[B9, G6] La musique du son

note de musique
Florent Poussard (26/02/13)

Après notre très mouvementée interview de l’ergonome Laurent Samson (relatée dans le billet de Capucine Girard http://cineoeil.hypotheses.org/2596) la semaine passée a été consacrée à celle de Frédéric Elkaïm, metteur en scène et dramaturge des Nouveaux Barbares. Cette fois-ci, pas de caméra, pas de lumière, juste du son. Quelques soucis techniques (des piles déchargées à grande vitesse sous l’effet du froid mettant le micro-HF en standby) font que, en écoutant le rendu, on se rend compte à quel point la lecture est différente selon qu’il n’y a que la perche, que le micro-cravate ou les deux à la fois. Bien sûr, il n’y aura pas de souci de son dans notre montage final – normalement – mais rien que la différence apportée par le choix du micro, différence avec laquelle on jouera au cours de notre production, apporte sa spécificité dans le son qui ressort des enceintes. Aussi comprend-on l’affirmation de Daniel Deshays « prendre un son est un acte d’interprétation » [Pour une écriture du son, Paris, Klincksieck, 2006, p10]1, dans la mesure où le choix du matériel et la façon dont le son sera pris jouent sur la lecture ultérieure qu’on aura du son.

Bien sûr, la question de l’écriture du son, on se la pose au préalable : quelle couleur, quel grain, quelle profondeur2 ? Néanmoins, poursuit Deshays, « si une écriture du son a bien lieu, elle se dessine tout au long du trajet qui relie la prise à la restitution finale de ce son dans un autre espace que celui qui a vu son origine » [ibid, p35]. Donc, en fin de compte, c’est presque comme de la musique : n’ayons pas peur de considérer la prise de son comme un procédé artistique. Sans nécessairement chercher à élaborer un véritable solfège pour une écriture musicale du son ainsi que l’ont fait Pierre Schaeffer ou Pierre Henri, l’importance de la part accordée à la construction du son fait la différence entre les authentiques débutants et les professionnels. Certes, nous ne sommes pas professionnels, loin de là, mais on va tâcher de faire un peu mieux que de l’amateurisme standard ?

Florent Poussard


Lire à ce sujet l’article de Hans Harder « La prise de son : une interprétation ? » [Musique en jeu n°3 : l’interprète, Paris, Seuil, 1971]

Au sein du chapitre « L’écoute, outil de conception », Daniel Deshays se pose la question de l'(in)nommabilité des sons, auxquels, quand ils ne sont pas désagréables (=bruits), on confère des qualificatifs relevant de la peinture (couleur, texture, chaud/froid, terne/éclatant), du cinéma (zoom, fondu) ou de la photo (profondeur de champ, grain, piqué, flou). Le vocabulaire propre au son, outre les rapprochements aux cris d’animaux et onomatopées (rugissement, roucoulement, claquement), ne se trouve développé que pour décrire les bruits désagréables : vacarme, tohu-bohu, son strident, assourdissant, crissant, tonitruant. Peut-être manque-t-il un vocabulaire « positif » à l’écriture du son qui lui soit propre ? [Pour une écriture du son, ibid, p49]

Je tiens à remercier Jean Collot, notre intervenant professionnel en prise de son, qui m’a très chaudement recommandé la lecture de l’ouvrage précité de Daniel Deshays.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.