[B11, G6] Et demain est un jour nouveau

printemps

Voilà. Tiens, c’est le bon mot pour commencer, ça : “voilà.” Cinq années. C’est plus long que les Nocturnes de Chopin que je m’enfile en écrivant cet article – d’habitude j’écoute plutôt du rock anglais, mais là c’est le dernier article, alors, un peu de sérieux… Je vous épargnerai les 15.000 caractères initiaux que j’avais gratté.

C’est que, cinq années d’études supérieures, c’est quand même une fin de cycle qui mérite que l’on fasse un peu le point sur sa vie. Certes, il faut pas vendre le papier du diplôme avant de l’avoir imprimé, mais quoi qu’il arrive pour moi l’université c’est bye-bye. Curieusement, je n’arrive pas à éprouver la moindre once de fierté d’en être arrivé là. Je ne sais pas, peut-être que mon sentiment sera différent après la soutenance, mais pour l’heure j’ai l’impression que, si je suis là, c’est parce que je n’ai pas eu le courage de tenter autre chose, de prendre des risques. Cinq ans pour ne pas prendre de risques… quelque chose qui va changer, saperlotte ! En septembre, si tout va bien, je suis au Cours Florent. Du théâtre et du business. Reprendre des cours de théâtre, je vais avoir l’impression de rajeunir. Entrer dans un monde de business, ce que j’ai appris durant mes études pourra me servir.

C’est quand même dingue d’avoir tenu cinq ans d’études en sachant dès le départ que je voulais être comédien. Faudrait que je développe le propos bien plus longuement qu’il ne m’est permis de le faire ici, bien sûr, mais il est clair que juste après le bac je manquais trop de confiance pour me lancer direct dans les cours de théâtre professionnels. Manque de confiance en moi, ou dans les autres ? Je ne sais pas. Ce qui est certain c’est que, de ce qu’on disait de moi à l’époque, si je m’étais lancé j’aurais pu aller loin. Bon, j’ai attendu. Est-ce que j’ai encore un niveau acceptable ? J’espère.

Ce qui est curieux, c’est que, alors que pour moi le théâtre est ma vocation première, ce n’est pas nécessairement comme ça qu’on me perçoit. J’aurais plutôt le statut d’un “bidouilleur”, qui écrit, dessine, pratique divers arts de la scène, voire essaie de faire de la musique et des vidéos. Y a pas de nom de métier sur mon statut, je ne suis ni écrivain, ni comédien, ni dessinateur ni rien, artiste en devenir peut-être, quoiqu’au bout d’un moment s’en remettre au futur ça sonne un peu trop procrastination. En cela mon expérience bordelaise aura été particulière : ma première participation à une vidéo girondine aura été pour composer la musique, et ma dernière pour faire des dessins. Est-ce que cette “polyvalence” (avec beaucoup de guillemets) ne risque pas de me jouer des tours, ou plutôt, est-ce que ça ne m’en joue pas déjà ?

Cette question me permet de rebondir sur ce qu’on pourrait appeler un bilan annuel. J’ai pas envie de m’attarder sur les points négatifs : beaucoup de temps et d’énergie dépensés pas toujours convenablement, progrès bien faiblards question relations humaines, déception de n’avoir une fois de plus pas été retenu au casting de Profession Etudiant (c’était ça, le rebond sur “est-ce que ça ne me joue pas des tours ?” – à moins que ce ne soit simplement pour des questions de copinage… de toute façon j’m’en fous dans quelques années je participerai à des projets plus intéressants, rémunérés et puis… euh si d’abord !)

Bref, voyons plutôt le positif. En dehors des enseignements qui, pour la plupart, me serviront probablement à l’avenir, il y a déjà la contrainte binôme qui m’a associé à Capucine, ce qui sur le plan humain a été une aventure extrêmement riche, d’un côté toutes les recherches qu’on a pu faire (ce qui m’amène à dire qu’il faudrait vraiment écrire en très grand “recherche-action” sur la plaquette du Master CPI, fin de la parenthèse) et voir comment les idées naissent à travers l’échange, se rendre compte comment la coopération se met en place en parallèle des liens d’amitié qui se tissent. Une collaboration qu’on pourra, je pense, qualifier de plutôt fructueuse, et qui se poursuivra très certainement au-delà du Master – un court-métrage en projet, comme tout le monde. De toute façon j’ai toujours adoré les exercices à contrainte (c’est simple : moins y en a, plus je sèche).

Question rencontres, il y a aussi les intervenants professionnels et la troupe de Frédéric Elkaïm, sans oublier l’équipe pédagogique. Et puis, il y a aussi des qualités qui se renforcent : capacité de se battre pour obtenir ce qu’on veut, moins se laisser marcher sur les pieds, être moins sensible à la critique. Vouloir aller de l’avant, surtout. De l’optimisme, que diable !

Bon, c’est qu’il se fait tard. Faut aussi que j’aille zieuter côté CNC (des devoirs pour mon stage). Avant de partir, j’ai envie de laisser deux vidéos. Une qui date d’avant tout ça, le court-métrage de bac d’un ami à moi qui m’avait offert un rôle conçu sur mesure. Je ne sais pas si j’aurai encore le bonheur de recevoir ce genre de cadeau à l’avenir alors, dans le doute, je laisse ça ici. Et l’autre… ben c’est tout récent, en parallèle du projet Travail en scène, et largement inspiré par la pièce de Frédéric Elkaïm (ainsi que des conférences-spectacles de Franck Lepage). Hasta luego !

 

 Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.