[B11, G9] J’écris donc je suis ?

Lucille Hunter (20/03/2013)

Au début de l’année universitaire, on nous a demandé d’écrire des billets à deux personnes. La nature de l’exercice fut difficile à comprendre, et les premiers billets publiés témoignent de tentatives réalisées plus ou moins de bon coeur pour correspondre à l’idée que nous nous faisions de ce carnet. Cela fut un peu laborieux, nous n’écrivions pas vraiment ce que nous pensions mais plutôt ce que nous pensions devoir écrire, ce qui est sans doute dû à notre position sociologique d’étudiant. L’exercice nous semblait terriblement artificiel. Nos billets 1, 2 et 3 entrent dans cette catégorie. Je pense que cela est dû au fait que nous pensions n’avoir rien à raconter, et qu’il est difficile de démarrer ce processus d’écriture pour la première fois sans avoir (par expérience) une idée de ce que l’on peut / doit y écrire. L’exercice d’introspection n’est pas une tâche évidente, et la peur de l’inconnu nous a sans doute paralysées. De plus, le côté “public” du carnet ne nous enchantait pas. Je me méfie d’internet et je n’aime pas y laisser des traces de mon passage.

Au billet 4, la donne a changé : nous avions enfin l’impression d’avoir quelque chose à exprimer, et nous l’avons fait. C’est le premier billet que j’ai pris “au sérieux”, dans le sens où je n’ai pas eu l’impression de répondre à une commande de façon désincarnée. Nous avons même pris plaisir à confectionner le billet 5.

À partir du billet 6, les billets sont devenus individuels, avec une seule photo et un texte plus concis. C’est à ce moment-là que j’ai été convaincue de ce que pouvait m’apporter la rédaction d’un carnet de bord / carnet de recherche dans l’élaboration de mes projets. J’ai compris l’intérêt de l’exercice et j’ai tenté de soigner mes billets 7, 8, 9 et 10. C’est une habitude que je souhaite prendre, cela me permettra de voir ce que j’ai pensé, quand je l’ai pensé, et de me rendre compte du chemin parcouru entre le moment A et le moment Z du développement du projet. Dans les moments où j’aurai l’impression de ne pas avoir avancé, je pourrai constater que le découragement que je ressens n’est peut-être pas justifié, et je saurai mieux m’y retrouver. Cependant, je pense que j’aurai plus de facilités à me livrer davantage dans une forme de carnet qui restera vraiment personnelle, et je me vois plutôt noircir des pages à la main qu’au clavier. Je pense donc choisir de rédiger des carnets de bord / de recherche physiques et non virtuels, privés et non publics. Je considère cet exercice comme un travail qui me regarde, et je le vois bien plus authentique et utile dans un usage personnel. Je l’utiliserai pour écrire et gribouiller quelques dessins.

Le carnet m’a donc permis d’écrire pour suivre l’élaboration de notre projet, et je retiens cette idée de laisser une trace de ma réflexion pour le moi futur. L’image de ce billet est une composition qui reprend des photos produites dans les 10 billets précédents. Elle schématise le sentiment de vision globale que procure le carnet : en une image se concentrent toutes les idées produites et détaillées dans l’historique de notre carnet G9. J’ai mis en scène les images dans cette composition de la première parue en haut à gauche à la dernière en bas à droite. Nous pouvons observer une évolution dans la composition et le traitement des images, et je vois que dans ce domaine également, j’ai avancé.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.