[B8, G4] Story of a Story board

(cc) Florence Delavaud (14/02/13)

Preuve que la concrétisation de notre projet est proche, j’ai commencé cette semaine le story board, ou scénarimage. Alors que j’y réfléchissais, j’ai crayonné cette illustration, des ciseaux et une ligne pointillée, rappelant le découpage des scènes. “Découpage” car on définit ce que l’on garde et ce que l’on ignore.

Ces choix artistiques peuvent être frustrants : dans une scène de dialogues, par exemple, il est intéressant d’utiliser un champ/contrechamp entre les interlocuteurs, quitte à ce que les autres personnages soient gommés à cet instant, et d’aller à l’essentiel. Cette étape est déterminante car elle représente une passerelle entre scénario et écran, écrit et image.

Afin de préparer ce travail, je me suis rendue sur le site de la cinémathèque française. La fonction du story board est diverse : elle est préparatoire bien sûr, mais aussi esthétique, technique et économique. J’ai consulté plusieurs planches avant de me lancer. Je n’ai pas détaillé plan par plan, mais sur le modèle de la bande dessinée. Ceci permet d’avoir une vue graphique : échelle du plan, mouvements de caméra… L’exercice est long, mais le jeu en vaut la chandelle car, à présent, je visualise notre court métrage. Le story board me semble être au film ce que le plan architectural est à un bâtiment, c’est une phase clé de réflexion et de réalisation.

                                                                                                                                                                                                                                            Florence Delavaud

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.