[B9, G4] De l’autre côté du miroir

(cc) Florence Delavaud (18/02/2013)

En clin d’oeil à l’auteur Lewis Carroll,  j’ai nommé ce billet comme le roman  De l’autre côté du miroir (1), qui a succédé à Alice au pays des merveilles (2). Remettant sans cesse en cause les notions d’espace, de corps et de réalité, son cheminement intellectuel me semble  proche du notre lorsque nous voulons créer des images. En tout point nous nous interrogeons : quels choix de lumière, quels acteurs, quels décors, quelles sonorités pour quel rendu ? Si d’un premier abord les histoires de L. Caroll peuvent sembler irrationnelles, elles sont pourtant cousues logiquement, rien n’est écrit par hasard.

Dans le cadre, nous apercevons  Sarah et de l’autre côté de la caméra, Gabriel, le comédien sur scène. La scène, monde merveilleux, que nous avons créé, avec le décors, l’accessoirisation, la lumière. D’une part nous voyons la cameraman en action, et d’autre part ce qui se passe sur la scène avec le moniteur de la caméra. J’aurais pu faire l’inverse, mettre d’abord en valeur l’acteur, mais j’ai tenu à expliciter ce que les spectateurs ne voient pas. Lorsqu’un film est bien réalisé, nous faisons abstraction de ce qui est de l’autre côté et cette photographie montre que derrière chaque film, il y a des machines et  bien entendu des hommes.

Florence Delavaud

(1) CAROLL Lewis [1871], De l’autre côté du miroir, 1 ère édition anglaise 1871, Macmillan.

(2) CAROLL Lewis [1865], Les aventures d’Alice au pays des merveilles, 1 ère édition française 1989, Robert Laffont.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.