[B5, G1] Dialogue et sexalogue

Malice, Chloé (03/12/12)
Malice, Chloé (03/12/12)

Durant ces deux dernières semaines, nous avions à poursuivre l’écriture du scénario de « La Petite Mort » en produisant la continuité dialoguée, c’est-à-dire l’ensemble détaillée de l’action narrative présente à l’image et l’intégralité des dialogues. Ces deux semaines furent à la fois productive et riche en émotions…

Sur cette photo qui sert de UNE, on y voit une Manon heureuse et pleine d’entrain. L’écriture du scénario s’est faite ainsi sous le signe du rire et de la bonne humeur. Malgré quelques disputes, malgré quelques désaccords, nous avons pu nous en sortir avec les honneurs, et toujours grâce à ce petit grain de folie irrationnel qui faisait jaillir les mots de la continuité dialoguée de notre imagination, territoire obscure des pensées chimériques.

Tentative de dialogue, Chloé (03/12/12)

« – Les amies, vous ne devinerez jamais ce qui vient de m’arriver.

– Tu t’es trouvé un petit ami qui sent pas le raifort ?

– Le wasabi…

– Non, c’est trop banal. »

Dans cette image, Gabriel et Manon étaient en train de « jouer» autant que possible les éventuelles répliques des personnages. Cela permet de voir immédiatement si les dialogues fonctionnent, si tout est logique, et surtout, si les répliques des personnages ne sont pas trop banales, mal construites, trop littérale ou encore tout simplement vides de sens.

Scène de travail en groupe, Gabriel (03/12/12)

Pour écrire un bon dialogue en groupe, il faut avoir un bon groupe et, de préférence, en faire partie. Et quand on écrit une continuité dialoguée à dominante humoristique, il faut être totalement tourné vers la plaisanterie. C’est pourquoi lorsque j’ai demandé à mes charmantes collègues de « faire l’amour à la caméra » alors même que nous étions « presque-que-tous-les-trois-mais-pas-tout-à-fait-car-moi-je-prenais-la-photo » assis devant nos feuilles en train de dialoguer, seule Manon a obtempéré. A cet instant précis de la capture, le hasard a voulu que Chloé mâchonne simplement son stylo. En a résulté une photographie à la signification a priori tendancieuse. En réalité, il n’en était rien. Si j’ai parlé d’un bon groupe, c’est parce que les sujets de la photo ont assumé leur image avec humour. Chacun sait qu’à chaque étape, l’état d’esprit est essentiel. Un bon état d’esprit, c’est déjà la naissance d’un bon dialogue.

Mon cousin Scroofy, Manon (03/12/12)

Qu’on soit sain d’esprit ou au contraire de Champagnes-Ardennes, on a tous besoin d’un ami imaginaire qui vous souffle les bonnes répliques. Ici, c’est le bonnet de Manon qui a servi de source d’inspiration durant toute la journée d’écriture. Une simple paire de lunette de myope a servi à le personnifier et à lui donner une aura que j’ai saisie autant que possible. Proche du bas du cadre, il s’agissait d’éviter de voir qu’il n’avait pas de cou. Qu’il a en réalité, c’est certain.

Espionnage artistique, Manon (03/12/12)

Lorsqu’on manque d’inspiration, il est important d’aller la chercher ailleurs que dans son esprit ou dans le cousin Scroofy. Florence et Sarah étaient en train de travailler à leurs dialogues lorsque cette photo a été prise. Il ne faudrait pas dire que nous avons emprunté certaines de leurs idées. En réalité, nous avions fini Mais si nous l’avions voulu, nous aurions pu faire acte d’espionnage, voler quelques idées que nous aurions habilement déguisées. La preuve est que ni Florence ni Sarah ne se sont rendues compte que nous les prenions en photo. Elle l’ignore peut-être encore.

Conseils d’un scénariste professionnel, Gabriel (03/12/12)

L’écriture scénaristique nécessite une rigueur implacable. C’est une affaire de logique. Un bon dialogue, c’est lorsque tous les personnages ont raison. Tout cela ne se devine pas. La présence de Jean-Pierre Ronssin, scénariste professionnel, nous a permis de prendre conscience de l’ampleur du processus d’écriture et de ses enjeux dans l’œuvre à réaliser.

On voit sur cette photo Barbara et Juliette, membre du groupe 3 en pleine discussion. Il s’agit d’une photo prise sur le vif, très discrètement et à l’insu de tous. Si cette photo a été choisie, c’est parce qu’il nous fallait dire un mot sur J.P Ronssin dont les conseils nous ont été décisifs. On pourrait même parler de proposition. Alors que nous bloquions sur la fin de notre continuité dialoguée, lors de notre entretien avec lui et en l’espace de dix minutes à peine, il nous a orientés sur une piste logique, intéressante et amusante. L’Expérience.

Chloé Hernandez, Manon Harsigny et Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.