe. L’avancement du projet dépendra sous doute de notre capacité à gérer les disparités pour en faire une force plutôt qu’un frein permanent. »

Mais créer, en quoi cela consiste ? Wikipedia donne une définition plutôt juste [1] : « La créativité décrit […] la capacité d’un individu ou d’un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf […] ou à découvrir une solution originale à un problème. Elle peut être plus précisément définie […] comme « un processus psychologique ou psycho-sociologique par lequel un individu ou un groupe d’individus témoigne d’originalité dans la manière d’associer des choses, des idées, des situations […] ». » Créer c’est donc passer par plusieurs étapes, c’est une évolution du travail et des idées dans le temps. Ces divers carnets de recherche que nous aurons à publier nous permettrons de suivre l’évolution de notre projet, de notre écriture, de mettre en place une observation participante [2] afin de prendre du recul sur ce que l’on vit, ce que l’on fait et d’avoir une capacité d’analyse objective de notre travail, des éventuels problèmes rencontrés et des solutions que nous apportons.

Distinction de nos compétences

Florence a suivi des études en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle a donc adopté des réflexes sur la dissociation entre le processus de création et l’analyse de celui-ci, elle sait rester objective et a une grande capacité de synthèse. Florence a également des compétences en techniques du son et de l’image, elle sait manipuler du matériel son et maitrise les outils et logiciels du web. Outre un apport technique, elle sait développer de grandes idées originales et sera un point fort dans l’écriture d’un scénario.

Émeline, quant à elle, a suivi un parcours en infographie et a donc développé un grand savoir-faire des outils du web et des logiciels de création d’images. Elle a une passion pour l’univers de l’image et a également touché à l’audiovisuel ; elle sait donc manipuler le matériel de l’image et du son. Emeline étoffera également l’écriture de scénario car elle sait s’ouvrir à des concepts originaux.

Sarah K. a suivi des études de cinéma et d’audiovisuel depuis le lycée. Elle a une grande passion pour l’univers de l’Audiovisuel avec un grand A. Elle s’est spécialisée dans des études de gestion de production afin de maitriser toutes les étapes de création d’un projet et avoir les connaissances des contraintes réelles du terrain, elle saura donc orienter ses camarades vers des idées plus concevables que d’autres.

Nos parcours sont certes différents mais complémentaires. Chacune permettra aux autres de se nourrir de ses connaissances. De plus, il est établi que nous échangerons régulièrement les rôles afin d’apprendre toutes les facettes de la réalisation. L’aboutissement de nos premières discussions a été non pas de nous lancer sur l’ébauche d’un premier scénario mais de déterminer quels objectifs nous nous fixons : la création d’une fiction cohérente, un partage égal du travail et un effort constant dans la durée. Enfin, nous souhaitons induire un réel questionnement sur la vie étudiante qui devra transparaître à travers une caractérisation quasi-ethnologique : mots indigènes, codes vestimentaires… La finalité sera de montrer les avantages, les désagréments et les aspirations de cette couche sociale.

Mise en place d’une méthodologie de travail 

Une fois nos compétences détaillées, nous avons commencé à nous interroger sur la division du travail et sur la mise en place d’une méthodologie. Outre les rendez-vous hebdomadaires fixés par le calendrier scolaire, nous choisissons de nous fixer une à deux séances de travail par semaine à la bibliothèque universitaire ou à nos domiciles respectifs, séances d’une à deux heures afin de discuter de l’évolution de notre projet et les moyens mis en œuvre pour sa réalisation. D’un commun accord, nous estimons préférable de distancier les réunions de réalisation du projet Profession : étudiant et les réunions d’écriture du carnet de recherche, afin de ne pas nous éparpiller et de ne pas perdre de vue nos objectifs. Le support de notre carnet a également fait l’objet de débats. Quels outils utiliser ? Après avoir évalué différentes possibilités, nous avons opté pour un partage en Google Document car il offre de nombreux avantages (création de documents plus ou moins complexes, accessible hors ou en ligne …). Pour la répartition de notre travail, nous souhaitons utiliser un rétro-planning, nous permettant de fixer des objectifs pour chaque semaine en ne perdant pas de vue la dead-line, ce qui nous permettra de structurer efficacement nos réflexions. Outre un planning, nous élaborerons une feuille de route du projet afin d’en suivre l’évolution et d’y exposer nos objectifs, nos “missions” pour la fois suivante et nous répartirons nos rôles : qui se charge de poser les questions et de faire des comptes-rendus à Blandine Schmidt ? Qui se charge de découvrir le logiciel Moviestorm ? Qui se charge de faire des fiches personnages ? Enfin, il s’agira également de désigner la thématique du billet de travail suivant.

 Émeline, Florence, Sarah K.


[1] Auteur inconnu, Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Créativité, consulté le 18/10/2012

[2] Elle consiste à étudier une société ou un groupe en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux.

Crédit photo : Shinichi SUGIMAYA / Flickr.com – http://www.metrofrance.com/metro-paris/des-voleurs-trahis-par-leurs-traces-de-pas-dans-la-neige/mjlB!YusrGk7rTPXVI, consulté le 18/10/2012

http://www.metrofrance.com/metro-paris/des-voleurs-trahis-par-leurs-traces-de-pas-dans-la-neige/mjlB!YusrGk7rTPXVI/

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.