Gladiateur sur petit écran

L’idée de ce billet m’est venue il y a un petit moment déjà – en fait, dès que j’ai su que j’allais participer à une expérience peu ordinaire : candidat pour On n’demande qu’à en rire, le télé-crochet pour humoristes de France 2. Précisons d’emblée que je ne me prétends nullement humoriste et que ma participation ne fût pas un succès ; mais ce n’est pas ma prestation – laquelle, à vrai dire, je préfère oublier – qui m’intéresse ici.

Ce qui m’intéresse, déjà, c’est le souvenir des coulisses, où ça bouge beaucoup, ça va très vite, les régisseurs et assistants de production courent partout, à l’affût du moindre pépin – et, le jour de mon passage, il y en avait un de taille : une possible annulation d’un match de foot pour raison météorologique, qui aurait propulsé l’émission enregistrée en direct, ce qui contraint un peu l’affaire. L’annulation n’a pas eu lieu, fin du problème. On me donne une loge où m’installer, et puis on me laisse tranquille. En tant que candidat je n’ai pas besoin d’être plus stressé que je ne le suis déjà – enfin, en tant que « petit nouveau » parce que les candidats qui sont là depuis longtemps ne sont plus vraiment candidats, au contraire ce sont eux qui font tourner la baraque et sont, pour certains d’entre eux, de véritables starlettes. Je croise des personnalités dont les noms ne seront pas inconnus à ceux qui suivent l’émission : Florent Peyre, Donel Jacks’man, Sacha Judaszko, Ahmed Sylla… qui semblent ici pour une promenade de santé, pas de stress pour eux, ils sont sûrs d’être applaudis.

Ceux qui n’ont pas le privilège de l’ancienneté, et donc de la gloire, sont plus nerveux. On attend, répétition juste une fois sur le plateau, avec les techniciens du son et de l’image qui s’installent, ça va très vite. Je fais le tour : ici les bureaux de prod, là le HMC, et à côté les bancs de montage Avid. On re-attend. Solitude. Et puis, d’un coup d’un seul, la machine se met en marche, le public est installé avec un chauffeur de salle, et soudain générique, le présentateur arrive sur scène comme par magie, le jury aussi, y a de l’ambiance, la musique fait boum-boum, et « c’est à vous tout de suite ! » ah zut bon ben ok j’y vais, houlà-là, le trac arrive d’un coup, et puis c’est la déconnexion, il faut entrer dans l’arène, plus le temps de penser, c’est un état second, en rien comparable à un plateau de théâtre, ici c’est le Colisée, et si les grands sont toréadors, les nouveaux ne sont que taureaux. On m’avait prévenu, par chance j’avais déjà rencontré d’anciens candidats (dont Romain, camarade de promo, le monde est petit ^^) qui m’avaient tous avertis sur le côté abattoir… Mais tout de même, on ne se rend pas mieux compte que par soi-même.

La sensation d’une opération chirurgicale : la boule au ventre avant d’y aller, puis les quelques mots de l’anesthésiste, et puis plus rien, trou noir, c’est terminé depuis un bon moment déjà quand on se réveille enfin.

Et après… le plus dur, finalement – je parle en tant que perdant, pour un victorieux c’est l’inverse – c’est quand, une semaine plus tard, ça passe à la télé. Angoisse de se voir, déjà, surtout si on sait par avance que le jury vous démolit – enfin, je n’ai pas été démoli tant que ça… dans mon souvenir du moins. Ne pas regarder sur les réseaux sociaux, surtout, parce que le public de ce genre d’émission veut du divertissement, veut vider les émotions négatives accumulées dans la journée et, si ça plaît pas, il exprime son mécontentement sans se soucier du type qui s’est viandé, s’il n’est pas bon il n’avait qu’à pas être là, c’est tout. Ce qui a été dur, c’est de regarder les messages sur les réseaux sociaux – le déversoir à émotions, donc – avant de voir le passage.

Quant au passage… eh ben stupeur : il y a vraiment une mise en scène de la mise à mort. Déjà, quasiment tous les rires du public – je ne prétendrai pas en avoir eu beaucoup, mais tout de même, le public de l’émission me suivait pas trop mal – tous les rires, donc, sont coupés au montage. Vraiment l’impression que ce pauvre type à l’écran est seul, nul, misérable, et pour un peu je comprends les réactions de twitter et facebook : certes mon texte n’était pas extra et j’ai eu une mauvaise idée de maquillage, mais là, c’est vrai que ça a l’air particulièrement pitoyable. Alors que, en laissant les rires du public, on aurait pu s’indigner contre le jury qui buzze, parce que quand même, si le public rigole, c’est que ce n’est pas si mauvais… Là non, c’est le silence, et le silence est de mort. Et même, dans les commentaires du jury qui viennent après le passage, j’avais le souvenir de quelques notes positives, encourageantes… coupées au montage également. Oui, à la télé, soit on est bon, soit on est mauvais, pas de juste milieu et, si on est mauvais, il faut l’accentuer pour donner au public ce qu’il veut : de la viande de gladiateur, le pouce en bas. Evidemment c’est une semaine de bonne grosse déprime après ça, l’espoir que personne ne vous en parle, des messages de soutien des proches (heureusement), quelques-uns un peu moqueur, d’autres qui dénoncent l’injustice du jury, d’autres encore qui saluent l’audace d’avoir, quand même, osé tenter.

Je voulais attendre un peu avant d’écrire ce billet vagabond, attendre d’avoir digéré (assez symboliquement, à l’heure présente je sors juste d’une représentation théâtrale où j’ai eu droit à une belle salve d’applaudissements du public après un long monologue, grimé en curé lubrique) et d’avoir un minimum de recul pour assembler les détails importants de ce que j’ai retenu. Toutes les petites choses agréables, une journée pas comme les autres à Paris, les mots d’encouragement et de sympathie venant d’autres humoristes (Cyril Etesse, Anthony Joubert…), les sourires des assistants de production, et même l’enthousiasme du public du Moulin Rouge, tout cela restera pour moi, juste pour moi, dans les coulisses de l’émission. De mon passage télé en lui-même, juste cette sensation que, pendant quelques très longues et trop courtes secondes, tout échappe à votre contrôle. Si, je garde le sourire amusé de Jean Benguigui, les commentaires constructifs d’Alain Sachs, et j’oublie le reste. Parce que, dans mon souvenir, ce n’est pas vraiment comme ça que ça s’est passé. Mais, hormis pour une poignée de gens, c’est le résultat télé que tout le monde aura vu. Une autre réalité que la mienne.

Florent Poussard

cheval tauromachie 002
Florent P. (25/02/2013)

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.