[B1, G1] Un trio à cordes

Prenez une jolie blonde, artiste dans l’âme et avec une langue bien pendue ! Faites la rencontrer un jeune acteur, spécialiste en droit et fin psychologue ! Immiscez enfin entre ces deux-là une publicitaire globetrotteuse à la crinière violette ! Vous obtenez un mélange complémentaire et détonnant d’apprentis cinéastes prêts à en découdre avec Profession Étudiant, une web série au nom évocateur…

Three wise monkeys, Leo Reynolds

Ces apprentis cinéastes, c’est NOUS, Chloé, Gabriel et Manon. Aujourd’hui, nous nous lançons dans un projet qui va exploiter et mettre à l’épreuve nos compétences mutuelles pour aboutir idéalement à une production originale et consistante.  Ces compétences, nous devons les identifier pour optimiser notre organisation de travail et mieux répartir les rôles. Mais avant toute chose, il convient de définir cette notion de compétence. Selon la définition du Nouveau Littré, une compétence est une « habileté reconnue dans certaines matières et qui donne un droit de décider ». Le Grand Larousse Universel, quant à lui, définit une compétence comme une « capacité reconnue en telle ou telle matière en raison de connaissances possédées et qui donne le droit d’en juger ». De ces deux définitions représentatives, on retient les notions communes de capacité ou d’habileté ; de reconnaissance ; de matière, de connaissances ; de droit de décision et de jugement. Ainsi chaque compétence se base sur un domaine particulier que l’on peut nommer matière, par exemple l’écriture scénaristique ou le graphisme. Cette aptitude à maîtriser une discipline doit être reconnue par un tiers. Toutefois, il ne peut pas s’agir de n’importe quel tiers. La reconnaissance n’est légitime que lorsqu’elle est issue d’une même origine sociale. Autrement dit, la reconnaissance est acquise lorsque le groupe social l’admet. A ce titre, la reconnaissance d’une capacité signifie pour l’individu qu’il est intégré au groupe social visé comme l’institution scolaire et la réussite aux examens. Enfin, la maîtrise d’un domaine confère à celui qui la possède un droit de décision ou de jugement dans cette spécialité. La personne désignée comme compétente peut donc trancher pour ses pairs dans son champ de compétence et faire évoluer le débat vers un choix définitif et justifié. Le droit de décision qui en découle est légitime parce que l’individu a auparavant été reconnu. A son tour, l’individu peut exercer son droit afin de reconnaitre d’autres individus dont l’ambition serait de faire valoir leur compétence dans ce domaine particulier. Ainsi, la compétence, ce n’est pas seulement un savoir donné dans un domaine particulier mais plutôt la reconnaissance d’un ensemble de connaissances par le groupe social déjà établi dans ce domaine particulier. Dès lors, détenir des compétences suppose de vivre en société, et donc d’entretenir des liens sociaux.

Dans le cas de notre groupe de travail, la question des compétences est une question sensible. Nous ne sommes pas encore en mesure de pouvoir affirmer détenir des compétences selon la définition que nous avons précédemment donnée car, bien que nous détenions des qualités clairement identifiées dans des domaines variés mais également dans le domaine de l’audiovisuel, il nous manque actuellement la reconnaissance de l’ensemble de la profession, mais également un savoir et un savoir-faire précis. Pour autant, dans une optique didactique, nous avons conservé la notion de compétence dans la mesure où, si nos compétences en audiovisuel restent encore imprécises, la diversité de l’origine de nos environnements respectifs, de nos formations, et de nos apprentissages nous ont permis d’acquérir des compétences diverses dans des domaines tout aussi variés. De même, il faut ancrer la recherche de nos compétences dans une analyse thématique du travail étudiant qui se traduit concrètement par la création et la production d’un épisode de web série, en 3D. Ainsi, il est important de déterminer quelles sont les compétences de chacun d’entre nous, mais aussi la mesure dans laquelle nous allons pouvoir mettre à profit nos expériences, dans une perspective précise de création et de rétrospective créative.

En effet, savoir que Gabriel est un bon amant, que Chloé est un cordon bleu ou que Manon est douée en patins à roulettes ne nous aidera pas à assigner un rôle à chacun dans le processus de création. À nous de faire le tri parmi les compétences de chacun. Après une longue discussion concernant nos parcours respectifs, nous sommes parvenus à mettre le doigt sur un certain nombre de qualifications propre à chacun.

Selon notre premier constat, aucun d’entre nous n’a, à proprement parlé, de formation en audiovisuel, comme nous l’avons précédemment évoqué. Nous relevons davantage de ce que l’on peut nommer des autodidactes passionnés. Ainsi nous faut-il chercher des éléments pertinents plus ou moins enfouis dans nos parcours parallèles. A ce tire, nous avons choisi de reprendre la distinction des savoirs en science élaborés par Aristote à travers laquelle il identifie la science théorétique, la science pratique et la science poïétique, c’est-à-dire respectivement ce que nous appellerons le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. Par ce triptyque, on distingue le savoir issu de l’instruction, c’est-à-dire qui nous est enseigné à travers la lecture, l’école, l’éducation. Il s’agit là d’un ensemble de connaissance. On distingue ensuite le savoir-être, apporté par l’éducation, ce qu’Aristote définit par la praxis ou l’accomplissement de soi pour atteindre le bonheur. Il s’agit là de sagesse pratique. On distingue enfin le savoir-faire, que l’on peut définir par l’expérience, c’est-à-dire l’acquisition d’un savoir pratique et technique, acquis par l’usage, ce qu’Aristote nomme la techné.

L’intérêt d’une telle distinction nous a permis de lister de manière suffisamment exhaustive nos compétences, de savoir également différencier ce que nous avions acquis par notre seul travail de ce qui avait pu nous être enseigné mais aussi de pouvoir déterminer les atouts de chacun dans une logique de travail en groupe.

Chloé est notre atout artistique. Grâce à sa formation en Arts Plastiques, elle a un bon bagage de connaissances en termes de peintures, d’artistes ou encore de mouvements artistiques… Elle est, de plus, à même d’analyser et décrypter n’importe quel type d’œuvre, elle saisit aisément les sens cachés et les différents niveaux de lecture. Mieux, elle sait justifier tous les choix créatifs possibles. En Arts Appliqués, elle a une bonne culture design, graphique et architecturale. La littérature et la philosophie ne lui sont pas non plus étrangères. [SAVOIR]

En Arts Appliqués justement, elle peut s’atteler à la construction de maquettes, à des ébauches de dessins, peintures, collages… Elle évalue bien de ce fait les besoins nécessaires à ses créations, qu’ils soient matériels ou financiers. Elle sait évidemment utiliser la plupart des logiciels de PAO, tels que Photoshop et Illustrator. [SAVOIR-FAIRE]

Avenante, Chloé est douée pour les relations humaines et a le contact facile. [SAVOIR-ÊTRE]

Gabriel incarne la rigueur, l’analyse et l’esprit de synthèse de ses études de droit. Il est structuré et possède une bonne culture générale, notamment en droit civil, pénal, constitutionnel (etc.), en histoire-géographie, philosophie, littérature, sciences politiques, sociologie… Il a acquis une méthodologie efficace d’analyse de texte et facilite le travail en groupe. Ses lectures lui ont offert une belle connaissance du monde cinématographique. [SAVOIR]

Investi dans l’association Kino Session, il bénéficie d’une expérience non négligeable en création audiovisuel, ceci allant de l’écriture scénaristique jusqu’au montage final. Il est sans doute l’élément le plus connaisseur en matière de production de fiction pour le groupe. Il maîtrise les règles d’écriture propre au scénario, a des notions de mise en scène et de prise de vue. Ses expériences en tant que comédien et ses connaissances en psychologie lui permettent de caractériser finement les personnages. [SAVOIR-FAIRE]

Gabriel sait s’adapter à divers milieux et situations, il est ainsi très conciliant lorsqu’il s’agit de travailler à plusieurs. [SAVOIR-ÊTRE]

Manon a une âme de communicante et une créativité de publicitaire. Elle connaît toutes les phases d’une stratégie de communication ou encore les règles de l’écriture journalistique. Après un Bac S, des études d’anglais, de publicité et de journalisme en France et au Canada, on peut aisément affirmer qu’elle possède une vaste culture générale et qu’elle a du recul sur sa propre culture (française). [SAVOIR]

Elle s’efforce toujours de rester dans l’axe de communication qu’elle s’est fixée et recentre ainsi les discussions lorsqu’elles tendent à s’éloigner du sujet principal. Ses études en publicité et journalisme mais aussi ses expériences en tant qu’attachée de presse et conceptrice-rédactrice lui confèrent une bonne maîtrise des mots dans tous types de contextes mais aussi un savoir-faire technique en prise de vue et montage vidéo. Elle est capable d’imaginer de multiples idées pour un large éventail de sujets grâce à des méthodes de création qu’elle a perfectionné au fil des années. Ses participations à divers tournages professionnels en tant que comédienne ou figurante l’ont familiarisé avec l’organisation des castings et tournages. Elle maîtrise également bien l’anglais après 3 mois passés à l’étranger (on ne sait jamais, ça peut servir). [SAVOIR-FAIRE]

Manon est d’une grande tolérance et s’entend avec presque tout le monde. Elle est très optimiste et voit du bon dans n’importe quelle situation. [SAVOIR-ÊTRE]

Si l’on fait le bilan de ces compétences variées, on peut déterminer que Chloé sera nos yeux. Elle pourra en effet superviser la phase graphique du projet sur le logiciel MovieStorm, ceci allant de l’allure des personnages aux décors de chaque scène. Gabriel sera quant à lui notre hémisphère gauche. Il gèrera plus que les autres le découpage technique, la bonne structure du scénario, la caractérisation des personnages et la mise en scène. Il pourra si besoin régler les problèmes de droit d’auteur ou de diffusion. Tandis que Manon représentera notre hémisphère droit et s’occupera davantage du développement d’idées de scénarios, de leur écriture et du rendu visuel final en supervisant le montage. Néanmoins, compte tenu de nos profils très différents, nous fonctionnerons très souvent à trois pour faire fructifier les idées de chacun et optimiser ainsi toutes nos compétences.

Ainsi, les compétences apparaissent plus comme des nécessités complémentaires et inhérentes au travail en groupe que comme des attributs personnels figées. Par le travail à plusieurs, nous œuvrons déjà dans une logique de groupe social où nos particularités ne sont pas considérées comme marqueurs de différenciation mais bien comme des savoirs complémentaires. La logique du groupe impose évidemment un travail commun, et nécessité l’élaboration d’une méthode personnalisée. Cette méthode se construit progressivement par l’expérience accumulée. Avant de déterminer cette méthode, il a fallu exposer nos compétences tout en sachant que le statut de compétence ne pourrait être véritablement acquis que par la reconnaissance. Ainsi, si le groupe refuse d’admettre qu’un savoir en particulier est une compétence utile, comme de savoir que l’un d’entre nous est un bon amant, l’autre une bonne cuisinière ou l’autre une sportive à roulette, cette compétence n’en est plus une et redevient une simple capacité, dont l’existence, si elle ne doit pas être remise en cause, n’est malgré tout pas importante pour le travail en groupe. Il a donc fallu faire un choix, et après de longues discussions, la reconnaissance de nos compétences, nous avons pu déterminer qu’aucun d’entre nous n’aurait de rôle figé mais que nous serions complémentaires dans nos travaux dans la mesure où chacun pourra assister les autres à n’importe quel moment dans le processus de création.

Crédit photoThree wise monkeys – Leo Reynolds

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.