[B8, G1] “On the road again”

(cc) Gabriel Feuvrier (15/02/13)

La semaine a été difficile. Pour le moment, notre projet stagne car nous avons des tas d’autres obligations universitaires à remplir : un stage, des examens, des recherches, du travail à faire. Globalement, nous avons peu de temps pour nous focaliser sur notre épisode de Profession Étudiant. De plus, il existe d’autres projets extra-scolaires pour lesquels on ne doit pas accorder “officiellement” la priorité. Mais se serait comme de demander à un fan de boxe d’arrêter d’aimer la boxe. De ce fait, on y accorde pas mal d’importance, on cherche à bien faire, à faire mieux, avec peu.

Reste qu’hier soir, je suis sorti dans la rue pour aller à une soirée et j’ai pris cette photo. J’ai vu les rails, j’ai vu la rue, j’ai vu la magnifique cathédrale Saint-André et je me suis dit qu’il y avait une photo à faire. Je pourrais essayer de faire converger les lignes vers un point de fuite. Esthétiquement, cette photo sera probablement agréable. Ce n’est qu’après que j’ai mesuré la portée métaphorique d’un tel cliché : il y a une rue ; dans cette rue, il y a des rails, c’est à dire quelque chose qu’on est obligé de suivre et auquel on ne peut échapper ; et au bout de ces rails, il y a cette gigantesque chose éclairée qui monte vers le ciel. Son importance est capitale car toute action menée vise un but, évident ou dissimulé, et mène quelque-part. Lorsque notre “œuvre” sera terminée, on éprouvera la satisfaction d’un travail accompli.

Pour le reste, il ne faut pas s’interroger sur le caractère nocturne de cette photo, pour la bonne et simple raison que la nuit, il y a peu de monde dans les rues, et c’est finalement la nuit qu’on se promène le plus sans raison. Il faut savoir que je réfléchis peu à la photo que je vais prendre. Je la prends d’abord, et ensuite je l’interprète et je justifie son choix, ici. Cette méthode est moins rigoureuse mais laisse plus de place à l’imagination. Ce n’est ni bien ni mal, c’est juste un choix.

Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Une réflexion sur « [B8, G1] “On the road again” »

  1. Faire bien, faire mieux, avec peu… une maxime pleine de bon sens, mon cher Gabriel ^^
    J’aime bien la description de la photo, et pour sûr cette image interpelle le regard – le noir, le vide, ce que l’on ne peut voir qu’à des heures reculées quand il n’y a personne, et ce lointain bloc de lumière… ça me faisait penser à ces films de Miyazaki dans lesquels, lorsque vient la nuit, surgissent de nulle part des créatures surnaturelles, ni bienveillantes ni malveillantes. http://4.bp.blogspot.com/_kJl0TJefRVY/S7DR1Tw42GI/AAAAAAAABi8/xnPRVqkKxng/s1600/Le_voyage_de_Chihiro_02_1024x768.jpg
    C’est bien vrai, c’est finalement la nuit qu’on se promène le plus sans raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.