[B5, G4] « Capitaine ! Dialogue en vue ! »

Florence Delavaud (07/12/2012)

Figure de Une : Des pieds et des mains

Ce croquis représente notre avancée scénaristique et plus particulièrement l’écriture de nos dialogues. La mise en mots évoque également la gestuelle, indissociablement. Ce mouvement est double, à travers d’une part les expressions du visage, yeux, bouche, et d’autre part du corps. L’expressivité du visage nous semble d’avantage utile pour mettre en scène une émotion, et le corps montrerait davantage l’action. Dans un dialogue, la gestuelle manuelle est lourde de sens. Dans de nombreux reportages où les protagonistes sont floutés, leurs mains sont filmées lors de leur prise de parole. Tremblements, brutalité… Leur expressivité est non négligeable. Les yeux et la bouche incarnent l’émotion du personnage, d’où l’utilisation récurrente au cinéma de gros plan sur les visages dans des scènes émouvantes.

Au fil de l’écriture, nous imaginons une mise en scène précise : les didascalies permettent d’introduire une action simultanée aux dialogues. Cette étape nous a semblé particulièrement difficile : l’intrigue est portée par le dialogue. Il doit donc être accrocheur, de bonne qualité, et relativement bref pour rester dans les limites de temps imposées. Pas de banalités donc, qui pourraient ennuyer le spectateur et ralentissent l’arrivée au vif du sujet. D’une part il faut conserver du suspense mais aussi éviter des discussions ennuyeuses, un challenge relativement difficile.

Une autre difficulté est d’éviter le dialogue « bouche-trou », qui comble un moment sans contenu : chaque mot doit être lourd de sens, percutant, et logique par rapport à son énonciateur. Les contraintes du logiciel nous inquiètent de plus en plus. Le dialogue explicatif nous permettra éventuellement de contrer certains problèmes, par exemple le fait que l’action du tirage au sort ne puisse être mise en scène : un personnage pourra résumer l’action, en annonçant « je pioche au hasard, attention … ». Chaque personnage doit avoir une façon de parler qui lui est propre. Pour Vincent par exemple, qui est adepte de philosophie nous imaginons des répliques sophistiquées, presque pédantes ; pour Maëlie des prises de position terre-à-terre.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 2 : Insuffler le pouvoir des mots

De la continuité non-dialoguée, nous avons travaillé toute cette semaine pour créer des dialogues entre nos personnages. La difficulté étant d’appuyer le caractère et la présence de chacun par ce qu’il exprime et la manière dont il l’exprime. Dans l’idéal, une réplique, sauf si elle est extrêmement simple, ne doit pouvoir correspondre qu’à un seul des membres de la bande d’amis. Maëlie, native de Bordeaux, utilisera donc l’expression “gavé”, Ayaka quant à elle, ne fera que des phrases très bien construites.

Cet authentique masque africain taillé dans du bois, dont on ne voit ici que la partie inférieure, illustre cette prise de parole de nos personnages. Et, avec cette prise de vue de profil, le relief du masque est mis en valeur. Le spectateur s’attendrait presque à le voir entrouvrir les lèvres pour prononcer quelques mots.

Sarah K. (05/12/2012)

Figure 3 : De l’imaginaire …
(Goodies The Rocky Horror Picture Show, Richard O’Brien, 1975)

Selon Wikipédia, « l’imaginaire peut être défini sommairement comme la production des images, des représentations, de visions d’un individu ou d’un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation […] au monde.» [1] Nous implantons notre imaginaire dans notre projet. Le plus périlleux – maintenant que nous savons où nous allons avec notre histoire de fin du monde, que les bases sont posées – est à présent de créer tout un univers autour de nos personnages. Par exemple, notre scénario se déroule dans l’appartement d’Ayaka, nous devrons réfléchir à son univers, et à ce que le spectateur en percevra. À mesure que notre projet prend forme, nos personnages se dessinent de plus en plus nettement. L’écriture des dialogues permet d’avancer de manière fulgurante au niveau de la caractérisation. Chacun revêt son habit-type. « L’habit ne fait pas le moine » ; dans notre cas, cela sonne faux. Il nous a été appris que, dans la production d’une fiction, il ne fallait pas avoir peur d’aller dans l’exagération lors de la caractérisation. Des personnages très tranchés, voilà ce qui se ressent dans nos dialogues. Ici, l’image représente le détail d’un T-shirt du film The Rocky Horror Picture Show. Ce film correspond tout à fait à cette idée qu’il existe tout un univers autour de chaque personnage. Ils sont très tranchés, très caractérisés. Le choix de ce détail, des lèvres, est une référence aux dialogues que nous développons et qui permettront au spectateur de reconnaitre de quel personnage il s’agit, chacun ayant sa manière d’exprimer les choses. L’image y est toutefois fixe, c’est un dessin, une ébauche de ce que l’on souhaite développer, mettre en image réelle.

Sarah K. (05/12/2012)

Figure 4 : … à la réalité
(Capture d’écran The Rocky Horror Picture Show, Richard O’Brien, 1975)

La réalité veut que notre premier jet de continuité dialoguée soit soumis à modifications. En effet, l’action que nous devons mettre en place ne doit durer que 3 minutes, ce qui, aux premiers abords, nous a paru une éternité. Lors du processus d’écriture scénaristique, l’imaginaire a pris le dessus : nous avons écrit 9 pages, nous nous sommes laissé emporter par les dialogues. J.-P. Ronssin nous avait donné une règle en début d’année : « une page de scénario équivaut à une minute de film » ; on est alors très loin des 3 minutes règlementaires.

La réalité nous tombe dessus, comme une masse. Il faut modifier les dialogues, chose extrêmement complexe puisque, comme il a été dit précédemment, chaque mot doit être lourd de sens et suivre une logique pour, qu’à la fois, le spectateur comprenne la logique du projet, et pour que les dialogues inutiles soient rayés. Mais, un dialogue, pour son auteur, n’est jamais inutile. Un regard extérieur va être nécessaire…

L’image, cette fois, est réelle. Les lèvres, de fiction, mais réelle, sont ce à quoi nous souhaitons arriver. Le développement des dialogues est difficile, mais nous mettons tous nos efforts afin d’arriver au résultat final : des dialogues qui conviendront parce qu’ils caractériseront nos personnages ET parce qu’ils ne seront pas “de trop”, c’est-à-dire que chaque phrase doit nous donner des informations et inciter au dénouement.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 5 : Voir plus loin

Ce qu’il nous manque dans notre travail, ce n’est pas nécessairement de la rigueur ni de la motivation. Ce qui nous manque le plus souvent c’est l’horizon. Nous ne levons pas suffisamment souvent les yeux pour prendre le temps de regarder le projet dans son ensemble et d’anticiper les tâches qu’il nous faudra faire par la suite. Ce comportement aveugle nous cause tous nos soucis d’organisation qui n’en finissent pas de se répéter au fur et à mesure des semaines.

Nous sommes comme les observateurs à travers cette fenêtre qui ne peuvent plus se soucier que du problème immédiat qui leur saute aux yeux. Il nous faut voir plus loin. Ainsi notre travail prendra un autre sens et ne se résumera plus à une série d’échéances. Échéances qui deviennent rapidement des contraintes lorsque l’on a perdu de vue l’œuvre finale que l’on cherche à réaliser.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 6 : Bordeaux revêt son manteau de Noël

C’est l’esprit embué par la fraîcheur de l’hiver et tourné vers les fêtes à venir que nous achevons ce dernier billet 2012. On parle de cadeaux, de grands festins et de Père Noël à tous les coins de rues. Ça sent le vin chaud sur le marché de Noël à Nantes, Lyon a sorti ses plus beaux atours et Bordeaux en fait de même. Notre vue, comme dans l’image précédente, n’est plus dirigée vers la concentration véritable, mais vers ce qui nous est le plus cher, vers notre retour chez nous. Cette perspective, cette profondeur de champ, c’est un peu le chemin qui nous mène aux nôtres. C’est dispersées aux quatre coins de la France que nous passerons les fêtes.

Dispersées. C’est le mot, parce que nous le sommes déjà. La concentration nous fuit pour ainsi dire et pourtant l’heure des bonnes résolutions n’est pas encore venue. Entre les deux, il y a un parfum d’insouciance dont on raffole tant. La fin du monde, qui préoccupe tant nos quatre petits étudiants de pixels, est à cent mille lieues de là, et c’est tant mieux.

Passez d’excellentes fêtes !

Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah K.

[1] Auteur anonyme, Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Imaginaire, consulté le 07/12/2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.