[B5, G8] Ôde à la création ou pensée rétrospective

« On ne peut pas attendre que l’inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue. » [Jack London]1

C’est à partir de cette citation que notre réflexion s’étend. Après avoir rendu notre dossier de production du webdocumentaire, nous pouvons réfléchir à ce qu’est la création, car c’est au moment où nous nous “dépossédons” de notre travail que nous réussissons à avoir un regard plus objectif sur celui-ci.

Lisa D. (22/04/2009)

Après avoir été plongées dans la création, nous nous sentons comme entourées par d’immenses bambous que nous n’avons même pas vu pousser. Nous relevons la tête, et la lumière du ciel nous insuffle une pensée optimiste. Celle-ci nous redonne de l’élan et de l’énergie, nous permettant d’élargir notre raisonnement et de nous ouvrir sur la création. Celle-ci demande des efforts. Être partout à la fois, entendre tout, voir tout. Nous devons être des poètes-créateur comme Rimbaud les voulait, et enfin Voir2, être omniscient de ce qui nous entoure. Créer, c’est observer, remarquer, penser, écrire, réaliser, mais c’est surtout Voir. Tels des disciples de la théorie rimbaldienne, il nous faut devenir Voyant pour enfin observer l’invisible dans le visible, voir la poésie du monde dans toute chose, même dans les gestes les plus quotidiens. Nous devons toujours être à l’affût. Il faut faire des efforts et lutter contre les idées préconçues. Nous devons provoquer les situations, les rencontres afin d’enrichir nos écrits et nos images.

 

Mariane Ponsy (29/11/2012)

Lors de notre rencontre avec Frédéric El Kaïm en octobre 2012, nous lui avions demandé s’il était disponible en novembre pour une autre entrevue. Il avait très peu de possibilités. Nous avons donc dû nous arranger pour être à sa disposition pour faire en sorte d’avancer sur notre projet. Nous avons donc décidé d’arranger une rencontre grâce à Blandine Schmidt en cours. Ainsi, nous avons eu à nouveau l’occasion de parler avec le metteur en scène et d’avoir de nouveaux éléments très intéressants pour notre thématique. À cette occasion, nous avons demandé à Mariane Ponsy de nous prendre en photo avec Frédéric El Kaïm lors de notre discussion. Attentives, nous écoutions ses explications. Démonstratif, le metteur en scène a une gestuelle vive, ce qui donne tout le mouvement à la photo. Si nous avions réglé autrement l’appareil photo, nous aurions eu un geste net. Mais ce n’est pas l’effet que nous recherchions. Le temps d’obturation est inférieur à la vitesse du geste de Frédéric El Kaïm, ce qui permet ce flou de bouger. Il parle vite et abondamment. Ceci fait alors écho au fait que nous n’avions pas beaucoup de temps pour aborder de nombreux points de notre sujet avec lui puisqu’il devait s’entretenir avec les autres groupes.

Lauriane Paganon (06/12/2012)

La création demande de l’énergie et du temps. C’est celui-ci qui manque bien souvent mais que nous devons apprendre à gérer. Ainsi, lorsque le temps fait son oeuvre, c’est l’idée elle-même qui devient oeuvre. Lorsque nous sommes concentrées sur notre projet, nous avons tendance à perdre la notion du temps. Nous nous enfermons dans une bulle où le temps n’a plus d’emprise. Mais après une énième digression autour de notre thème, nous relevons la tête et nous découvrons avec stupéfaction que le temps a défilé avec une vitesse folle. D’abord sereines, nous sommes dans l’illusion de la lenteur du temps qui s’écoule. Nous pensons progresser assez rapidement mais finalement, nous nous retrouvons dans le stress dû au délai qui nous est imparti pour finaliser notre projet. Cependant, si aucune date limite ne nous était imposée, nous avancerions sans doute moins concrètement. Nous serions tentées de continuer à imaginer quelles pourraient être nos intentions et comment nous pourrions les mettre en forme, au lieu de prendre vraiment des décisions.

Lauriane Paganon (07/12/2012)

Courir après le temps, courir après les gens. Lorsque l’on court pour rattraper le tramway, on est dans une course contre la montre. Mais c’est aussi un lieu rempli de gens, un lieu public où l’on peut rencontrer des personnes faisant avancer notre création. Le jour, la nuit, c’est une affaire de chaque instant. Nous avons été patientes et nous avons Vu. C’est à partir de ces observations que nous avons écrit et pensé notre séquence documentaire. La création, c’est être immobile et aller en avant. C’est une mise en marche où il peut arriver de piétiner et de courir, pour enfin virevolter au gré du vent. On se laisse bercer par ce vent, parfois bourrasque, parfois ouragan, qui nous transporte en d’autres lieux, en d’autres temps, vers d’autres gens.

Lorsque l’on crée, on est comme des jardiniers, des botanistes qui pensent, sèment, cultivent. Une création est comme un jardin de fleurs où chaque espèce est une idée qui a émergé de terre (de l’esprit) et qui a fleuri. Une fleur est une idée qui s’épanouit.

Montage: Lisa D. (07/12/2012)

Notre rôle, alors, est de préserver, cultiver et protéger ces idées, puis les agencer de telle sorte que chacune complète sa voisine dans une harmonie visuelle et temporelle parfaite. Tout comme le jardinier, nous sélectionnons, trions les bonnes plantes et fleurs des mauvaises herbes. Cette étape de défrichage est nécessaire pour enrichir le terrain et favoriser la pousse. Ainsi, les fleurs/idées peuvent fleurir sans risque d’être parasiter ou étouffer par des plantes inutiles. La création est vivante, magique, majestueuse mais souvent éphémère. Elle a besoin de temps pour naître et fleurir. Ceci dit, elle a toujours son reflet quelque part. Le jardin de fleurs se retrouve dans son contraire qu’est la nuit étoilée.

En choisissant un titre, nous avons mis un point final à la conception théorique. Il ne reste plus que la réalisation. “Taire ou écrire, il faut choisir!”3. Comme le dit Sartre4, tout est histoire de choix. Même lorsque nous ne voulons pas choisir entre deux choses, nous faisons le choix de ne pas choisir. Le nôtre a été de concevoir une rose, une belle fleur noble mais pleine d’épines. Ces dernières sont elles agressives ou défensives ? Faut-il les enlever avant d’offrir cette fleur ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées. La censure, les éléments tabous des Nouveaux Barbares sont comme les épines d’une rose. La pièce est semblable à cette fleur, où les propos abordés ou les conditions de l’écriture sont ses épines. Ce sont des éléments piquants mais indissociables d’elle. C’est ce qui rend la création aussi fragile. C’est pourquoi nous avons choisi de ne pas taire certains éléments.

Lisa D. (05/12/2012)

Ainsi, lorsque la création passe par beaucoup de phases dont celle de doute, c’est énormément de questions, d’efforts et de temps. Sommes-nous parties dans la bonne direction ? Doit-on persévérer dans cette voie ? Ces questions sont noyées dans un océan d’autres questions. Elles font partie d’un grand bloc que l’on pourrait désigner comme la phase de réflexion. Mais ceci est malheureusement la partie immergée de l’iceberg. On ne voit que le résultat. Cependant, lorsque l’on arrive à faire coïncider tous les critères, on arrive à un résultat qui nous satisfait, voire dont on est fier. C’est donc d’autant plus intéressant de montrer la conception d’une oeuvre. Or, celle-ci résulte d’une compilation de recherches et de questionnements dont témoigne cette photographie. Par ailleurs, le cadrage serré de cette dernière entrave la lecture des titres de ces ouvrages. Cela est voulu car l’objectif n’est pas d’attirer l’attention spécifiquement sur les ouvrages que nous avons lu, mais plutôt, de témoigner de nos recherches et de leurs diversités, du plus pragmatique au plus académique. Ceci étant, nous espérons toujours que ce qui ressortira du chapeau ne sera pas un pissenlit fané, mais une belle rose.

Lisa D. – Lauriane Paganon

1. Cite in http://www.evene.fr/citation/peut-attendre-inspiration-vienne-faut-courir-massue-39935.php (dernière consultation : 15/12/2012)
2. RIMBAUD Arthur, Les Illuminations, 1872-1875.
3. Titre de notre séquence webdocumentaire.
4. SARTRE Jean-Paul, L’Existentialisme est un humanisme, 1945. 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.